« Vous pouvez désormais acheter des médicaments en ligne mais pas à n’importe qui », sera le thème d’une campagne de communication impulsée par Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé qui vient de présenter au conseil des ministres une ordonnance qui autorise la vente des médicaments en vente libre sur internet. Cette ordonnance devrait être suivie prochainement d’un décret d’application. Ce n’est pas une initiative française, mais l’application d’une directive européenne de 2011 qui doit intervenir avec le 2 janvier 2013. Un logo identifiera les sites autorisés qui seront listés par le ministère de la Santé.

Cette décision a provoqué un tôlé du conseil de l’ordre des pharmaciens. Forcément, il va y avoir un manque à gagner chez ces derniers qui font de très bonnes ventes sur le para médical et toutes ces molécules en vente libre. Les consommateurs devraient y gagner. Interrogée par nos confrères du monde.fr, la présidente du conseil de l’ordre des pharmaciens réagit : « C’est une décision brutale qui comporte plus de risques que d’avancées », déplore l’ordre des pharmaciens.

« Rien ne remplace le face-à-face pour donner des conseils lors de la délivrance de médicaments », estime Isabelle Adenot, présidente de l’ordre, qui alerte sur le mésusage. Que va-t-il se passer si une femme enceinte ne le déclare pas sur la Toile ? Comment être sûr que la personne a lu la notice ? « Le risque de la vente à grande échelle sur Internet est de banaliser le médicament, qui n’est pas un produit de consommation courante », s’inquiète Isabelle Adenot.

Publicités

Près de 4000 personnes ont signé en quelques jours une pétition sur Change.org pour l’interdiction des perturbateurs endocriniens dans les jouets. Le 18 décembre Arte rassemblait près de 400 000 téléspectateurs lors d’une soirée spéciale “Jouets Toxiques”. L’association Women for a Common Future (WECF-France) lance une pétition sur Change.org appellant la Ministre de l’Écologie Delphine Batho à faire interdire les perturbateurs endocriniens dans les jouets et les articles de puériculture.
Lire la suite

Un jeune sur 5 est en surpoids ou obèse. C’est l’un des constats majeurs de l’enquête conduite par Ipsos pour Doing Good Doing Well réalisée sur 1000 individus âgés de 15 à 25 ans. Les habitudes de vie expliquent en grande partie cette réalité. A l’occasion de la sortie de l’enquête, Doing Good Doing Well, qui construit depuis trois ans pour des entreprises des projets bénéfiques pour elles et pour leur environnement, lance une initiative de mobilisation collective des entreprises pour la santé des jeunes : l’appel « BOUGER-BOUGER ». « Il faut changer radicalement de dimension en matière de lutte contre l’obésité, le surpoids et l’obésité qui atteignent les jeunes nuisent à la santé et au développement personnel de façon souvent irréversible » déclare Hélène Roques.
Lire la suite

img_9188
En cette période de fêtes de fin d’année, il n’est pas toujours évident de trouver le jouet idéal à déposer au pied du sapin. Lequel saura lier pédagogie et jeu sans se retrouver au fond du bac à jouets après seulement quelques heures ? Sur son site mpedia.fr, l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) apporte un éclairage et décrypte, âge par âge, les besoins des plus petits et les jouets à privilégier.

Autour de 6 mois : bb observe, privilégier hochet, portique ou mobile.
Dès 9 mois : il manipule, tapis d’éveils, petits livres en tissus, jeu multi activités.
Dès 1 an : ils sont stimulés par les couleurs, les formes, les sensations : les cubes, les briques, les petits personnages, les voitures.
De 1 à 3 ans : les enfants aiment la complicité dans les jeux, jouez avec eux ! Chantez, déguisez-vous, ils adoreront ! Playmobil, Légo, poupées, marionnettes, pâte à modeler, peinture, puzzles, jeux de construction, ballon toboggan, balançoire…
Dès 3 ans : Ils sont dans l’imitation, ils aiment faire semblant, inventer des histoires, ils sont attirés par des jeux plus variés, ils ont besoin d’extérieur et de découvertes.

N’allez pas trop vite avec eux, préférez des jouets de leur âge… Le temps passe suffisamment vite !

Un guide complet sur l’audition !

« L’audition : guide complet », le nouveau livre de l’association Journée nationale de l’audition est disponible. En 311 pages et 4 chapitres, vous découvrirez comment l’ouïe contribue à l’éveil des sens. En effet, l’ouïe est l’une des portes sur les émotions et mieux connaître l’audition, c’est décupler ses chances de préserver son capital auditif et de garder le plus longtemps possible la qualité de communion au monde extérieur et à soi.
Lire la suite

« Quand j’ai créé ce blog en avril 2004, j’ai très vite été contactée par une lectrice. Une femme élégante, bienveillante, généreuse, une mère volontaire, une personnalité vraie, authentique, à l’écriture tonitruante, qui m’a parlé d’elle, de sa vie, de ses joies, mais aussi de cette terrible maladie qui venait de s’inviter dans sa vie. Janine, la bonne vivante, était attaquée par la SEP. Une maladie insidieuse qui joue avec vos nerfs, vous handicapant brutalement, vous coupant les jambes, le souffle, vous tirant inexorablement vers l’immobilisation.
janine21
Durant huit ans, nous avons échangé via internet, parlé maladie, prise en charge, soins, mais aussi Outre-mer, enfants, vacances. Nous n’avons jamais eu l’occasion de nous « voir », j’étais à Paris et toi dans le Gard, mais nous nous connaissions. Janine, chère Janine, tu as lutté jusqu’au bout contre les inégalités, les injustices, les souffrances, tu as bataillé fièrement. J’ai apprécié nos échanges, tes écrits, tes prises de positions. Je voulais en quelques lignes rendre hommage à ce parcours de vie hors norme de combattante, de militante de la vie que tu as été. Chère Janine, le ciel est gris à Tahiti aujourd’hui et maintenant je sais pourquoi ».

Janine Thombrau est l’auteur d’un ouvrage-témoignage sur la SEP appelé : « Mot pour maux »

Suite au dernier comité de suivi du plan Alzheimer 2008-2012 qui s’est déroulé le 13 décembre, France Alzheimer a « interpellé les pouvoirs publics sur la poursuite du financement des actions en cours et la préservation de la spécificité de la maladie d’Alzheimer mais n’a pas, à ce jour, obtenu de réponses aux inquiétudes des familles concernées » selon l’association.
Lire la suite