Méribel a du cœur : 1400 euros récoltés au profit de Mécénat chirurgie cardiaque enfants du monde

cp_meribel_bilan_st_valentin_v21.003

La Station au cœur des 3 Vallées s’est transformée l’espace d’une journée en Cité de l’amour : le 14 février, elle distribuait 2000 roses en échanges de dons au profit de l’association caritative Mécénat Chirurgie Cardiaque enfants du Monde. L’opération baptisée « Méribel a du coeur», à laquelle ont participé de nombreux bénévoles, s’est déroulée sur les fronts de neige de la Chaudanne et de Mottaret. Elle avait également lieu sur les réseaux sociaux où les internautes pouvaient afficher leur soutien en postant leurs plus belles photo de ski à deux à Méribel sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #Meribelove. Elle a permis de récolter 1400 euros remis le Mercredi 2 mars à Orso Chetochine, directeur de l’association, en présence d’Eric Bouchet Directeur de Meribel Tourisme et de tout le personnel d’accueil lors d’une cérémonie solennelle organisée à l’Office de tourisme de Méribel. Lire la suite

Publicités

Au lendemain de l’annonce de la 3e greffe de cœur Carmat à l’hôpital Georges-Pompidou, on apprenait le décès du 2e patient à avoir reçu un cœur artificiel total, un homme âgé de 69 ans. Cet essai de faisabilité mené par la société Carmat porte sur l’implantation de cœur artificiel sur quatre patients en insuffisance cardiaque biventriculaire irréversible dont le pronostic vital est engagé à brève échéance.
coeur-carmat
Le premier greffé, un homme de 76 ans, a vécu 74 jours avec cette prothèse avant qu’elle s’arrête brusquement. Le second, décédé le 1er mai dernier, aura survécu 9 mois.

Ironie du sort, le 28 avril, Marcello Conviti, le directeur général de Carmat félicitait pour cette 3e greffe, les équipes médicales tout en se réjouissant « du bon état de santé du 2e patient, implanté en août 2014, qui a pu retrouver une vie normale après son retour à domicile en début d’année« . Deux jours plus tard, le 2e greffé du cœur Carmat mourrait.

Hospitalisé à Nantes, vendredi 1er mai dans la soirée à la suite d’une insuffisance circulatoire suite à une dérive fonctionnelle de la prothèse, l’homme a été placé sous assistance cardio respiratoire en unité de soins intensifs, il a subi une nouvelle transplantation le samedi 2 mai. Si l’opération a été menée à son terme et la circulation sanguine a été rétablie, le patient a succombé « à des complications poly-viscérales post opératoires« , indique dans un communiqué la société Carmat qui ajoute que : « Cet évènement est à situer dans le contexte de la phase d’essai de faisabilité d’un dispositif extrêmement innovant pour des malades souffrant d’insuffisance cardiaque terminale.

La Société reste résolument confiante dans la capacité de la prothèse et renouvelle l’engagement total de ses équipes en ce sens« . Ces deux décès ne devraient donc pas remettre en cause l’essai, en effet les critères de succès comportent -entre autres- la survie à 30 jours après l’implantation et la récupération fonctionnelle des organes vitaux.

A quelques jours du lancement des Parcours du Cœur dans toute la France (les 31 mars et 1er avril), la Fédération française de cardiologie a interrogé les Français sur leur hygiène de vie : 9 sur 10 d’entre eux estiment avoir une bonne hygiène de vie. Ce ressenti, à première vue très positif, 93% des Français pensent avoir une bonne hygiène de vie, est à mettre en perspective avec les chiffres des maladies cardiovasculaires : 400 morts par jour, l’obésité en hausse, le nombre de fumeurs en augmentation, la sédentarité de plus en plus présente dans les foyers.… autant de facteurs de risque qui contredisent l’optimisme des Français face à leur hygiène de vie. Paradoxalement, ils ne sont qu’un peu plus de 1 sur 10 à refuser tout effort supplémentaire. En dépit d’un jugement excellent à l’égard de leur propre hygiène de vie, une forte proportion de Français se dit être disposée à faire des efforts pour l’améliorer, notamment dans deux domaines précis : la condition physique (58 %) et l’alimentation (58 %). Une surveillance accrue des facteurs de risque comme la consommation d’alcool et de tabac n’est un projet envisageable que pour 18% des Français.

Enfin 11 % des Français ne se sentent pas concernés car ils considèrent que leur hygiène de vie est suffisamment saine et 2% vont jusqu’à affirmer ne pas avoir l’intention de faire des efforts. Une perception très positive qui se heurte aux chiffres alarmants de l’augmentation des maladies cardiovasculaires. Pour en avoir le « cœur net », la Fédération française de cardiologie met un test en ligne « Mon Parcours Cœur » sur www.fedecardio.com afin que chacun puisse apprécier son hygiène de vie au regard de la santé cardiaque.

La Journée nationale des maladies cardiaques héréditaires aura lieu le samedi 8 janvier 2011 à l’institut de cardiologie du Centre hospitalier universitaire de la Pitié-Salpêtrière à Paris de 10h à 17h30. Cette journée est organisée sous le haut patronage du Ministère de la Santé. Elle est organisée conjointement par les associations de patients « Ligue contre la Cardiomyopathie » et l’association « Bien vivre avec le QT long », ainsi que le Centre national de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris). Elle est ouverte aux familles et au grand public, et est destinée à échanger sur le diagnostic et la prise en charge médicale de ces maladies.
Lire la suite

Les gestes qui sauvent avec les sapeurs-pompiers

Chaque année, 50 000 personnes décèdent d’un arrêt cardiaque en France. Combien de vies pourraient-être sauvées si un mari, une femme, un voisin, un commerçant pratiquait dans les minutes qui suivent le malaise les premiers gestes qui sauvent ? Notre pays accuse ainsi un sérieux retard en termes de survie après un arrêt cardiaque : moins de 3% ! Seulement 7 % des Français sont formés aux gestes qui sauvent. Or dans certains pays où la population est davantage formée et où les lieux publics et privés sont mieux équipés en défibrillateurs automatisés externes, ce taux de survie peut atteindre plus de 30 %.

Du 23 au 25 septembre 2010 aura lieu à Angoulême, le 117ème congrès national des sapeurs-pompiers à cette occasion la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France présentera son partenariat avec le kit MiniAnne pour former en 30 minutes le grand public à la prise en charge de l’arrêt cardiaque. Désormais, les sapeurs- pompiers français, premiers acteurs de l’urgence et de la prévention, utiliseront ce kit MiniAnne pour initier le grand public aux gestes de premiers secours et leur apprendre à réagir face à une victime d’arrêt cardiaque.
Lire la suite

Sauver des vies… une application pour smartphone

Depuis quelques jours, une application gratuite pour mobile Iphone et Android arrive avec de grandes ambitions : devenir l’appli incontournable d’assistance en cas d’arrêt cardiaque. Dénommée « Défibrillateurs en France » et signée Vauban Humanis elle permet de sauver des vies en localisant immédiatement les défibrillateurs les plus proches de soi, précisément quand on se retrouve face à un arrêt cardiaque.
Lire la suite