Appels au secours, envie de suicide, violence… Les premiers mois de 2015 inquiètent les écoutants de S.O.S Amitié qui relèvent une forte hausse de l’angoisse et de la violence depuis un an avec une « poussée » pour les premiers mois de 2015. Cette semaine, l’association a publié les statistiques d’écoute de ces derniers mois. Avec 681 643 appels, soit un appel toutes les 40 secondes, l’Observatoire S.O.S Amitié est une photographie des inquiétudes et des souffrances des Français.

Selon les bénévoles de S.O.S Amitié et après des années de progression, les appels liés à la crise économique et à ses dommages collatéraux (précarité, baisse du pouvoir d’achat, perte de l’emploi) se stabilisent, alors que l’on assiste à une très forte hausse des appels liés à la violence et à l’angoisse, notamment à une violence sexuelle vis à vis des femmes. On note le retour des appels de détresse de candidats au suicide sont en progression (+12% par an), alors que depuis 2007, on assistait à un net recul de ces appels (35% sur 7 ans). Il s’agit principalement de femmes qui expriment leur solitude, mais aussi la violence dont elles sont victimes. Les problèmes de couple et de sentiments représentent 18% des appels féminins.
Lire la suite

photo2011
Décidément les sportifs ont du cœur en ce printemps 2015. Après la course d’Handicap international organisée le 10 mai au bois de Boulogne et juste avant la Mad Pride du 13 juin également programmée dans les rues de la capitale, ce sont à nouveau les pavés parisiens qui seront foulés par des coureurs solidaires le week-end prochain.

La No Finish Line Paris ® by Siemens est un événement original, une course au profit d’actions en faveur de la santé et/ou de l’éducation des enfants dans le monde. Elle rassemble marcheurs et coureurs de tous âges sur une course en relais de 82h, organisée en non-stop durant 4 jours et 3 nuits. Créée en 1999 à Monaco, elle va se dérouler pour la première fois à Paris, du 28 mai au 31 mai 2015. Les organisateurs attendent 10 000 participants sur le Champ de Mars. Des challenges, un village de course et diverses animations pour toute la famille ponctueront cet événement inédit dans la capitale.

Le principe est simple, après s’être acquitté d’un droit d’inscription (10 € pour les adultes et 5 € pour les enfants jusqu’à 10 ans), vous prenez vos baskets et vous vous lancez sur le parcours de 1500 mètres, seul ou en équipe, et surtout à votre rythme. Chaque kilomètre parcouru fait l’objet d’un don d’1€ reversé à une association qui œuvre pour des actions caritatives au profit de l’enfance, cette année ce sont notamment les petits népalais qui bénéficieront des dons. Mais vous pouvez aussi choisir une cause en faveur de l’enfance à soutenir en le précisant lors de votre inscription.

Découvrez le teaser et rejoignez La No Finish Line ® by Siemens : ici

Facebook : @nofinishlineparis
Twitter : @nofinishline75
Hashtag : #nofinishlineparis

Dimanche 10 mai : venez courir ensemble pour faire reculer le handicap

© Nicole Crochet / Handicap International
© Nicole Crochet / Handicap International

Courir ensemble pour faire reculer le handicap, une initiative portée depuis 1992 par l’association Handicap internationale se déroulera ce dimanche 10 mai au bois de Boulogne. Course solidaire, familiale, elle génère des fonds reversés intégralement à l’ONG. Chaque année, plus de 3000 coureurs, amateurs ou pro, sportifs valides ou handicapés s’élancent ensemble sur le parcours.
Lire la suite

Pour la 2e année consécutive, 7 associations oeuvrant pour le bien-être des personnes en souffrance psychique organisent une manifestation festive dans les rues de Paris.
mad-prides1
Les personnes en difficulté psychique se voient régulièrement discriminées, disqualifiées, car l’on considère leur avis comme à priori suspect. 47% des Français associent les problématiques de santé mentale à des dénominations négatives (Débile, attardé, aliéné, dément, violent…), déplorent les organisateurs.

Des tabous vivaces !

« Les tabous concernant la santé mentale sont vivaces. Nous, associations d’usagers et proches en santé mentale pensons qu’il est urgent que la société change de regard, pour l’inclusion des usagers en santé mentale comme citoyen à part entière. C’est pourquoi nous entendons mener une action de sensibilisation auprès du grand public pour faire valoir le respect et la dignité des personnes en souffrance psychique, en organisant une Mad Pride : Un défilé festif de lutte contre les discriminations dont sont l’objet les personne en souffrance psychique« . La Mad Pride est un mouvement populaire né aux Etats-Unis dans les années 90 et qui s’est mondialisé et est organisé depuis deux ans à Paris.

Liste des associations organisatrices de l’événement :
Advocacy France – Association d’usagers en santé mentale, médico-sociale et sociale –
AFTOC – Association Française de personnes souffrant de Troubles Obsessionnels Compulsifs –
BICYCLE – Association d’aide aux familles d’enfants et d’adolescents souffrant d’un trouble de l’humeur.
France-Dépression – Association française contre la dépression et les troubles bipolaires –
Humapsy – Association créée par des patients suivis en psychiatrie – humapsy.wordpress.com
Vie Libre – Mouvement d’anciens buveurs, lutte contre l’alcoolisme, entraide des personnes addictes et proches.
Schizo ? Oui ! – Association pour parler de la schizophrénie.

Au lendemain de l’annonce de la 3e greffe de cœur Carmat à l’hôpital Georges-Pompidou, on apprenait le décès du 2e patient à avoir reçu un cœur artificiel total, un homme âgé de 69 ans. Cet essai de faisabilité mené par la société Carmat porte sur l’implantation de cœur artificiel sur quatre patients en insuffisance cardiaque biventriculaire irréversible dont le pronostic vital est engagé à brève échéance.
coeur-carmat
Le premier greffé, un homme de 76 ans, a vécu 74 jours avec cette prothèse avant qu’elle s’arrête brusquement. Le second, décédé le 1er mai dernier, aura survécu 9 mois.

Ironie du sort, le 28 avril, Marcello Conviti, le directeur général de Carmat félicitait pour cette 3e greffe, les équipes médicales tout en se réjouissant « du bon état de santé du 2e patient, implanté en août 2014, qui a pu retrouver une vie normale après son retour à domicile en début d’année« . Deux jours plus tard, le 2e greffé du cœur Carmat mourrait.

Hospitalisé à Nantes, vendredi 1er mai dans la soirée à la suite d’une insuffisance circulatoire suite à une dérive fonctionnelle de la prothèse, l’homme a été placé sous assistance cardio respiratoire en unité de soins intensifs, il a subi une nouvelle transplantation le samedi 2 mai. Si l’opération a été menée à son terme et la circulation sanguine a été rétablie, le patient a succombé « à des complications poly-viscérales post opératoires« , indique dans un communiqué la société Carmat qui ajoute que : « Cet évènement est à situer dans le contexte de la phase d’essai de faisabilité d’un dispositif extrêmement innovant pour des malades souffrant d’insuffisance cardiaque terminale.

La Société reste résolument confiante dans la capacité de la prothèse et renouvelle l’engagement total de ses équipes en ce sens« . Ces deux décès ne devraient donc pas remettre en cause l’essai, en effet les critères de succès comportent -entre autres- la survie à 30 jours après l’implantation et la récupération fonctionnelle des organes vitaux.