Incendie de Rouen : « Dormez, dormez, braves gens… »

Mais de qui se moque-t-on ? Comment des hautes autorités, des élus, des ministres même, peuvent en 2019 nous prendre à ce point pour des jambons ?

Hier, ces édiles étaient prêts à mettre au cachot, les vendeurs de e-liquides. Ils stigmatisaient sans retenue les vapoteurs au titre du sacro-saint principe de précaution de santé publique !!!! Suite – rappelons-le à six décès survenus aux USA liés à une mauvaise utilisation des « vapoteuses ». Par quel tour de magie, ces mêmes édiles confrontés à l’incendie d’une usine de produits chimiques classée SEVESO peuvent -ils tranquillement, ouvertement adopter une posture si outrageusement rassurante ? Non, il n’y a pas de risque pour la santé. Les fumées produites par la combustion de produits chimiques ne sont pas si toxiques. « Dormez, dormez, braves gens » semblait même chuchoter la Ministre de la Santé entête- sur les cendres de l’usine Lubrizol, tandis que les sapeurs-pompiers pataugeaient dans une boue plus que douteuse… L’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) évoquait du bout des lèvres, un risque « possible » d’émission de dioxines » lors de la combustion des produits chimiques stockés sur le site. De « possibles » émanations donc de dioxines, vous savez ces molécules invisibles -polluants organiques toxiques persistants dans l’environnement et hautement cancérigènes- qui se déposent sur les suies issues des panaches de fumée, ne seraient finalement pas si méchantes que cela…

Les risques sont faibles, puisqu’on vous le dit ! Soyez rassurés, il n’y a pas « d’inquiétudes particulières à avoir », assurait cette semaine le directeur de l’Ineris, Raymond Cointe lors d’une conférence de presse. « Ces polluants ont été mesurés à des niveaux relativement faibles » affirme-t-il encore. Alors, pourquoi s’inquiéter ?

Les jours passent et ne se ressemblent pas. Le ton change. Les affirmations rassurantes d’hier sont suspendues à des « analyses en cours », « des compléments d’enquête »… Les restrictions sanitaires concernant la consommation et la vente de lait, œufs, miel, poissons d’élevage et productions végétales issus des territoires où la présence de suie a été confirmée, n’a fait qu’accroître le malaise. Cette communication contradictoire inquiète les populations qui doutent. Ils étaient 2000 manifestants dans les rues de Rouen cette semaine dénonçant cette cacophonie.

Les sapeurs-pompiers présents sur le site ont évoqué une fumée jaune qui n’était pas identifiée, nombre d’entre eux se sont plaints de maux de tête, nausées, vomissements… Hier, lors du conférence de presse, le SDIS76 a indiqué que la transparence serait totale sur les résultats des analyses sanguines des agents. Nous y veillerons.

Heureusement, la bonne nouvelle est tombée hier. Le Sénat va enquêter, oui, d’ici deux ou trois mois on publiera de nouveaux résultats…  Et vous saurez peut-être Chers Rouennais et habitants des Hauts de France et du Pas de Calais ce que vous avez vraiment inhalé… Allez, quelques chiffres pour finir, l’usine Lubrizol fabriquait des additifs qui entrent dans la composition d’huiles pour le secteur de l’automobile (moteurs diesel et essence). 5000 tonnes de ces produits chimiques dont de nombreux solvants sont partie en fumées lors du -bien nommé- sinistre. Le jour même, 51 personnes ont été prises en charge médicalement. Une semaine après les faits, 224 personnes se sont rendues au urgences pour une « pathologie en lien avec l’incendie »… Huit ont été hospitalisées…

Cl. C. pour Parlonssante.com

Voir le détail des fiches produits sur le site de la Préfecture de Seine Maritime 

 

Publicités

Natexpo : le bio fait son show à Paris du 20 au 22 octobre

NATEXPO, l’incontournable rendez-vous français de tous les professionnels de la bio fait son grand retour au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte les 20-21-22 octobre prochain. Le salon, désormais annualisé, attend plus de 15 000 visiteurs avec 1 000 exposants représentant une vingtaine de pays, pour une édition 2019 de tous les records. Véritable reflet de la diversité et de l’exceptionnelle vitalité du marché bio, NATEXPO est le seul salon B2B offrant une vision à 360° de l’offre. Il s’inscrit dans le puissant dynamisme du marché bio, en particulier marqué par l’essor sans précédent de l’alimentation bio. En France, les achats de produits alimentaires bio ont en effet atteint un record de 9,7 milliards d’euros en 2018, +15% par rapport à 2017.

Toute la bio de demain à NATEXPO 2019

Lire la suite

On a testé pour vous des soins signés Lull Paris

Formulés sans silicone, sans huile minérale, sans allergène, sans paraben, sans phenoxyethanol, et sans ingrédient d’origine animale, les soins Lull Paris sont labellisés innovants par le Ministère de la Recherche. Ils sont fabriqués en France et sont recyclables dans la chaîne d’éco-responsabilité. Ils associent des bases actives naturelles (huile de coco, beurre de jojoba, glycérine végétale…) et des extraits végétaux actifs combinés à des complexes d’aromathérapie régénérants. Une beauté au naturel. 

