Dyslexique, dysphasique, dysorthographique… La Musicothérapie peut vous aider !

Outil pour lever les blocages émotionnels, la musicothérapie a aussi des vertus sur les troubles de l’apprentissage tel que la dyslexie, la dysphasie, la dysorthographie… Ces difficultés qui engendrent frustration, anxiété et profond mal être chez les enfants et les étudiants pourraient être levées grâce à des séances de musicothérapie. C’est la promesse de Hélène Le Dall, directrice du centre Les clefs du mieux-être qui applique la méthode mise au point par l’ORL français, Alfred Tomatis. Le principe est simple : permettre à chacun de se reconnecter avec son soi intérieur, de retrouver un équilibre en se débarrassant des tensions et des blocages qui perturbent la perception des sons, la compréhension et donc la communication.

Hélène Le Dall est particulièrement sensibilisée à cette question. Musicothérapeute, elle est avant tout maman d’un enfant dyslexique. « Ce sont des enfants avec un potentiel énorme, créatif, imaginatif, intuitif, hélas leur atouts sont masqués par des difficultés aux apprentissages scolaires traditionnels. Les maths, la géographie, l’écriture… plus lents que les autres, ils sont mal acceptés le système scolaire. Ce rejet crée de l’angoisse, ce qui accroît d’autant leurs blocages et leurs difficultés. La méthode Tomatis les aide à se reconnecter via les fréquences qui rappellent la vie intra utérine (recréer les sons et vibration de ce cocoon maternel), les sons aiguës des partitions de Mozart les stimulent, les motivent. Ça n’enlève pas leur dyslexie, ce n’est pas le but, c’est un plus pour eux dans la vie. Ils rechargent leur batterie, retrouvent joie de vivre, ils sont comme « redopés ». Ils retrouvent le sommeil et sont plus concentrés la journée. Ils abordent ensuite avec plus d’apaisement les séances d’orthophonie nécessaires à l’accompagnement de la dyslexie».

Le fils d’Hélène avait dix ans quand la dyslexie a été diagnostiquée : « C’était tard et je m’en suis voulu de ne pas avoir su que ses difficultés d’apprentissage n’étaient pas liées à de la mauvaise volonté, mais bien à des troubles de l’apprentissage. Le corps enseignant n’est pas formé à la détection de ces enfants ce qui créent des situations difficiles pour les enfants », assure-t-elle avant de confier : « C’est très lourd à porter pour les familles, je sais que pour les parents c’est épuisant, c’est énervant, qu’il faut être encore plus patient avec ces enfants. Ils ne font pas exprès de ne pas comprendre. La dyslexie est souvent associée à d’autres troubles, l’hyper activité, attention (Trouble du Déficit d’Attention ), c’est le cas de mon fils. Aujourd’hui, je sais quand il est déréglé, il devient plus agité, je vais le test des courbes auditives et je vois que quelque chose l’a perturbé, il refait des séances et tout se règle à nouveau ».

Au Centre Les clefs du mieux-être, l’équipe a déjà accompagné cinq enfants et un adolescent atteints de troubles autistiques à différents niveaux. « Tous ont fait des progrès d’ouverture à la communication, assure Hélène Le Dall, avoir un enfant handicapé c’est angoissant et le voir s’ouvrir aux autres est un rayon de soleil pour toute la famille».

Afin d’optimiser la prise en charge de l’enfant, Hélène préconise que la famille participe également aux séances pour que l’harmonie revienne peu à peu dans les foyers.

Le centre Les clefs du mieux-être est basé à Arue (Polynésie française).

Publicités

Au cœur de l’été, l’Aloe Vera sublime votre beauté

L’Aloe vera est une plante aux mille vertus, gorgée d’un gel translucide bienfaisant, hydratant, cicatrisant, stimulant. Véritable concentré de vitamines et d’acides aminés essentiels, la belle joue les VIP exotique dans les rayons cosmétiques. Au cœur de l’été, Nature & Découvertes fait une place de choix à cette merveille. Elle lui consacre une gamme complète de soins bio, crème pour le corps, gel douche, démaquillant… et shampoing tout doux. Des textures soyeuses, des parfums délicats et acidulés, une peau douce et des cheveux légers. C’est tout ce que l’on attend d’un soin d’été, fruité et léger ! Pas vous ?

