Absentéisme à l’hôpital : Whoog une solution de remplacement basée sur le volontariat du personnel

Notre système de soin est malade, dégradation des conditions de travail, heures supplémentaires impossibles à prendre, non remplacement des départs à la retraite… Les personnels sont à bout de souffle, pour ne pas dire en burn-out !

Face à ces restrictions budgétaires qui pénalisent les services et font peser une surcharge de travail immense sur les personnels, les arrêts de travail pleuvent… Et la charge de travail se reporte sur les plus robustes qui -la vocation pour le service public chevillée au corps- enchaînent les gardes, les astreintes… Se démotivent et s’épuisent. Alors pour que le service continue malgré tout un minimum, les établissements de santé font appel à des intérimaires, de coûteux contrats qui creusent encore les déficits !

Selon une étude de l’Haute Autorité de Santé (HAS), le surcoût des remplacements sur des événements indésirables évitables sont compris entre 400 millions d’euros et plus d’un milliard d’euros chaque année (absentéisme, temps perdu, dégradation de la qualité des soins et accidents médicaux. Dans ce contexte peu optimiste, heureusement des entrepreneurs ne manquent pas d’idées pour faire bouger les lignes et innover !

Spécialisée dans le secteur de la santé, la start-up Whoog créée par Guerric Faure et Michael Rabaron à Sophia-Antipolis a développé en partenariat avec les professionnels de santé publique et privée et a mis au point une solution de gestion des remplacements internes -notamment de dernière minute- basée sur le volontariat du personnel.  La société a créé une solution de gestion unique et brevetée, basée sur le volontariat du personnel interne ou externe pour pallier à l’absentéisme dans les établissements de santé. Le service a été développé en collaboration avec des établissements de santé publics ou privés (CHU, CH, FEHAP, EHPAD, cliniques) et des utilisateurs finaux à savoir des titulaires, vacataires, étudiants, retraités…. Whoog apporte des bénéfices sociaux et économiques à ses clients et utilisateurs.Whoog3

Whoog, comment ça marche ?

« Un responsable poste une mission en quelques secondes via la solution Whoog. Le personnel de santé inscrit sur Whoog est immédiatement averti de cette recherche de remplacement (la recherche est affinée via des critères très précis en fonction du poste et des compétences nécessaires) ».

Qui peut répondre ?

« Seuls les whoogers volontaires, disponibles et compétents recevront cette demande sur leur téléphone ou ordinateur. En 1 clic le collaborateur pourra se positionner sur cette mission. • Les missions sont diffusées de façon équitable entre les collaborateurs disponibles et peuvent aussi intégrer les règles réglementaires sociales. Whoog se charge aussi de la gestion administrative des remplacements (édition automatique de fiche de prise de poste, gestion des missions réalisées pour la paie, etc.). Un historique de remplacement est alors mis à jour pour chaque mission accomplie, permettant ainsi de produire et d’analyser des statistiques afin d’améliorer la gestion des remplacements futurs ».

Lire la suite

Publicités

« Nez pour Sourire », une collecte nationale pour soutenir l’action des clowns hospitaliers de « Rire Médecin »

L’opération « Nez pour Sourire » est organisée cette année entre le 1er mars et le 13 mai 2018. Accréditée par le Ministère de la Santé et des Solidarité, elle pilote une collecte nationale officielle sur la voie publique au profit de l’association « Rire Médecin » qui plaide pour la bientraitance à l’hôpital et notamment au profit du bien-être des enfants hospitalisés. Créée en 1991, « Rire Médecin » est depuis l’origine la seule association à vocation nationale de clowns hospitaliers, son ambition ? Offrir à chaque enfant hospitalisé une écoute, un accompagnement ludique, drôle et réconfortant afin de restaurer chez lui l’insouciance de son âge, l’accompagnement par le rire est la clef pour l’aider à passer au mieux le cap de l’hospitalisation et l’aider à trouver en lui les ressources pour vaincre la maladie. Accompagnement de projet et formations initiales et continue de «clowns hospitaliers » pour maîtriser les pathologies et protocoles de soins pédiatriques, l’Institut propose également en formation continue des modules «ludo-soignants» qui s’adressent aux praticiens, notamment hospitaliers.

Collecte au profit de l'association "Rire Médecin"

Lire la suite

Testé pour vous : le coffret Pivoine féerie de Jeanne en Provence

Notre coup de cœur de cet hiver 2017 pour prendre soin de sa peau et de ses sens est signé Jeanne en Provence, une marque que l’on adore ! Une mousse délicate, un parfum fleuri subtil, une crème hydratante toute douce, à quelques jours de Noël pour se faire plaisir ou à glisser au pied du sapin pour sa maman chérie : le coffret pivoine féerie à 14,99 euros. Disponible ici

Testé pour vous : Vernis restructurant Psoriatec

La période hivernale est propice au cocooning. Très sollicitées et à la peau fine, nos mains méritent un traitement de faveur. Gants, crème hydratante, automassage, elles ne demandent qu’à se faire chouchouter. Nos ongles fragilisés par l’été (vernis, sable, soleil…) ont bien besoin d’une petite cure reminéralisante et restructurante.

