à lire, Cancérologie / Oncologie, Témoignages

En librairie le 12 octobre : « Plus jamais seuls face au cancer » – 100 témoignages de malades, de soignants et d’aidants

Le 12 octobre prochain, « Plus jamais seuls face au cancer » l’ouvrage témoignages qui recense la parole d’une centaine de malades, de soignants et d’aidants sera en librairie. (Il est déjà en pré-vente cliquez ici). C’est un événement pour Luz d’Ans et son équipe, trois ans quasiment jour pour jour, après le lancement de l’aventure #CMyNewMe, un forum sur Facebook qui donne la parole à celles et ceux qui vivent ou ont vécu le cancer. Des bons mots sur le chemin de la guérison sociale.

Tout commence le 13 octobre 2018, Luz d’Ans « célèbre » ses 5 ans de rémission du cancer du sein qui avait mis sa vie et celle de son bébé en danger. C’est pour elle, comme un journal intime qu’elle partage dans sa sphère personnel, un réseau de proches, mais son  témoignage va porter plus loin que son groupe d’amis. En quelques jours, il est partagé plus de 600 fois et est lu par 44.000 personnes  !

Très vite, les témoignages d’anonymes affluent dont ceux de Sophie et de Mary-Tahra. Luz les repère et leurs demande de l’épauler dans la gestion de la page. Puis elle sollicite son amie Elodie pour créer le logo #CMyNewMe. Deux autres personnes, repérées parmi les fans de la Page, complèteront la dream-team : Magali en novembre 2018 et Nanou en février 2019. Six femmes de talents qui ne se connaissaient pas et ne vivaient pas au même endroit, se sont retrouvées autour de ce même projet de cette même vision. Il fallait libérer la parole, permettre à toutes celles, tous ceux qui en éprouvaient le besoin d’y avoir accès, de crier, de revendiquer, de raconter… de se reconstruire.

Depuis trois ans, chaque semaine, patients, aidants ou soignants partagent leur expérience sous forme de témoignages. Aujourd’hui, #CMyNewMe est suivi par plus de 5 000 fans en France, Europe, Afrique du Nord, Asie, et Amérique du Nord, le collectif #CMyNewMe partage chaque semaine de nouveaux témoignages.

Lire la suite « En librairie le 12 octobre : « Plus jamais seuls face au cancer » – 100 témoignages de malades, de soignants et d’aidants »
Cancérologie / Oncologie, La recherche médicale

Mobilisez-vous pour porter l’espoir, participez à l’événement « Une Jonquille contre le cancer » !

En mars 2021, l’Institut Curie fait fleurir l’espoir à l’occasion de la 17e édition de sa campagne nationale Une Jonquille Contre le Cancer. Mobilisons-nous dans la France entière afin de collecter un maximum de dons pour soutenir la recherche et l’innovation médicale contre le cancer. Ensemble, sensibilisons le plus grand nombre à l’importance de cette grande cause. Ensemble, portons l’espoir !

Lire la suite « Mobilisez-vous pour porter l’espoir, participez à l’événement « Une Jonquille contre le cancer » ! »
Cancérologie / Oncologie, made in France

Les #Franjynes innovent avec des alternatives très fashion à la perruque

Les Franjynes, la marque azuréenne qui coiffe autrement les femmes atteintes d’alopécie, est de retour avec un tout nouveau produit : les «Franges reverse». Lancée sur un concept innovant de franges en fibres synthétiques haut de gamme associées à un turban, les Franjynes poursuit son ascension en offrant une nouvelle prothèse capillaire résolument féminine et très tendance.

Au-delà d’une simple prothèse capillaire, les « Franges » et les « Franges reverse »
sont envisagées comme une alternative originale, confortable et stylée à la perruque.
Plus qu’un accessoire capillaire, c’est un véritable accessoire de mode pour toutes les femmes et surtout celles qui ont soif de féminité en phase de reconstruction après un cancer que propose Les Franjynes. Un accessoire qui va permettre à chacune de reprendre confiance, de renouer avec sa féminité, et son image en toute discrétion, tout en apportant une touche pop et colorée à son look.

Lire la suite « Les #Franjynes innovent avec des alternatives très fashion à la perruque »
Cancérologie / Oncologie

#OctobreRose : Oui à la mammographie !

