Grippe A – vaccination des personnes sous anti coagulants

Le vaccin Panenza® (Sanofi Pasteur) peut être administré en sous cutané chez les personnes ne pouvant recevoir une injection intra musculaire.

Dorénavant, la circulaire de la DGS* et la DHOS* recommande que ce vaccin doit être, en particulier, administré aux sujets thrombocytémiques ou sous traitement anticoagulant ne pouvant recevoir d’injection intramusculaire avec facteurs de risque liés à la grippe.

Cette circulaire a été adressée le 17 Novembre 2009 aux établissements de santé, aux agences régionales de l’hospitalisation (ARH) et aux préfets de régions et de départements.
(http://www.avkcontrol.com/recommandation/vaccin_grippe_a.html )

L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des produits de santé suspend l’autorisation de mise sur le marché des médicaments contenant du benfluorex. Cette décision fait suite à l’évaluation récente de nouvelles données qui mettent en perspective l’efficacité modeste de ces médicaments dans la prise en charge du diabète de type 2 et confirment le risque d’atteinte des valves cardiaques.

En France, trois spécialités disposaient d’une autorisation de mise sur le marché : Mediator 150 mg®, commercialisé par les laboratoires Servier depuis 1976, et deux médicaments génériques mis sur le marché par les laboratoires Mylan et Qualimed début octobre 2009. Elles étaient indiquées comme adjuvant du régime adapté chez les diabétiques avec surcharge pondérale. Leur retrait des pharmacies sera effectif à partir du 30 novembre 2009.

Faux coma, vraie erreur de diagnostic !

Terrifiant ! Durant 23 ans, une victime d’un accident de la route est restée sur un lit d’hôpital avec un « faux diagnostic de coma ». Rom Houben était parfaitement conscient. C’est un scanner pratiqué il y a trois ans qui a permis de détecter son activité cérébrale. En fait l’homme était paralysé mais conscient, rapporte le quotidien allemand Der Spiegel lundi 23 novembre. Il voyait, entendait, comprenait tout ce qui l’entourait. Terrifiant car un proche aurait pu décider « d’arrêter » cet état qualifié par le corps médical de « végétatif persistant » pour le laisser partir… il l’aurait tué. « J’ai crié, mais personne ne pouvait m’entendre », raconte via un ordinateur l’homme, aujourd’hui âgé de 46 ans. En 1983, à la suite de l’accident, le corps médical avait utilisé un test de coma qui avait conclu à une conscience « éteinte ». Interrogé par l’Afp, le neurologue Steven Laureys explique qu' »il peut y avoir beaucoup de cas similaires de faux comas à travers le monde ». « Tout ceux qui sont classés ‘inconscients’ devraient être réévalués ». C’est sûr !

Réalisée tous les trois ans depuis 1997, l’enquête ObÉPI-Roche permet de suivre
l’évolution du surpoids et de l’obésité dans la population adulte française. Sa 5e édition, menée chez 25.000 adultes de plus de 18 ans, vient d’être présentée à la presse. Elle révèle qu’il y aurait en France 14,5 % d’obèses, soit 6,5 millions de personnes. Il y en avait seulement 8,5 % en 1997. L’obésité continue à progresser dans toutes les tranches d’âge, et encore plus chez les femmes que chez les hommes. Fait notable, elle a franchement augmenté ces trois dernières années chez les jeunes adultes : de génération en génération, on devient obèse de plus en plus tôt. Les disparités régionales se confirment : le Nord est la région qui compte le plus d’obèses (20,5 %), suivie par l’Est (17 %) et le Bassin parisien (16,5 %). Les disparités sociales aussi se confirment : l’obésité est beaucoup plus fréquente (22 %) dans les populations à bas revenus. Le surpoids à lui seul concerne 32 % des Français : une proportion qui reste stable. Mais la maigreur a tendance à être de moins en moins fréquente… (Nutrinews hebdo)

Enquête ObÉPI-Roche, à l’initiative des Laboratoires Roche en partenariat avec la TNS Healthcare
SOFRES. www.roche.fr

Pablo Ferrer, pneumologue hospitalier.
Pablo Ferrer, pneumologue hospitalier.

L’essoufflement est le principal symptôme d’une terrible maladie appelée broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Fille de la tabagie, cette pathologie qui vous coupe le souffle, nécessite, au stade ultime, la mise sous oxygène en continu des patients.

Aujourd’hui, mercredi 18 novembre c’est la 8e journée mondiale de lutte contre la BPCO. Des actions de sensibilisation et de dépistage dans plus de 20 villes françaises sont organisées en collaboration avec les comités départementaux de Lutte contre les maladies respiratoires et la Fédération française des associations et amicales des malades insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAAIR).

Sournoise et insidieuse, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) s’installe progressivement sur les bronches des fumeurs au long court. Véritable tueuse en série, elle prive chaque année 16 000 Français de leurs proches.
Lire la suite

sidaction1-500x555
Le jeudi 1er décembre 2009 sera le 21ième anniversaire de la Journée Mondiale contre le Sida, organisée par la Campagne mondiale contre le sida. Apparue en 1988, cette journée est reconnue mondialement comme la journée durant laquelle les partenaires publics et privés se retrouvent afin de sensibiliser les populations sur l’épidémie du VIH et du sida. Cette année, le thème de cette journée sera « l’accès universel à la santé et droits de l’Homme ». Le Sidaction est une manifestation populaire et médiatique créée afin de récolter des fonds pour soutenir la recherche médicale et les associations de malades.
Lire la suite

Trente français porteurs du virus de la grippe A sont en morts en métropole depuis le début de l’épidémie, si l’on ajoute les 27 décès dans les territoires d’Outre-mer, la France totalise 47 victimes du H1N1. Une jeune femme de 32 ans, souffrant de pathologies cardiaques et hospitalisée à la suite de son accouchement, a succombé, hier vendredi, au virus à la maternité de Toulouse. Ce drame survient la veille du lancement de la campagne de vaccination auprès de la population. C’est ce samedi que les premiers bons de vaccination contre la grippe A arrivent dans les boîtes aux lettres des métropolitains. Tous les assurés sociaux recevront par courrier un bon à leur nom, les invitant à se présenter dans le centre de vaccination le plus proche. La vaccination est gratuite, mais pas obligatoire.