Si je vous dit : « frissonnements », « nausées », « vomissements », « diarrhées », vous me répondez ? Gastro-entérite bien sûr ! Et vous avez raison c’est la pleine saison. Les premiers symptômes ne trompent. Dans un premier temps plutôt que de vous ruer chez votre médecin, fouillez dans votre boite à pharmacie et si vous déjà eu « la gastro » gober des anti vomitifs et anti diarrhéiques… Ce qui devrait clouer le bec de ce « charmant » virus. Du repos et un alimentation réduite à des féculents « vapeur » devrait calmer les ardeurs de cette déplaisante maladie.

Si les symptômes persistent et s’ils s’accompagnent de fièvres, de courbatures, de céphalés ça peut être une grippe, il est donc préférable au-delà de 24h -sans amélioration- de consulter votre médecin bien sûr ! En France métropolitaine, la semaine dernière, le réseau Sentinelles (composé de médecins généralistes qui font remonter leurs observations) l’incidence des cas de diarrhées aiguës vus en consultation de médecine générale a été estimée à 216 cas pour 100 000 habitants, en-dessous du
seuil épidémique (278 cas pour 100 000 habitants). Si l’on se réfère aux années précédentes, le seuil épidémique ne sera pas franchi avant début janvier.

CC

La Journée nationale des maladies cardiaques héréditaires aura lieu le samedi 8 janvier 2011 à l’institut de cardiologie du Centre hospitalier universitaire de la Pitié-Salpêtrière à Paris de 10h à 17h30. Cette journée est organisée sous le haut patronage du Ministère de la Santé. Elle est organisée conjointement par les associations de patients « Ligue contre la Cardiomyopathie » et l’association « Bien vivre avec le QT long », ainsi que le Centre national de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris). Elle est ouverte aux familles et au grand public, et est destinée à échanger sur le diagnostic et la prise en charge médicale de ces maladies.
Lire la suite

Pourquoi le Mediator produit par le laboratoire français Servier n’a t-il pas été retiré de la vente en 2003 en même temps que nos voisins européens (Italie et Espagne) ? Pourquoi le Mediator n’a t-il pas été retiré de la liste des médicaments remboursés par la Sécurité sociale comme préconisé en 2006 ?
Pourquoi l’Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) n’a pas mené une enquête lorsque des médecins ont alerté sur des complications liées à la prise du Mediator ? Certains évoquent des intimidations. « L’exemple le plus flagrant remonte à 1999, cette année-là, le docteur Georges Chiche, à Marseille, déclare le cas d’un malade sous Mediator atteint d’une valvulopathie. Il n’aura jamais de retour hormis la visite d’un représentant du groupe Servier qui essaiera de le dissuader d’aller plus loin ».

Les diabétologues principaux prescripteurs de Mediator connaissaient les effets secondaires de la molécule, sa prescription répondait aux bénéfices-risques. Le scandale de Mediator c’est sa prescription en guise de coupe-faim (tout comme Isoméride) par des gynécologues, des généralistes, des nutritionnistes à des personnes ayant envie de perdre quelques kilos ! Des patients qui n’auraient jamais dû recevoir du Mediator. Il est là le vrai scandale de Mediator une prescription abusive, irresponsable ! La caisse primaire d’assurance maladie a déposé à plusieurs reprises des plaintes contre des médecins pour des mésusages. Beaucoup de questions se posent notamment sur la responsabilité des autorités sanitaires, des gouvernements et des prescripteurs car désormais on évoque des milliers de victimes potentielles… Le scandale de Mediator aura au moins permis de mettre en lumière les dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire français.

CC

A lire pour en savoir plus, l’excellente interview de notre consœur Marie-Pierre Subtil, grand reporter au « Monde »

Le personnel hospitalier, des experts, des chercheurs, des représentants du gouvernement et des consultants venant de toute l’Europe se réuniront les 8 et 9 février à Amsterdam pour échanger des idées sur la gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques ainsi que des eaux usées. Suite à une première édition couronnée de succès en février 2010, cette seconde conférence se tiendra à Amsterdam RAI. Les délégués discuteront de la nécessité de réduire la quantité importante de déchets médicaux qui sont produits chaque année en Europe.
Lire la suite