Ce fichu virus omnipotent s’accapare les médias depuis sept mois, rendant quasiment invisible les autres pathologies. Le confinement -nous l’évoquions dans un autre post- a fait son lot de victimes. Les reports d’examens, d’interventions ont eu des conséquences dramatiques pour bon nombre de malades. Certains hésitent encore à pousser la porte du cabinet médical, du laboratoire. Parmi ces dommages collatéraux, le dépistage précoce du cancer du sein. Des semaines sans consultation, sans avis médical. Et, en silence, des tumeurs non détectées par les mammographies reportées, ont grossi réduisant les chances de guérison et de survie de nombre de femmes. Conscients de cette catastrophe annoncée, les oncologues n’ont de cesse que de rappeler la nécessité de ce dépistage, d’inciter les femmes à retrouver le chemin des cabinets médicaux. « Il y a des risques d’aggravation de la maladie si on ne distingue pas des cancers à un stade précoce. Si on passe d’un cancer du sein sans atteinte des ganglions diagnostiqués en février, à un diagnostic quatre mois plus tard, il peut être métastatique, donc plus compliqué à être soigné« , prévient Anthony Gonçalves, oncologue à l’Institut Paoli-Calmettes (IPC) de Marseille, joint par La Provence. Le cancer du sein, c’est 60 000 nouveaux cas et 12 000 décès par an en France. Le taux de mortalité a diminué en 15 ans, le Covid pourrait changer la donne. Cette année, encore plus qu’hier, la campagne d’information Octobre Rose est cruciale.

Témoigner, expliquer, informer. « Non » la mammographie n’est pas un examen douloureux. « Oui » c’est désagréable d’avoir un sein compressé entre deux plaques froides. Mais cela ne dure que qlq instants, et puis, le plus pénible finalement c’est d’attendre la rencontre avec le médecin pour connaître le résultat de la mammo.

Des initiatives partout en France et dans le monde sont organisées pour sensibiliser les femmes à la nécessité de ce dépistage, mais là encore le Covid met son grain de sel partout. L’interdiction de se rassembler a sonné le glas de nombre de conférences, d’événements y compris en extérieur.

Cancérologie / Oncologie

Cancer du sein : pendant les fêtes, les bénévoles de Vivre Comme Avant sont là !

En cette période de fêtes de fin d’année, où l’esprit de Noël est bien malmené par les tensions, les conflits et la crise sociale que nous traversons, nous partageons avec conviction cette lettre rédigée par l’association Vivre comme avant, un message de soutien et d’espoir pour les femmes qui luttent contre un cancer du sein et n’auront guère le cœur à la fête. L’association Vivre Comme Avant a été fondée et est animée par des femmes bénévoles, des survivantes du cancer du sein. C’est la seule association en France a proposé cet accompagnement personnalisé avec visites à l’hôpital, contact téléphonique, une écoute et une bienveillance au long court. A ce jour, 10 000 femmes sur les 50 000 qui luttent contre la maladie sont aidées et soutenues par des femmes bénévoles de Vivre Comme Avant qui, elles aussi, ont eu un cancer du sein. Des services gratuits et adaptés à vos besoins.

« Alors que tous et toutes autour de vous se préparent pour les fêtes de fin d’année, que les rues, les vitrines, les maisons s’illuminent… Pour certaines femmes, ce n’est pas le bon moment… Vous venez d’apprendre que vous avez un cancer du sein, vous suivez un traitement de chimiothérapie, vous attendez les résultats d’examens… Alors, le cœur n’y est pas.

Lire la suite « Cancer du sein : pendant les fêtes, les bénévoles de Vivre Comme Avant sont là ! »

Cancérologie / Oncologie

En Novembre, la Moustache est tendance !

Cet hiver, Jules enseigne nationale de prêt-à-porter masculine s’associe à la créatrice française Coucou Suzette autour d’une action de collecte de dons au profit de l’association Movember qui oeuvre pour faire avancer la recherche pour la santé masculine. Les deux marques françaises ont ainsi imaginé et créé ensemble un pin’s fun & collector disponible dès le 1er novembre et offert pour tout don supérieur ou égal à 2€ au profit de l’association Movember. Chaque année en novembre, cette association incite les hommes à se laisser pousser la moustache en signe de ralliement, l’inscription à l’opération permet de collecter des dons, mais aussi de sensibiliser l’opinion publique aux maladies masculines (cancer de la prostate, des testicules, santé mentale et suicide).

Lire la suite « En Novembre, la Moustache est tendance ! »

Actu, Cancérologie / Oncologie

Le cancer du sein c’est 11 900 décès par an ! Mobilisons-nous !

Ce lundi 1er octobre marque le coup d’envoi de la 25e édition de l’opération Octobre Rose, la campagne d’information et de lutte contre le cancer du sein. A travers des actions de promotion du dépistage précoce de la maladie qui permet chaque année de sauver des milliers de vie, l’asssociation Le Cancer du Sein, Parlons-en appelle à nouveau à la mobilisation. Car les chiffres sont là, 1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein.

En 2017, 59 000 cas ont été diagnostiqués en France. Si cette maladie est encore responsable de 11 900 décès cette même année, le taux de mortalité qui y est associé a diminué en 15 ans. Cette amélioration s’explique par un meilleur dépistage mais également par le développement de thérapies toujours plus efficaces. Actuellement, plus de 87 % des patientes sont vivantes 5 ans après le diagnostic. Le cancer du sein peut également toucher les hommes. Environ 500 cas sont diagnostiqués chaque année, représentant 0,5 % des cancers masculins.