Nos coups de cœur : le gel douche frais et acidulé et le shampoing -réellement- extra doux !

« Après une pause prolongée au soleil, sa pulpe gorgée d’eau, de vitamines et d’acides aminés essentiels comblera les peaux déshydratées. Secret de beauté millénaire, l’Aloe vera se cultive dans son pot ou se décline dans une gamme cosmétique pensée pour chouchouter l’épiderme de la tête aux pieds. La plante est cultivée en agriculture biologique en Amérique latine, issue d’un commerce solidaire et équitable ».

#Natureetdécouvertes #aloevera #été2018

 

Maladie de Crohn : 9 ados relèvent le défi à vélo !

De Redon à Roubaix sur les traces du « Tour de France », neuf ados âgés de 13 à 14 ans se sont dépassés au profit de la Fondation DigestScience… à vélo ! Bravo à Antoine, Enzo, Lucas, Maëlys, Marie, Noah, Nolan, Thibaut et Timothée qui ont parcouru les 50 derniers kilomètres de 7 étapes du « Tour de France », quelques minutes avant les professionnels. Un défi sportif afin de récolter des dons en faveur de la recherche médicale sur la maladie de Crohn tout en attirant l’attention des médias et du grand public sur cette pathologie qui a doublé chez les jeunes en quelques années !

C’est la 5e édition de ce challenge porté par la Fondation #DigestScience. Résultat de leur course : 13 948 euros pour la recherche, pour aider à trouver les causes de la maladie de Crohn et enfin pouvoir la prévenir et la guérir.

 

Se dépasser pour faire reculer la maladie de Crohn c’est aussi le leitmotiv du navigateur Romain Rossi qui court sous les couleurs de la Fondation DigestScience et qui vient de se qualifier ce samedi 28 juillet pour participer en novembre prochain à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe !

A propos de la Fondation DigestScience

Unique fondation d’utilité publique en France entièrement dédiée à la recherche sur les pathologies digestives et la nutrition. Maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, maladie cœliaque, syndrome de l’intestin irritable…Les maladies digestives sont un véritable problème de santé publique puisqu’elles touchent aujourd’hui près de 15 % de la population française et connaissent une progression inexpliquée à ce jour notamment chez les enfants.

De 2018 à 2022, DigestScience veut trouver les causes environnementales (puisque le facteur génétique est très faible) de la maladie de Crohn et, enfin, pouvoir prévenir puis guérir de cette pathologie douloureuse, invalidante et taboue. DigestScience  a mis en place dès 2009 un team sportif.  Parrainé par Cédric Vasseur, il rassemble aujourd’hui plus de 550 membres bénévoles, des sportifs amateurs et professionnels, aguerris et débutants, jeunes et moins jeunes, bien portants ou malades, pour porter haut les couleurs de la lutte contre la maladie.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Fondation DigestScience.

Absentéisme à l’hôpital : Whoog une solution de remplacement basée sur le volontariat du personnel

Notre système de soin est malade, dégradation des conditions de travail, heures supplémentaires impossibles à prendre, non remplacement des départs à la retraite… Les personnels sont à bout de souffle, pour ne pas dire en burn-out !

Face à ces restrictions budgétaires qui pénalisent les services et font peser une surcharge de travail immense sur les personnels, les arrêts de travail pleuvent… Et la charge de travail se reporte sur les plus robustes qui -la vocation pour le service public chevillée au corps- enchaînent les gardes, les astreintes… Se démotivent et s’épuisent. Alors pour que le service continue malgré tout un minimum, les établissements de santé font appel à des intérimaires, de coûteux contrats qui creusent encore les déficits !

Selon une étude de l’Haute Autorité de Santé (HAS), le surcoût des remplacements sur des événements indésirables évitables sont compris entre 400 millions d’euros et plus d’un milliard d’euros chaque année (absentéisme, temps perdu, dégradation de la qualité des soins et accidents médicaux. Dans ce contexte peu optimiste, heureusement des entrepreneurs ne manquent pas d’idées pour faire bouger les lignes et innover !

