En ce lundi 1er décembre 2014, journée mondiale de lutte contre le sida, rappelons que 150 000 personnes sont porteuses du virus en France. selon les estimations, 50 000 ignoreraient leur séropositivité. « Non seulement elles ne peuvent donc commencer à se traiter et risquent de voir se déclarer la maladie, mais surtout elles augmentent le risque de transmettre le virus à des partenaires sexuels », indiquent les membres de Sida info Service. Les progrès en matière de trithérapies, ne doivent pas faire baisser la garde en matière de prévention. L’usage de préservatifs reste le moyen le plus sûr d’éviter la contamination.
sida
Côté recherche médicale, la fin de l’essai clinique (phase IIa) du candidat vaccin thérapeutique parmi l’un des plus avancés au monde aura lieu fin décembre. Ce projet a été financé grâce à la plus grosse levée de fonds jamais réalisée en France en crowdfunding grâce à la plateforme Happy Capital.

C’est le seul vaccin thérapeutique contre le Sida à avoir passé la phase I et être en phase IIa, avec un protocole incluant un arrêt de trithérapie pendant 2 mois sur des patients séropositifs

• Les 48 patients ont reçu 3 doses différentes de vaccin et ont été suivis conformément au protocole autorisé par l’ANSM (agence national de surveillance des médicaments). Les modalités d’évaluation de la réponse virale après vaccination ont pu être récupérées sur l’ensemble des patients inclus dans l’essai. Les données préliminaires de tolérance sont en ligne et montre un très bon profil de sécurité du vaccin TAT Oyi déjà observé en Phase I.

• Nous voyons clairement des variations de la charge virale lors de l’arrêt de la trithérapie. La prochaine étape, une fois les données biologiques de l’essai recueillies et vérifiées, est l’analyse de ces variations de virémie et l’apparition d’anticorps anti-TAT.

• Cela permettra de connaître les effets optimums du vaccin en fonction des doses injectées. Toutes ces analyses pourront conforter l’hypothèse scientifique de la voie de recherche sur l’efficacité d’un vaccin thérapeutique sur le sida à partir de la TAT Oyi.

Publicités

Un album pour les 20 ans du Sidaction

Sidaction a 20 ans. Il est des anniversaires dont on préférerait se passer… Que de combats accomplis depuis 1994 ! Le sida n’est toujours pas vaincu : 35 millions de personnes vivent avec le VIH, 1,6 million de personnes sont décédées en 2012 du sida et 2,3 millions de personnes ont appris leur séropositivité cette même année …

Ce ne sont pas moins de 300 millions d’euros que Sidaction a reversés à la recherche, aux soins, à la prévention et à l’aide aux malades. Nous sommes fiers du chemin parcouru. Sans l’incroyable chaîne de solidarité des médias et des artistes présents depuis le début, nous n’aurions pas réalisé tout cela. Cette chaîne de solidarité sans faille se traduit aujourd’hui par un nouvel album spécial 20 ans dont un single, «Kiss and Love», composé et écrit par Pascal Obispo et Lionel Florence, sera extrait. Plus de 70 artistes – chanteurs, humoristes, animateurs… – ont participé à l’enregistrement de cette chanson parmi lesquels : Amel Bent, Elie Semoun, Florence Foresti, Franck Dubosc, Gad Elmaleh, Maître Gims, M Pokora, Muriel Robin, Nicolas Canteloup, Shy’m, Tal… L’album, en association avec Warner Music France, sera composé, outre « Kiss and Love », de 20 duos inattendus sur des titres originaux arrangés pour un orchestre symphonique. Dès la mi-octobre, un clip vidéo réalisé par Fabrice Laffont accompagnera la mise en radio du single. Sidaction rappelle que l’ensemble des projets musicaux « Ensemble », « Noël Ensemble » et « Love United » dirigé par Pascal Obispo, avait permis de collecter plus de 14 millions d’euros permettant de soutenir pour 50 % des programmes de recherche et de soins et pour 50 % des programmes de prévention et d’aide aux malades en France et à l’international.

