Massage de la femme enceinte et de bébé : l’école Tahiti Massage forme les sages-femmes de Polynésie

Fondée en 2008, l’école internationale Tahiti Massage forme des professionnels du bien-être en Europe, à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française. Régulièrement invitée par des écoles en France pour animer des formations et partager leur savoir-faire, l’équipe pédagogique de l’école participe à de nombreux salons parisiens, mais aussi en province. Toujours en quête de nouvelles techniques, Isabelle Trébucq, la fondatrice de l’établissement a proposé sa nouvelle formation : massages de la femmes enceinte et du bébé aux sages-femmes polynésiennes. Ces techniques étaient associées à une sensibilisation à l’aromathérapie prodiguée par Francine Baudry-Ruffat, Docteur en pharmacie, aromathologue spécialiste de diététique et de nutrithérapie. Reportage.

Lire la suite

Dans une lettre ouverte qui sera envoyée à tous les candidats à la présidence le 20 mars prochain, le conseil national de l’Ordre des sages-femmes dresse « le constat préoccupant de l’état de santé des femmes et de la périnatalité en France ». Selon les sages-femmes : « Une femme sur quatre déclare qu’elle aurait souhaité vivre autrement son accouchement – soit près de 200 000 femmes ; La mortalité infantile est stagnante (depuis 2005, environ 3,8 enfants sur 1 000 naissances décèdent avant leur premier anniversaire) ; Une femme sur cinq n’a pas de suivi gynécologique régulier ; Près de 220 000 IVG sont pratiqués chaque année en France, dont 29 000 concernent des jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans (soit un point supplémentaire chaque année)…” Par cette lettre ouverte et la distinction de trois mesures prioritaires, le conseil national de l’ordre des sages-femmes attend des candidats à la présidence de la République des “engagements et des propositions concrètes redonnant aux femmes le droit à la santé et un libre choix quant à leur manière d’envisager la grossesse et l’accouchement”.

Les temps sont durs, la crise sévit et l’heure est aux économies tous azimuts. Les services de soins sont une cible facile. On prend qlq chiffres, on divise, on multiple et hop : ce service n’est pas assez rentable et on présente l’addition aux habitants. Car si la santé n’a pas de prix, les services des soins ont un coût ! Cette semaine nous apprenons que le centre hospitalier du Blanc, charmante agglomération de L’Indre, est menacé. Et pourtant rien qu’au niveau de la maternité, le service rendu est tangible. Avec 370 naissances en 2011, on n’atteint les chiffres de 2010, les conditions de sécurité sont remplies, le suivi de la grossesse et l’accompagnement post-natal sont assurés, la qualité du service et de l’accueil est reconnue bien au-delà du Blanc. Si la maternité est supprimée… Les mamans devront effectuer 60 km pour accoucher.

Les usagers et le personnel se mobilisent, parlonssante.com aussi rendez-vous sur le blog de soutien et si vous habitez dans le coin, rendez-vous vendredi 2 décembre à 16h30, place de la LIbération, pour une manifestation ! n’oubliez pas de nous envoyer des photos de la manif’ nous publierons !

Pour signer la pétition, cliquer ici

dsc_8454
Le NouvelObs de jeudi dernier a révélé un nouveau scandale sanitaire. La stérilisation illégale avec un gaz hautement toxique des biberons et tétines à usage unique mis à disposition par les maternités de France. « Pendant des décennies, des millions de tétines mises à disposition des mamans et de leurs nouveau-nés dans les hôpitaux français ont été stérilisées en infraction avec la réglementation en vigueur. Plus précisément : ces biberons jetables ont continué d’être désinfectés avec de l’oxyde d’éthylène, un gaz classé en 1994 comme cancérogène avéré par le Centre international de Recherche sur le Cancer. « Le Nouvel Observateur » a mené l’enquête. Ses conclusions sont sans équivoque ».

