Pour faire rimer cuisine et santé. La Commission européenne et l’association européenne des cuisiniers – Euro-toques International – viennent de lancer un site web, «Mini-chefs d’Europe», destiné aux enfants, à leurs parents et aux enseignants. L’objectif: contribuer à la lutte contre l’obésité infantile en apprenant aux enfants à cuisiner et à manger plus sainement. Une «Journée européenne de la santé alimentaire et culinaire» est même prévue le 8 novembre 2007. Ce jour-là, dans la plupart des pays d’Europe, et notamment en France, des chefs prendront le chemin de l’école pour y tenir des ateliers, ou inviteront les enfants dans leur restaurant, pour un déjeuner et une causerie autour de l’alimentation et de la cuisine. Quelque mille écoles et vingt mille écoliers Européens devraient participer à cette manifestation. (nutrinews)
«Mini-chefs d’Europe»: http://eu.mini-chefs.eu

Agenda d’octobre

26-28 septembre 2007 à Lille
11e édition du Carrefour européen des biotechnologies EuroBiO 2007
EURASANTE, Parc Eurasanté, 310 avenue Eugène Avinéé 59120 Loos-lez-Lille
Tél. : 03 28 55 90 60 – Fax : 03 28 55 90 61
eurobio@eurasante.comhttp://www.eurasante.com

4-5 octobre 2007 à Granville
4e symposium international « Santé mer » -DSO, 15 rue Cugnot, 75018 Paris
Fax : 01 53 26 03 72 symposium@d-s-o.frhttp://www.sante-mer.com

4-5 octobre 2007 à Nancy
4e symposium CICBAA: Prévention, Thérapeutique et Vigilance en Allergologie Alimentaire
Palais des congrès – BP 60633 – 54063 Nancy CEDEX Tél. : 03 83 36 81 81 – Fax : 03 83 36 81 80
ma@nancy-congres.com

5-6 octobre 2007 à Beaulieu-sur-Mer
Pratiques et discours alimentaires des élites en Méditerranée
de l’Antiquité à la Renaissance- IEHCA Tél. : 02 47 05 90 30 – contact@iehca.eu

18-19 octobre 2007 à Paris
5e rencontre du Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids
« Existe-t-il des addictions alimentaires ? » – GROS, 31 rue de Ponthieu, 75008 Paris
Tél. : 01 53 76 32 20 – association.gros@wanadoo.frhttp://www.gros.org

18-21 octobre 2007 à Paris (Porte de Versailles)
10e édition Forme et santé- CDP Santé, 2 rue Sainte-Marie, 92400 Courbevoie
Tél. : 01 46 67 62 52 – Fax : 01 46 67 62 54 – info@salonformesante.com

Allergies alimentaires : trois sur quatre guérissent vite

a plupart des allergies alimentaires débutent dans la petite enfance, vers 1-2 ans, explique le Dr F. Rancé (Toulouse). Puis, elles tendent à disparaître. Parmi les plus persistantes, on trouve les allergies à l’arachide (cacahuète), aux fruits à coque, aux crustacés et poissons. Une allergie alimentaire chez l’enfant fait redouter une évolution vers d’autres problèmes de santé comme l’eczéma, la rhinite, l’asthme… On a pu montrer qu’une allergie à l’œuf dans la première année de la vie (avec un «prick test» positif) augmentait le risque d’apparition ultérieure d’eczéma et d’asthme: à l’âge de 7 ans, il y a 4 fois plus d’eczéma et 2 fois plus d’asthme. Pourtant, restons zens:les trois quarts des allergies alimentaires guérissent. Plus particulièrement et plus souvent, les allergies aux protéines du lait de vache, à l’œuf, au blé, au soja… Même en cas d’allergies alimentaires multiples, l’allergie au lait de vache disparaît dans 80% des cas. Et, à un âge moyen de 2 ans et 3 mois, l’enfant se met à tolérer le lait. Pour l’œuf, l’allergie disparaît dans un peu plus de la moitié des cas et la tolérance apparaît en moyenne vers 3 ans.

Sources : Nutrinews – Consultez nos autres articles sur le sujet dans la catégorie « Allergies ».

