Du 12 au 14 novembre, Tahiti accueillera un séminaire du Pacific Network for Science Technology and Innovation (PACE-NET). C’est l’Institut Louis Malardé (ILM) qui est missionné pour assurer l’organisation de l’événement. Lancé officiellement le 2 septembre 2013, pour une durée de trois ans, dans le cadre du programme de coopération Union Européenne/région pacifique, le programme PACE-NET a pour objectif de favoriser le dialogue et de renforcer la coopération scientifique et technique entre l’Europe et la région Pacifique.

« Ce séminaire, qui réunira une cinquantaine de participants, médecins, chercheurs, représentants des organisations internationales de santé publique ou autorités sanitaires de la Région Pacifique, prend un intérêt particulier au regard de l’intensification des phénomènes épidémiques que connaît la région Pacifique (dengue, zika, chikungunya) », indique dans un communiqué de presse le gouvernement de Polynésie française avant de préciser « . A l’issue du séminaire, une session d’information sur le dispositif européen de financement des projets de recherche & développement Horizon 2020 sera organisée à l’intention des institutions de la Polynésie française et des acteurs locaux. 

L’organisation mondiale de la Santé a fait les comptes : 4.922 morts et 10.141 cas de contamination recensés dans le monde. L’épidémie du virus Ebola qui sévit notamment en Afrique de l’ouest est loin d’être maîtrisée, même si il y a des raisons d’être optimiste face à ce terrible virus puisque qu’il n’y a désormais plus de transmission au Nigéria. « C’est un succès extraordinaire qui montre que la maladie à virus Ebola peut être endiguée », se réjouit l’OMS. « Le 23 juillet dernier, l’annonce de la confirmation en laboratoire du premier cas d’Ebola dans le pays, à Lagos, avait fait le tour du monde. Le Nigéria a confirmé 19 cas, dont 7 sont décédés et 12 ont survécu, ce qui donne un taux de létalité enviable de 40% – contre 70% au moins dans les autres pays affectés. L’exemple du Nigéria peut aider beaucoup d’autres pays en développement profondément inquiets à l’éventualité de l’importation d’un cas et désireux d’améliorer leurs plans de préparation ».

Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a passé en revue le dispositif de contrôle et de suivi des passagers en provenance de Conakry (Guinée) dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola.  Ces contrôles sont effectués par le service médical de l’aéroport Paris Charles de Gaulle, avec l’appui de la Protection Civile et de la Croix Rouge. La température de chaque passager est mesurée et une fiche d’information sur la conduite à tenir en cas de fièvre supérieure à 38° dans les 21 jours après leur départ leur est remise. Ils ont préalablement rempli un formulaire comprenant leur identité, leur place respective dans l’avion et leurs coordonnées, que les autorités sanitaires garderont pendant 21 jours afin d’assurer le suivi de l’ensemble des passagers en provenance de Guinée.  Ces mesures viennent s’ajouter aux outils d’information déjà mis en place dans les aéroports (affiches et flyers en salles d’embarquement au départ des pays concernés et à l’arrivée des vols à Paris et messages d’information diffusés pendant les vols).
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a passé en revue le dispositif de contrôle et de suivi des passagers en provenance de Conakry (Guinée) dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola. Ces contrôles sont effectués par le service médical de l’aéroport Paris Charles de Gaulle, avec l’appui de la Protection Civile et de la Croix Rouge. La température de chaque passager est mesurée et une fiche d’information sur la conduite à tenir en cas de fièvre supérieure à 38° dans les 21 jours après leur départ leur est remise. Ils ont préalablement rempli un formulaire comprenant leur identité, leur place respective dans l’avion et leurs coordonnées, que les autorités sanitaires garderont pendant 21 jours afin d’assurer le suivi de l’ensemble des passagers en provenance de Guinée. Ces mesures viennent s’ajouter aux outils d’information déjà mis en place dans les aéroports (affiches et flyers en salles d’embarquement au départ des pays concernés et à l’arrivée des vols à Paris et messages d’information diffusés pendant les vols).

En Europe, les gouvernements renforcent les contrôles pour détecter le plus rapidement possible tous cas suspects sur leurs territoires. Vendredi à Bruxelles, le président François Hollande a annoncé l’extension des contrôles à «tous les modes de transports». «La France doit avoir des systèmes de contrôle qui ne doivent pas être simplement des contrôles aériens mais aussi des contrôles sur tous les modes de transports même maritimes. C’est ce que nous allons mettre en place», a déclaré le chef de l’Etat, lors d’une conférence de presse au sommet européen. A ce jour, 480 signalements de fièvres chez les voyageurs arrivant en France, mais aucun cas avéré d’Ebola. Dans le cadre du renforcement de la préparation de la France face à l’extension du virus Ebola, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a tenu jeudi dernier au ministère un point d’information à destination de l’ensemble des représentants des professionnels de santé, médicaux et non médicaux, libéraux et hospitaliers. La ministre de le Santé a indiqué que se tiendrait dans les prochains jours un exercice grandeur nature impliquant les SAMU de chaque département et les 12 établissements de santé de référence (ESR) habilités à prendre en charge les cas possibles ou confirmés de maladie à virus Ebola.