Spécialisée dans le secteur de la santé, la start-up Whoog créée par Guerric Faure et Michael Rabaron à Sophia-Antipolis a développé en partenariat avec les professionnels de santé publique et privée et a mis au point une solution de gestion des remplacements internes -notamment de dernière minute- basée sur le volontariat du personnel.  La société a créé une solution de gestion unique et brevetée, basée sur le volontariat du personnel interne ou externe pour pallier à l’absentéisme dans les établissements de santé. Le service a été développé en collaboration avec des établissements de santé publics ou privés (CHU, CH, FEHAP, EHPAD, cliniques) et des utilisateurs finaux à savoir des titulaires, vacataires, étudiants, retraités…. Whoog apporte des bénéfices sociaux et économiques à ses clients et utilisateurs.Whoog3

Whoog, comment ça marche ?

« Un responsable poste une mission en quelques secondes via la solution Whoog. Le personnel de santé inscrit sur Whoog est immédiatement averti de cette recherche de remplacement (la recherche est affinée via des critères très précis en fonction du poste et des compétences nécessaires) ».

Qui peut répondre ?

« Seuls les whoogers volontaires, disponibles et compétents recevront cette demande sur leur téléphone ou ordinateur. En 1 clic le collaborateur pourra se positionner sur cette mission. • Les missions sont diffusées de façon équitable entre les collaborateurs disponibles et peuvent aussi intégrer les règles réglementaires sociales. Whoog se charge aussi de la gestion administrative des remplacements (édition automatique de fiche de prise de poste, gestion des missions réalisées pour la paie, etc.). Un historique de remplacement est alors mis à jour pour chaque mission accomplie, permettant ainsi de produire et d’analyser des statistiques afin d’améliorer la gestion des remplacements futurs ».

Lire la suite

« Nez pour Sourire », une collecte nationale pour soutenir l’action des clowns hospitaliers de « Rire Médecin »

L’opération « Nez pour Sourire » est organisée cette année entre le 1er mars et le 13 mai 2018. Accréditée par le Ministère de la Santé et des Solidarité, elle pilote une collecte nationale officielle sur la voie publique au profit de l’association « Rire Médecin » qui plaide pour la bientraitance à l’hôpital et notamment au profit du bien-être des enfants hospitalisés. Créée en 1991, « Rire Médecin » est depuis l’origine la seule association à vocation nationale de clowns hospitaliers, son ambition ? Offrir à chaque enfant hospitalisé une écoute, un accompagnement ludique, drôle et réconfortant afin de restaurer chez lui l’insouciance de son âge, l’accompagnement par le rire est la clef pour l’aider à passer au mieux le cap de l’hospitalisation et l’aider à trouver en lui les ressources pour vaincre la maladie. Accompagnement de projet et formations initiales et continue de «clowns hospitaliers » pour maîtriser les pathologies et protocoles de soins pédiatriques, l’Institut propose également en formation continue des modules «ludo-soignants» qui s’adressent aux praticiens, notamment hospitaliers.

Collecte au profit de l'association "Rire Médecin"

Lire la suite

Testé pour vous : le coffret Pivoine féerie de Jeanne en Provence

Notre coup de cœur de cet hiver 2017 pour prendre soin de sa peau et de ses sens est signé Jeanne en Provence, une marque que l’on adore ! Une mousse délicate, un parfum fleuri subtil, une crème hydratante toute douce, à quelques jours de Noël pour se faire plaisir ou à glisser au pied du sapin pour sa maman chérie : le coffret pivoine féerie à 14,99 euros. Disponible ici

Testé pour vous : Vernis restructurant Psoriatec

La période hivernale est propice au cocooning. Très sollicitées et à la peau fine, nos mains méritent un traitement de faveur. Gants, crème hydratante, automassage, elles ne demandent qu’à se faire chouchouter. Nos ongles fragilisés par l’été (vernis, sable, soleil…) ont bien besoin d’une petite cure reminéralisante et restructurante.

Les Laboratoires Bailleul ont conçu un vernis adapté aux besoins de tous les ongles et même des plus sensibles comme ceux affectés par un psoriasis unguéal. Psoriatec doit être appliqué chaque jour sur des ongles propres et secs. Il s’élimine facilement à l’eau SANS DISSOLVANT. Les essais cliniques ont démontré qu’une application régulière de Psoriatec permet de réduire la dystrophie unguéale, le dédoublement et la fragilité des ongles et ainsi d’améliorer leur aspect général.  Prix : environ 13 euros.