A la rédaction, nous avons testé deux produits de cette gamme. La crème régénératrice pour les mains et le baume à lèvre « Nuit Céleste ». Ce dernier est très agréable à l’application, sans parfum, la texture est légère, fluide et pénètre très vite. Un vrai confort pour protéger son sourire du froid, mais aussi des chocs thermiques (canicule, environnement climatisé…). On aime aussi son petit pot de verre et son couvercle argenté, élégant et discret, on hésite surtout pas à l’emmener en week-end !

La crème régénérante « Nuit Céleste » a fait l’unanimité dans la rédaction, pour preuve l’état du tube qui se cache dans sa jolie boite pour la photo ! Mis à part un bouchon en métal argenté un peu trop lourd, c’est notre coup de cœur. Indispensable crème pour prendre soin de ses mains en toute saison, sa texture « pommade » permet une application facile du poignet au bout des doigts. Elle ne laisse ni trace, ni sensation collante. La peau est douce est visiblement hydratée.

Lire la suite

Le salon ZEN & BIO revient à Nantes du 11 au 13 octobre 2019 

Échanger, partager, tester, découvrir, mieux se connaître, s’apaiser, veiller sur soi, consommer bio, respecter l’environnement et privilégier les remèdes naturels sont autant de préoccupations ambitieuses au cœur des aspirations montantes des français. Le salon ZEN & BIO, créé en 2008 à Nantes, propose des clés et des idées nouvelles pour ses 20 300 visiteurs grâce à l’offre de ses 240 exposants, ses 90 conférences et 65 ateliers et animations créatives toujours très prisées. Et le spectre est large : alimentation, habitat, environnement, artisanat, jardin, vacances, prêt-à-porter, maison écologique, développement personnel, beauté, santé… Tout est propice à la réflexion dans un monde qui s’interroge sur ses modes de vie et de consommation. Précurseur dans la région du grand ouest, le salon ZEN & BIO a créé un lieu de rencontres et d’expériences humaines riches de valeurs et d’une dynamique qui participe à un monde nouveau et différent, pour faire les petits pas nécessaires à la construction de demain.

Lire la suite

Festival du film SEP (sclérose en plaques) édition 2019 : J-2 jours avant la clôture des candidatures !

Spot Philippe_Moment

Sa voix reconnaissable entre toutes évoque les symptômes de la maladie. « J’ai une insensibilité de l’extrémité des doigts », « J’ai des sensations de brûlure, de compression, de gonflement sur certains membres ». « J’ai parfois des troubles de la concentration, de la mémoire aussi, j’ai le nerf optique endommagé ». Le patineur, Philippe Candeloro est aux côtés de Gil Ama, parrain du Festival du film SEP. Il prête sa voix à une campagne de sensibilisation menée en parallèle d’un concours de films sur le thème : « Rendre visible ce qui est invisible dans la SEP ». Cet événement qui a pour objectif de faire connaître cette maladie et ses symptômes au grand public.

Cette année encore, parce qu’elle est mal connue du grand public et parce que les préjugés sur cette maladie persistent, L’Union pour la lutte contre la Sclérose en Plaques (UNISEP) a lancé le 28 février dernier un concours vidéo destiné à mieux faire connaître cette maladie, ouvert à tous : grand public amateur, communauté SEP ou cinéastes professionnels ou semi-professionnels. CLEAR CHANNEL et ROCHE soutiennent l’UNISEP et son Festival du film sur la sclérose en plaques.

SEP 2019

La Sclérose en plaques aujourd’hui en France
La sclérose en plaques touche 80 000 personnes en France. Les symptômes sont très variés et peuvent évoluer d’une personne à une autre et dans le temps. A ce jour, les progrès thérapeutiques ne permettent pas de guérir de la SEP mais ils améliorent la qualité de vie des malades.

Les Maisons de la SEP
Cette année, ce sont 14 villes qui ouvriront les portes d’une Maison de la SEP. Une journée organisée pour découvrir des activités régionale afin de vivre mieux avec la maladie. Consultez la liste des villes et les programmes des animations.

Le Concours
Le Festival du film sur la SEP laisse libre cours à l’imagination des candidats pour « Rendre visible ce qui est invisible dans la SEP » dans un film de 30 secondes pour la catégorie Professionnel et de 1 minute pour la catégorie Amateur. Le concours est ouvert jusqu’au 10 mai 2019. La remise des prix aura lieu le 27 mai 2019.