Tahiti lutte contre le chikungunya

L'aedes aegypti est le moustique vecteur de la dengue, du zika et désormais du chikungunya à Tahiti.
La Polynésie française était le seul territoire ultra-marin français exsangue du virus du chikungunya, depuis deux semaines ce n’est plus le cas et le nombre de personnes atteintes ne cesse de croître. Une centaine de cas confirmés, mais plus de 400 suspicions, sans compter les patients qui ne consultent pas et ceux qui ne sont pas diagnostiqués.

chik-francais
Les communes les plus touchées sont situées sur la côte ouest de Tahiti, Faa’a, Punaauia et Papeari. L’épidémie concerne principalement Tahiti (un seul cas à Bora Bora et un autre cas à Raivavae aux Australes). Une exception, l’île d’Apataki dans l’archipel des Tuamotu qui recense 82 cas suspects dont 13 confirmés, ce qui est beaucoup sur une population de 492 ! « Ce n’est plus la peine de faire des tests, ce ne sont que des chiffres, le virus est bien là. On sait comment prendre en charge les patients », (NDLR : du repos et du paracétamol) explique un généraliste de Punaauia qui n’a pas encore vu de cas dans son cabinet. « Il faut éviter de se faire piquer, protéger les enfants, je recommande simplement des moustiquaires, des chaussettes et des pantalons !« . Courbatures, fortes fièvres, grande faiblesse sont les symptômes les plus fréquents. Les patients témoignent de douleurs articulaires intenses qui immobilisent certains dans leurs lits pendant plus d’une semaine. Cette maladie infectieuse véhiculée par le moustique progresse en même temps que la dengue sur ce morceau de France au cœur du Pacifique.

Si aucun cas sévère n’a été diagnostiqué les autorités restent vigilantes, car la dernière épidémie de Zika avait engendré des syndromes de Guillain-Barré (une atteinte des nerfs périphériques caractérisée par une faiblesse voire une paralysie progressive, des jambes, parfois des muscles respiratoires, des nerfs de la tête et du cou). Ce syndrome aussi appelé polyradiculonévrite aiguë inflammatoire, ou encore polyradiculonévrite aiguë post-infectieuse survient souvent après une infection. L’an dernier des cas de Guillain-Barré avaient été pris en charge à Tahiti suite à l’épidémie de Zika. Dans la majorité des cas, les personnes atteintes récupèrent leurs capacités physiques au bout de 6 à 12 mois.

A l’aube de la saison des pluies, les autorités sanitaires multiplient les appels à la prévention contre le moustique et incitent aux dégîtages (lutte contre les nids) et à la protection individuelle (usage de répulsifs, de moustiquaires et autres diffuseurs électriques), mais elles appellent aussi les élus locaux à prendre leurs responsabilités. Comme l’an dernier pour lutter contre l’épidémie de Zika, des actions de portes à portes sont organisées dans les quartiers pour inciter les populations à faire la chasse aux réservoirs d’eau stagnante, véritable nurserie à moustiques.

Les eaux stagnantes sont des nurseries à moustiques contre lesquelles il faut lutter !
Les eaux stagnantes sont des nurseries à moustiques contre lesquelles il faut lutter !

Pneus, pirogues, épaves, mais aussi pots de fleurs, gouttières bouchées, piscines et autres bassins non vidés… Les moustiques ne manquent pas d’imagination pour pondre !

Les employés municipaux sur le terrain utilisent des larvicides et mènent des campagnes de pulvérisation sous l’impulsion du centre d’hygiène et de salubrité publique en collaboration avec le service du développement rural de la Polynésie. Des spots télé et radio, ainsi que des SMS porteurs de messages de prévention prônent les bons gestes et les consignes pour endiguer l’épidémie.

RFI et MSF unissent leurs forces pour contribuer plus largement encore à la prévention d’Ebola en Afrique. La radio du monde, suivie chaque semaine par plus de 31 millions d’auditeurs sur le continent, met ses antennes à disposition de l’association humanitaire, très présente sur place. Des messages ciblés en français, en anglais, en haoussa et en portugais sont diffusés aux heures de grande écoute à destination des pays touchés. RFI met également à disposition de ses internautes des fiches pédagogiques (réalisées en collaboration avec MSF) pour mieux informer les populations sur cette fièvre hémorragique mais aussi pour s’en protéger et se soigner.

Le message de prévention d’une minute, réalisé avec MSF, a pour objectif de sensibiliser les auditeurs à la détection des symptômes d’Ebola ainsi qu’aux mesures sanitaires de prévention :

· Ecoutez le message de prévention en français
La rédaction de RFI fait le point sur la fièvre hémorragique à travers une infographie pédagogique et illustrée, à retrouver sur rfi.fr : http://graphics.rfi.fr/virus-ebola-epidemie-infographie/ :

Ces initiatives viennent renforcer la mobilisation de la rédaction de RFI qui s’attache à informer ses auditeurs quotidiennement dans ses journaux et magazines, à l’image de l’émission « Priorité santé », récemment délocalisée à Conakry, en Guinée.