Huit mille morts par jour dans le monde. Près de quarante millions de personnes contaminées par le VIH. Le sida est une urgence majeure. Depuis sa découverte il y a vingt et un ans, le virus du sida est devenu la première cause de mortalité au monde. L’Ile-de-France est particulièrement touchée, avec 24 cas de sida pour 100 000 habitants, ce qui représente près de 60 % du nombre total de contaminés en France.

A la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida et de l’opération Sidaction, J.-Pierre Raffarin, le Premier ministre vient d’annoncer que le sida serait “cause nationale” en 2005. Pour les médecins, les malades et les associations, il est temps de relancer la communication, car il y a un net relâchement de la prévention en particulier chez les hétérosexuels (60% des nouveaux contaminés). N’oublions pas que les traitements lourds et contraignants ne font que retarder l’évolution de la maladie, car il n’existe à ce jour aucun vaccin. La seule façon de se prémunir de la transmission sexuelle est d’utiliser des préservatifs! Lire la suite

Publicités

Le sida, c’est quoi ?

Sida : syndrome d’immuno déficience acquise.
VIH : virus d’immunodéficience humaine.
Transmission : le virus est présent dans les liquides biologiques de l’organisme des personnes atteintes. Il y a trois types de contamination.

1) Voie sexuelle : pénétration vaginale ou anale sans préservatif ; contacts bouche-sexe ou bouche-anus.

2) Voie sanguine.

3) Transmission materno foetale.

Evolution de la maladie : le VIH pénètre certains lymphocytes T (la grande majorité sont des lymphocytes TCD4) et s’y multiplie. Les lymphocytes infectés meurent, le VIH se retrouve dans le sang et infecte d’autres lymphocytes. Une personne séropositive n’est pas forcément malade (sida) si le nombre de lymphocytes est suffisant, elle peut lutter contre les infections. Quand le nombre de lymphocytes baisse, les défenses immunitaires sont insuffisantes pour faire face aux microbes et aux virus qui en profitent pour pénétrer dans l’organisme (ou se réactiver). On parle alors d’infections opportunistes (mycoses, parasitoses, mycobactérioses, etc). Toutefois, on peut prévenir certaines infections en prenant des antibiotiques de façon préventive. Une personne infectée peut aussi développer certains cancers associés au VIH.

«Le problème avec la journée mondiale de lutte contre le sida c’est qu’elle ne dure qu’une journée !». Marc est séropositif depuis treize ans. Il vit et travaille avec Arnaud, lui aussi “séropo”. Tous les trois mois, ils se rendent à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges pour un bilan de santé complet. Dans les couloirs du 7e étage, service des maladies infectieuses, les 450 séropositifs au VIH suivis annuellement croisent d’autres malades. Ils se saluent, mais parlent peu entre eux. Dans une chambre, à l’abri des regards, chacun raconte son histoire avec le virus. Lire la suite