Dans la majorité des Etats européens, plus de la moitié des adultes souffrent de surcharge pondérale ou d’obésité. Les plus jeunes ne sont pas épargnés, puisque près de 22 millions d’entre eux (environ 30 %) sont en surpoids. Et le nombre de ces petits Européens, déjà trop gros dans l’enfance, augmente de 400 000 chaque année… La Commission européenne réagit par un ensemble de propositions destinées à mieux informer le consommateur face à ses choix, à lui assurer l’accès à une alimentation saine et à l’inciter à faire plus d’exercice physique… Nutrinews feuillette avec vous le Livre blanc sur la nutrition adopté par la Commission. « Les consommateurs ont le droit de manger ce que bon leur semble, mais ils doivent pouvoir opérer des choix sains et en pleine connaissance de cause ». De cette phrase du commissaire européen à la santé, Markos Kyprianou, découle une kyrielle de recommandations susceptibles
de porter remède au gros corps pléthorique de l’Europe. Elles impliquent de nombreux acteurs, dont les interventions sont appelées à se confronter, s’entrecroiser et en définitive se soutenir.

Pêle-mêle : la Commission européenne et les Etats nationaux, l’industrie agroalimentaire, la publicité et les medias, les organismes de recherche, mais aussi les producteurs agricoles, les organisations sportives, les écoles, les entreprises, sans oublier les associations de consommateurs… Ni, enfin, le consommateur individuel, sur qui repose le choix ultime, et qui mérite d’être le plus conscient et le mieux averti possible.

Lire la suite

Pour connaître l’état de l’allaitement maternel en maternité, les chercheurs de l’Unité 149 de l’INSERM (M. Bonnet, Villejuif) ont étudié un échantillon représentatif des naissances au niveau national. Menée en 2003 auprès de plus de 14500 enfants, l’étude montre que la fréquence de l’allaitement maternel en maternité était de 62%: avec 56% d’allaitement exclusif au sein et 6% d’allaitement «mixte» (au sein et au biberon). Parmi les mères allaitantes, on trouve un plus grand nombre de femmes qui ont un enfant pour la première fois, un plus grand nombre aussi de femmes étrangères et enfin un plus grand nombre de femmes qui ont un niveau d’études supérieur.
Sources : Nutrinews

En ville, au début du XXe siècle, le petit-déjeuner était essentiellement composé de café au lait. Il a ensuite été accompagné par la tartine beurrée, puis les céréales pour petit-déjeuner ont fait leur apparition… Comment « petit-déjeunons-nous » aujourd’hui ? Avec le Credoc*, photo instantanée de la table du petit-déjeuner des Français.

• Plus de 9 Français sur 10 prennent un petit-déjeuner tous les jours et généralement chez eux.

• En semaine, la majorité des adultes déjeunent avant 9 heures et les enfants avant 8 heures.

• 80%des enfants ne déjeunent pas tout seuls ; ce qui n’est pas le cas pour un ado sur deux.

• Le petit-déjeuner continental garde la faveur des adultes : 93 % des petits-déjeuners contiennent des boissons chaudes, 54 % sont composés d’une tartine, 41 % contiennent du beurre et 27 % de la confiture ou du miel. En revanche, les jeunes ont des petits-déjeuners plus éclectiques. Pour un jeune sur quatre, la préférence va aux céréales de petitdéjeuner, accompagnées d’un produit laitier.

• Le matin, les fruits et les jus de fruits sont encore peu présents à la table des Français.

Sources Nutrinews 

Alimentation et maladies parodontales

Les maladies parodontales sont des maladies infectieuses qui concernent tous les tissus de soutien des dents (la gencive, le ligament et l’os). Elles sont très répandues. En France, plus de 80 % des adultes de 35 à 44 ans en souffrent. Les gingivites, qui n’atteignent que la gencive, sont souvent bénignes et faciles à traiter. Plus graves, les parodontites, qui atteignent les tissus de soutien de la dent (ligament et os), peuvent provoquer la perte de dents et retentir sur tout l’organisme : le risque d’infection cardiaque est accru, et les femmes enceintes présentant une parodontite sévère ont 3 à 7 fois plus de risque d’accoucher prématurément. La prévention passe essentiellement par une hygiène rigoureuse et des contrôles (avec détartrages), mais des études suggèrent que les produits laitiers pourraient apporter une aide.

Lire la suite