Qui peut concourir ?
Catégorie Professionnel : Réalisation d’un film de 30 secondes maximum.
Le gagnant de cette catégorie pourra voir sa vidéo diffusée sur les grands médias nationaux et sur les écrans digitaux de Clear Channel et recevra une dotation totale de 3 000 euros. Pour déposer une vidéo et participer au concours cliquez ici !

Catégorie Amateur :
Réalisation d’un film de 30 secondes à 1 minute maximum.
Le gagnant de cette catégorie aura sa vidéo diffusée sur les réseaux sociaux de l’Unisep et recevra une dotation de 1 500 euros.

Informations et contraintes techniques dans le règlement déposé chez huissiers et téléchargeable ici : règlement

Pour toute information complémentaire, contactez : contact@unisep.org 

#festivaldufilmSEP2019 – #byunisep – #rendrevisiblecequiestinvisible

 

Asthme : 1000 décès par an !

La journée mondiale de l’asthme est organisée une fois par an. En France, depuis 20 ans l’événement est porté par l‘association Asthme et Allergies. L’objectif de cette journée est de faire connaître les symptômes de cette maladie, d’échanger et d’informer le grand public. Des initiatives sont organisées par des associations d’asthmatiques et/ou des professionnels de santé, des experts. Cette maladie a de graves conséquences sur la santé, elle est parfois mortelle. En France, elle est responsable de 1000 décès par an !
Quand elle est peu ou mal prise en charge, l’asthme est une maladie qui impacte la vie quotidienne dans tous ces aspects : familiaux, mais aussi professionnelles, de loisirs ou même affectifs. Elle peut aussi être grave nécessitant hospitalisations ou consultations en urgence et elle provoque encore aujourd’hui 2 à 3 décès par jour en France. Les spécialistes savent que presque tous ces décès seraient évités si l’asthme était dépisté et les traitements suivis. La sensibilisation et les campagnes d’information sont donc primordiales pour sauver des vies.

L’asthme en France

A ce jour en France, on compte 2,5 à 3 millions d’asthmatiques dont 1/4 d’enfants et d’adolescents (7% des Français). Dans 80% des cas, l’allergie est à l’origine des asthmes chez l’enfant, environ 50% chez l’adulte. Les Français méconnaissent encore largement cette réalité. C’est pourquoi il est nécessaire de communiquer. Un sondage réalisé cette année à la veille de la journée mondiale par l’IFOP indique que 89% des Français ignorent que l’asthme peut avoir des conséquences graves, voire mortelle. 

Lire la suite

Non, non, on ne doit pas mourir de la rougeole en France à notre époque !

2699parlonssantecomNon, non, non, on ne peut pas, on ne doit pas mourir de la rougeole en France en 2019. C’est intolérable ! Et pourtant le 13 mars dernier, l’Agence sanitaire de Santé publique a annoncé qu’une femme était décédée dès suite d’une encéphalité, le premier décès dû à la rougeole en France en 2019, le quatrième en deux ans sur notre territoire. Infection virale très contagieuse, la rougeole peut avoir de graves conséquences notamment au niveau pulmonaire, mais aussi neurologique. Depuis deux ans, cette maladie est en recrudescence en Europe et pourtant il existe un vaccin sûr et efficace. Et ce sont justement les messages de désinformation colportés par les mouvements « anti-vaccination » qui sont en cause dans la flambée mondiale de la rougeole.

Le nombre de cas de rougeole a augmenté de manière importante depuis novembre 2017.

- Depuis le 1er janvier 2019, 244 cas de rougeole ont été déclarés (contre 665 cas sur la même période en 2018)
- 73 hospitalisés (30%). 4 en réanimation et 19 (8%) formes compliquées (pneumopathie)
- 91% des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés.

Si vous avez un doute sur votre couverture vaccinale, demandez à votre médecin de vous prescrire un test via une prise de sang. A l’âge adulte, on oublie trop souvent de faire les rappels, coqueluche, rougeole… mais aussi tétanos sont des maladies qui font leur grand retour car les rappels n’ont pas été réalisés à l’âge adulte ! Le vaccin n’est obligatoire en France chez l’enfant que depuis un an, auparavant il était « recommandé ». Vérifiez donc dans les carnets de santé de vos enfants surtout si vous avez prévu un séjour en Savoie pour les prochaines vacances.

Le vaccin contre la rougeole est remboursé à 100 % par l’Assurance Maladie pour tous les enfants de un à dix-sept ans inclus (et au minimum à 65 % à partir de 18 ans). L’injection peut être pratiquée le même jour que d’autres vaccins.

Les recommandations de l’Assurance Maladie pour endiguer la maladie :
Il faudrait que 95 % de la population française soit immunisée contre la rougeole. Une telle protection collective permettrait d’éliminer la maladie et ainsi protéger les nourrissons de moins d’un an, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées ne pouvant être elles-mêmes vaccinées. Il est donc impératif que toutes les personnes nées à partir de 1980 aient reçu deux doses de vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et que tous les enfants soient vaccinés contre la rougeole dès l’âge de un an.