Sidaction : les chefs solidaires le 28 novembre

Sidaction organise pour la 5e année consécutive l’opération Les chefs solidaires le jeudi 28 novembre. Cette opération consiste à un dons de 10% de leur recette du jour au Sidaction. Les restaurateurs participant à l’opération peuvent obtenir des affiches, des dépliants et des rubans rouges pour leur clientèle. La liste des restaurateurs est régulièrement mise à jour sur le site Internet de Sidaction. 139 restaurateurs avaient participé aux Chefs solidaires 2012 et avaient permis de collecter 34 000 euros. 50 % de cette somme a été consacrée à la recherche et 50 % à des programmes de prévention et d’aide aux malades. Sidaction lance un appel à tous les restaurateurs pour participer aux Chefs solidaires 2013 afin de collecter des fonds pour lutter contre le sida. Les restaurateurs peuvent déduire 66 % de leur don de l’impôt sur le revenu à hauteur de 20 % de leur revenu imposable. Les dons effectués par les entreprises ouvrent droit à une réduction de leur impôt sur les sociétés ou de leur impôt sur les revenus égale à 60 % du don dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires.

Pour participer aux Chefs solidaires 2013 contactez :
Amandine Chevallier : 01 53 26 49 89
a.chevallier@sidaction.org

Sida : lutter contre la contamination des enfants

En 2010, dans le monde, 34 millions d’adultes et d’enfants vivent avec le VIH. 22.9 millions vivent en Afrique, dont 11.8 millions de femmes et 3.1 millions d’enfants. Cette année, ce sont même 390.000 enfants qui ont été infectés par le VIH lors d’une transmission de la mère à son enfant. Pourtant, des mesures préventives, visant à réduire les risques de transmission du virus, existent et ont démontré leur efficacité : en Occident, leur application a permis de réduire la transmission du VIH de la mère à son enfant à moins de 1 %. Devant cette injustice. Vous pouvez visionner cette campagne à l’adresse : http://www.sidaction.org/transmission-mere-enfant/

Sources Sidaction

sida_m
50 000 personnes seraient infectés par le virus du Sida en France sans le savoir ! A l’aube de la journée mondiale de lutte contre le sida, l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) lance une campagne de sensibilisation au dépistage. Pour le ministère de la santé français l’objectif est de permettre un dépistage précoce et de limiter les comportements à risques et donc les nouvelles contaminations. 150 000 Français seraient séropostifs.

D’après une étude publiée mardi par l’Institut de veille sanitaire (InVS), quelque 6.700 personnes ont découvert leur séropositivité en 2009, soit 300 de plus qu’en 2008. Ce chiffre était pourtant en recul depuis plusieurs années: 7.600 en 2004, 7.500 en 2005, 7.000 en 2006, 6.500 en 2007, 6.400 en 2008.

L’InVS relève que les infidélités des maris sont la cause de la contamination de leurs épouses. Parmi les hétérosexuels atteints, « les femmes sont plus souvent contaminées par un partenaire stable, alors que les hommes le sont avec une partenaire occasionnelle » (32% des cas). A méditer !

Pour faire un don, rendez-vous sur le site du Sidaction

Voilà une information qui va sans nul doute faire réagir, selon nos confrères de l’AFP, le conseil municipal de la ville de Washington a voté mardi à l’unanimité l’autorisation de l’usage médical de la marijuana dans la capitale américaine, comme l’ont déjà fait 14 Etats américains. Le débat en France n’est pas à l’ordre du jour au grand dam de nombreux malades qui utilisent le cannabis pour soulager leurs douleurs chroniques devenues insoutenables notamment les patients atteints de sclérose en plaque.

Une fois que le maire de Washington aura signé le texte de la loi, il faudra attendre entre 30 jours pour permettre au Congrès de l’examiner, les médecins seront autorisés à prescrire de la marijuana aux patients souffrant de plusieurs maladies chroniques, comme le sida, le cancer, la sclérose en plaque ou le glaucome. Jusqu’à huit dispensaires pourraient être installés dans la capitale américaine, selon Mike Meno, du groupe de pression Marijuana Policy Project. Ils pourront obtenir la marijuana auprès de cultivateurs disposant d’une autorisation et qui auront le droit de faire pousser chacun jusqu’à 95 plants de cannabis en intérieur. « La loi du District de Columbia (le territoire administratif de la ville de Washington) n’autorise pas la culture (de cannabis) à des fins personnelles », a précisé à l’AFP Mike Meno.

Soutenez le Sidaction, composez le 110

Impossible de passer à côté ce week-end les rubans rouge ont fait leur apparition sur les vestons des présentateurs télé des chaînes françaises (pas en Polynésie française où l’on ne semble guère, préoccupé par ce fléau mondial). Parenthèse refermé, pour soutenir l’action des bénévoles et financer le Sidaction, composez le 110 sur votre téléphone ou rendez-vous ici.