Sur les 800.000 enfants qui naissent quasiment tous (98%) dans les maternités, 400.000 ne sont pas nourris au sein. Mais exclusivement aux biberons jetables fournis par l’hôpital. « Combien de maternités concernées au total ? » « Combien de nouveau-nés empoisonnés » s’interrogent les enquêteurs. Ces révélations ont incité le ministre de la Santé Xavier Bertrand à réagir. Il avoue dans un communiqué avoir découvert le problème en lisant la presse… La priorité du ministre est que « les biberons, tétines et téterelles stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène soient retirés dans les délais les plus brefs ». Xavier Bertrand a demandé l’ouverture d’une enquête dont les conclusions devront être rendues avant la fin de l’année, le ministre a indiqué qu’il tirerait « toutes les conséquences en termes de responsabilités ». A lire cette semaine le Nouvel Obs et sur le web.

Voici le communiqué du ministre de la Santé Xavier Bertrand
Stérilisation des biberons, tétines et téterelles avec de l’oxyde d’éthylène (cancérogène)

Ce procédé de stérilisation n’est pas autorisé pour les matériaux au contact des denrées alimentaires car ce produit est considéré comme cancérogène pour l’Homme. Pourtant il semblerait que des biberons, tétines et téterelles stérilisés avec ce procédé soient utilisés dans les établissements de santé.

En lien avec le ministère des Finances, Xavier Bertrand diligente dès aujourd’hui une enquête conjointe de l’IGAS, avec l’appui de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), pour comprendre comment un tel dysfonctionnement a pu se produire :
De la part des entreprises qui commercialiseraient des produits en contact direct avec des denrées alimentaires, stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène.
De la part des établissements hospitaliers qui les auraient achetés.
Les conclusions de l’enquête devront être rendues au plus tard à la fin de l’année.
Il faut noter que, face à des produits cancérogènes, la dangerosité dépend généralement de la durée et la fréquence d’exposition.

L’accouchement, une nouvelle vie qui commence

C’est l’étape ultime, celle que l’on attend pendant des mois et que l’on redoute durant des semaines. Les hormones s’affolent et les émotions bouillonnent, le corps souffre et le cerveau est en ébullition. Au cours des tous premiers mois de grossesse, maman ne pense qu’à la croissance et à la bonne santé de bébé. Poids, alimentation, l’attention se porte sur ce petit ventre qui s’arrondit tendrement. Puis au fil des mois, l’entrée dans le 8e matérialise peu à peu l’aboutissement de cette grossesse. Les cours de préparation à l’accouchement aident grandement à se projeter, respiration, poussées, contractions…
Lire la suite

200px-zero
« Oh allez, juste un verre, ça va le tuer ! » cette invitation anodine et festive, peut s’avérer dangereuse pour la santé et l’évolution de votre bébé. Enceinte, il n’y a pas à tergiverser, c’est « zéro alcool », une petite privation qui évitera le risque de malformations . L’alcool absorbé par la maman, passe via le placenta dans le sang de sa progéniture et les dégâts peuvent être irréversibles surtout lors du premier trimestre : déficiences neurologiques, retard de croissance mais aussi malformation du visage, du cœur, troubles psychomoteurs… c’est le fameux SAF (syndrome d’alcoolisation fœtale). Ce syndrome est fréquent chez les enfants de mères qui ont consommé quotidiennement de l’alcool pendant la grossesse (à partir de cinq verres de vin). Néanmoins si une grosse consommation d’alcool intervient lors de la construction cérébrale (étape impossible à définir avec précision), les troubles sont à craindre. Mieux vaut donc s’abstenir ! La première coupe de champagne à la maternité n’en sera que plus délicieuse !

Signes de l’accouchement

Crédit : photo parlonssante.com
Crédit : photo parlonssante.com

Ils sont très variables d’une femme à l’autre, mais dans les grandes lignes, des contractions douloureuses et rapprochées sont un signe ! Parfois elles induisent un faux travail, pour savoir si elles sont liées au début de l’accouchement, prenez un antispasmodique, si rien ne se passe et qu’elles se renforcent tout en devenant plus fréquentes, n’hésitez pas à consulter un médecin ou bien à vous rendre à la maternité.

La rupture de la poche des eaux qui induit un écoulement chaud de l’ordre d’un verre d’eau doit également alerter.

La rupture du bouchon muqueux avec des pertes marron-beige est un autre signe favorable, toutefois chez certaines femmes elle survient une dizaine d’heures avant.

Un regain d’énergie. Eh oui certaines mamans vous le diront le matin de l’accouchement elles accrochaient des rideaux, d’autres astiquaient les cuivres ou encore rangeaient le garage.
Lire la suite