Absentéisme à l’hôpital : Whoog une solution de remplacement basée sur le volontariat du personnel

Notre système de soin est malade, dégradation des conditions de travail, heures supplémentaires impossibles à prendre, non remplacement des départs à la retraite… Les personnels sont à bout de souffle, pour ne pas dire en burn-out !

Face à ces restrictions budgétaires qui pénalisent les services et font peser une surcharge de travail immense sur les personnels, les arrêts de travail pleuvent… Et la charge de travail se reporte sur les plus robustes qui -la vocation pour le service public chevillée au corps- enchaînent les gardes, les astreintes… Se démotivent et s’épuisent. Alors pour que le service continue malgré tout un minimum, les établissements de santé font appel à des intérimaires, de coûteux contrats qui creusent encore les déficits !

Selon une étude de l’Haute Autorité de Santé (HAS), le surcoût des remplacements sur des événements indésirables évitables sont compris entre 400 millions d’euros et plus d’un milliard d’euros chaque année (absentéisme, temps perdu, dégradation de la qualité des soins et accidents médicaux. Dans ce contexte peu optimiste, heureusement des entrepreneurs ne manquent pas d’idées pour faire bouger les lignes et innover !

Spécialisée dans le secteur de la santé, la start-up Whoog créée par Guerric Faure et Michael Rabaron à Sophia-Antipolis a développé en partenariat avec les professionnels de santé publique et privée et a mis au point une solution de gestion des remplacements internes -notamment de dernière minute- basée sur le volontariat du personnel.  La société a créé une solution de gestion unique et brevetée, basée sur le volontariat du personnel interne ou externe pour pallier à l’absentéisme dans les établissements de santé. Le service a été développé en collaboration avec des établissements de santé publics ou privés (CHU, CH, FEHAP, EHPAD, cliniques) et des utilisateurs finaux à savoir des titulaires, vacataires, étudiants, retraités…. Whoog apporte des bénéfices sociaux et économiques à ses clients et utilisateurs.Whoog3

Whoog, comment ça marche ?

« Un responsable poste une mission en quelques secondes via la solution Whoog. Le personnel de santé inscrit sur Whoog est immédiatement averti de cette recherche de remplacement (la recherche est affinée via des critères très précis en fonction du poste et des compétences nécessaires) ».

Qui peut répondre ?

« Seuls les whoogers volontaires, disponibles et compétents recevront cette demande sur leur téléphone ou ordinateur. En 1 clic le collaborateur pourra se positionner sur cette mission. • Les missions sont diffusées de façon équitable entre les collaborateurs disponibles et peuvent aussi intégrer les règles réglementaires sociales. Whoog se charge aussi de la gestion administrative des remplacements (édition automatique de fiche de prise de poste, gestion des missions réalisées pour la paie, etc.). Un historique de remplacement est alors mis à jour pour chaque mission accomplie, permettant ainsi de produire et d’analyser des statistiques afin d’améliorer la gestion des remplacements futurs ».

Lire la suite

Publicités

« Nez pour Sourire », une collecte nationale pour soutenir l’action des clowns hospitaliers de « Rire Médecin »

L’opération « Nez pour Sourire » est organisée cette année entre le 1er mars et le 13 mai 2018. Accréditée par le Ministère de la Santé et des Solidarité, elle pilote une collecte nationale officielle sur la voie publique au profit de l’association « Rire Médecin » qui plaide pour la bientraitance à l’hôpital et notamment au profit du bien-être des enfants hospitalisés. Créée en 1991, « Rire Médecin » est depuis l’origine la seule association à vocation nationale de clowns hospitaliers, son ambition ? Offrir à chaque enfant hospitalisé une écoute, un accompagnement ludique, drôle et réconfortant afin de restaurer chez lui l’insouciance de son âge, l’accompagnement par le rire est la clef pour l’aider à passer au mieux le cap de l’hospitalisation et l’aider à trouver en lui les ressources pour vaincre la maladie. Accompagnement de projet et formations initiales et continue de «clowns hospitaliers » pour maîtriser les pathologies et protocoles de soins pédiatriques, l’Institut propose également en formation continue des modules «ludo-soignants» qui s’adressent aux praticiens, notamment hospitaliers.

Collecte au profit de l'association "Rire Médecin"

Lire la suite