Les Laboratoires Bailleul ont conçu un vernis adapté aux besoins de tous les ongles et même des plus sensibles comme ceux affectés par un psoriasis unguéal. Psoriatec doit être appliqué chaque jour sur des ongles propres et secs. Il s’élimine facilement à l’eau SANS DISSOLVANT. Les essais cliniques ont démontré qu’une application régulière de Psoriatec permet de réduire la dystrophie unguéale, le dédoublement et la fragilité des ongles et ainsi d’améliorer leur aspect général.  Prix : environ 13 euros.

Octobre Rose : un trop plein d’événements qui brouille la communication autour du dépistage

« Octobre Rose » serait-il victime de son succès ? C’est bien la question qui se pose aujourd’hui à La Ligue contre le cancer. Le trop plein et l’éclectisme des événements estampillés « Octobre Rose » rend le message initial totalement inaudible. Pire, il serait contre-productif, les statistiques révèlent une baisse de la participation au dépistage du cancer du sein depuis 2012.

Initié dans les années 1990 aux Etats-Unis  pour sensibiliser les femmes entre 50 et 74 ans au dépistage du cancer du sein, cet événement  a été lancé en France il y a près de 25 ans. Ces dernières années il a connu un engouement incroyable et a été repris par d’innombrables entités institutionnelles, privées et associatives qui -sous l’étiquette Octobre Rose- organisent des manifestations pour collecter des fonds, fédérer, informer… Le succès est tel que l’on en oublierait presque l’essentiel, c’est-à-dire la vocation de cet événement : la promotion du dépistage du cancer du sein via la mammographie. Ce qui inquiète le plus La Ligue contre le cancer c’est le détournement de l’opération. Certaines associations et entreprises surfent sur  la notoriété d’Octobre Rose pour communiquer sur leurs propres actions, voire leurs produits. On voit fleurir dans les magasins des boîtes de petits pois « Octobre Rose… Ce phénomène baptisé « Pinkwashing » est dénoncé depuis quelques années aux Etats-Unis et au Canada. La Ligue contre le cancer dénonce des « tentatives de communications opportunistes et démagogiques » qui brouillent le message et ne sont pas sans conséquences sur le dépistage en lui-même car justement depuis 2012 la participation est en net recul. Malgré le succès d’Octobre Rose, les femmes de plus de 50 ans, premières concernées par ce risque, se détournent de la mammographie de dépistage. Lire la suite

Testé pour vous : Pycnogenol, extrait d’écorce de pin maritime des Landes

Pycnogenol®  est un extrait naturel d’écorce de pin maritime qui pousse dans les Landes en France. Cet extrait contient une combinaison unique de procyanidines, de bioflavonoïdes offrant par leurs propriétés complémentaires des bénéfices considérables en terme de santé.  Des ingrédients naturels et 100% made in France. Ses vertus antioxydantes sont variées: santé et éclat de la peau, renforcement du système immunitaire, santé du cœur, diminution des douleurs articulaires, vision préservée, santé de la femme, énergisant naturel pour les sportifs… On peut le trouver sous différentes formes dans plus de 700 produits à travers le monde : compléments alimentaires, boissons, crèmes, gélules…

Lire la suite

Cancer du sein : Des dessous chics pour reconquérir sa féminité

Corinne Bégaud @parlonssante.com
Corinne Bégaud, créatrice de lingerie qui veut aider les femmes touchées par un cancer à retrouver leur sensualité.

Corinne Bégaud est une pétillante femme de cinquante ans bien dans sa peau. Cette Essonnienne, mère de deux enfants a changé de vie en 2014 quittant le rôle de salariée pour épouser celui de créatrice de mode motivée et ultra convaincue par son projet. Elle conçoit de la lingerie haut de gamme principalement des soutien-gorges pour les femmes qui ont eu un cancer du sein.

Le soutien-gorge s’adapte aux contraintes techniques des prothèses tout en apportant confort et séduction à la cliente. Début octobre, elle a élargi sa gamme en proposant une nuisette qui a rencontré un vif succès auprès de la clientèle, ce sont d’ailleurs les boutiques de lingerie traditionnelle qui en vendent le plus, car l’atout majeur des créations de NéoSensuelle est que toutes les coquettes peuvent y succomber… Pour Corinne, l’équation est simple, toutes les femmes ont droit à porter de la lingerie fine. Interview

Comment est née l’idée de créer cette lingerie NéoSensuelle ?

Lire la suite