Lire la suite « Le cancer du sein c’est 11 900 décès par an ! Mobilisons-nous ! »

Actu, Cancérologie / Oncologie

Octobre Rose : un trop plein d’événements qui brouille la communication autour du dépistage

« Octobre Rose » serait-il victime de son succès ? C’est bien la question qui se pose aujourd’hui à La Ligue contre le cancer. Le trop plein et l’éclectisme des événements estampillés « Octobre Rose » rend le message initial totalement inaudible. Pire, il serait contre-productif, les statistiques révèlent une baisse de la participation au dépistage du cancer du sein depuis 2012.

Initié dans les années 1990 aux Etats-Unis  pour sensibiliser les femmes entre 50 et 74 ans au dépistage du cancer du sein, cet événement  a été lancé en France il y a près de 25 ans. Ces dernières années il a connu un engouement incroyable et a été repris par d’innombrables entités institutionnelles, privées et associatives qui -sous l’étiquette Octobre Rose- organisent des manifestations pour collecter des fonds, fédérer, informer… Le succès est tel que l’on en oublierait presque l’essentiel, c’est-à-dire la vocation de cet événement : la promotion du dépistage du cancer du sein via la mammographie. Ce qui inquiète le plus La Ligue contre le cancer c’est le détournement de l’opération. Certaines associations et entreprises surfent sur  la notoriété d’Octobre Rose pour communiquer sur leurs propres actions, voire leurs produits. On voit fleurir dans les magasins des boîtes de petits pois « Octobre Rose… Ce phénomène baptisé « Pinkwashing » est dénoncé depuis quelques années aux Etats-Unis et au Canada. La Ligue contre le cancer dénonce des « tentatives de communications opportunistes et démagogiques » qui brouillent le message et ne sont pas sans conséquences sur le dépistage en lui-même car justement depuis 2012 la participation est en net recul. Malgré le succès d’Octobre Rose, les femmes de plus de 50 ans, premières concernées par ce risque, se détournent de la mammographie de dépistage. Lire la suite « Octobre Rose : un trop plein d’événements qui brouille la communication autour du dépistage »

Actu, Cancérologie / Oncologie, Des entrepreneurs incroyables !

Cancer du sein : Des dessous chics pour reconquérir sa féminité

Corinne Bégaud @parlonssante.com
Corinne Bégaud, créatrice de lingerie qui veut aider les femmes touchées par un cancer à retrouver leur sensualité.

Corinne Bégaud est une pétillante femme de cinquante ans bien dans sa peau. Cette Essonnienne, mère de deux enfants a changé de vie en 2014 quittant le rôle de salariée pour épouser celui de créatrice de mode motivée et ultra convaincue par son projet. Elle conçoit de la lingerie haut de gamme principalement des soutien-gorges pour les femmes qui ont eu un cancer du sein.

Le soutien-gorge s’adapte aux contraintes techniques des prothèses tout en apportant confort et séduction à la cliente. Début octobre, elle a élargi sa gamme en proposant une nuisette qui a rencontré un vif succès auprès de la clientèle, ce sont d’ailleurs les boutiques de lingerie traditionnelle qui en vendent le plus, car l’atout majeur des créations de NéoSensuelle est que toutes les coquettes peuvent y succomber… Pour Corinne, l’équation est simple, toutes les femmes ont droit à porter de la lingerie fine. Interview

Comment est née l’idée de créer cette lingerie NéoSensuelle ?

Lire la suite « Cancer du sein : Des dessous chics pour reconquérir sa féminité »

Cancérologie / Oncologie

Interview exclusive Parlonssante.com : « Cancer du sein et travail de nuit », le point avec Sylvie Pioli, présidente de CycloSein

Sylvie PioliInfirmière affectée au travail de nuit, Sylvie Pioli est opérée pour un cancer du sein en 2015, radiothérapie, hormonothérapie… Comme de très nombreuses Françaises (50 000 nouveaux cas par an), elle suit ce parcours de soin. Au détour d’une consultation, un médecin lâche une information qu’elle ignorait jusqu’alors « un lien entre le cancer du sein et le travail de nuit ». Pourtant des études existent depuis 2007, le risque d’avoir un cancer du sein est 30 fois supérieur chez les travailleuses de nuit que chez les autres salariées. Dès lors, Sylvie part en croisade pour l’amélioration de la surveillance médicale des salariées qui travaillent la nuit et la reconnaissance du cancer du sein comme maladie professionnelle pour cette catégorie de personnel. Avec des amies et collègues, elle crée une association CycloSein et part sur les routes pour plaider cette cause tout en faisant la promotion d’une pratique sportive régulière pour prendre soin de sa santé. En septembre 2016, elle organise un périple à travers la France et tente de rencontrer la ministre de la Santé, mais en vain. Après quelques annulations, Sylvie sera reçue par des médecins au ministère, sept mois se sont écoulés depuis ce rendez-vous et aucune réponse n’a été apportée aux demandes de l’association. Le point avec Sylvie Pioli, présidente de CycloSein.

Lire la suite « Interview exclusive Parlonssante.com : « Cancer du sein et travail de nuit », le point avec Sylvie Pioli, présidente de CycloSein »