Mort subite du nourrisson

S’il y a bien un sujet qui épouvante les jeunes parents, c’est bien celui de la mort subite du nourrisson. Grâce aux campagnes de prévention sur le couchage et l’environnement du nourrisson, une baisse d’environ 75 % de la mortalité par Mort subite du nourrisson a été enregistrée ces dernières années. Chaque année en France 250 bébés sont encore victimes de ce syndrome. La mort subite du nourrisson reste la première cause de mortalité Post néonatale entre un mois et un an. Elle touche plus fréquemment les garçons.
Lire la suite

Publicités

Mort subite du nourrisson : les causes

L’association nationale naître et vivre dresse la liste des causes connues :
« Infections : surtout virales mais parfois bactériennes, souvent respiratoires mais parfois touchant d’autres organes, voire généralisées.

Reflux gastro-oesophagien dont on a sûrement exagéré la responsabilité ces dernières années.

Hyperréflectivité vagale : exagération d’un réflexe normal ralentissant le coeur lors de certain stimulus, souvent d’origine digestive chez le nourrisson.

Hyperthermie : réaction fébrile importante lors d’un épisode infectieux, et/ou environnement surchauffé chez un enfant trop couvert.

Accident de literie : la fréquence diminue depuis les campagnes de prévention.

Autres causes : elles sont beaucoup plus rares. Parmi elles, quelques causes avec un risque familial éventuel comme des cardiopathie, des maladies métaboliques…

Enfin, un certain nombre de morts subites restent totalement inexpliquées par le bilan pratiqué : on peut alors parler de Mort Subite inexpliquée du Nourrisson (environ 25% des cas) ».

En plein scandale du Mediator, le laboratoire Servier vient d’être condamné par la cour d’appel de Versailles à verser 145000 € à la famille de Nicole Goudman, une mère de famille marseillaise décédée le 31 octobre 1995, à l’âge de 47 ans, après avoir pris de l’Isoméride pendant environ trois mois, des années plus tôt. Selon, nos confrères du Parisien, l’expertise médicale judiciaire de cette femme, réalisée par un collège de deux experts, les professeurs Derenne (pneumologie) et Lagier (toxicologie) de la Pitié-Salpêtrière, avait établi un lien de causalité entre l’hypertension artérielle pulmonaire découverte chez Nicole en 1993 et la prise d’Isoméride, un coupe-faim commercialisé par Servier et pris par 7 millions de Français entre 1985 et 1997. Cette femme est décédée alors qu’elle attendait une transplantation cœur-poumon.

Lire la suite de l’article sur le site du Parisien

Entre un accès aux soins menacé par une crise économique qui perdure et les récents scandales sanitaires comme l’affaire du Mediator, la santé est plus que jamais au cœur de vos préoccupations. Et vous avez raison, c’est un bien précieux qu’il faut tenter de préserver. Bien sûr, nous ne maîtrisons pas tous les paramètres et n’avons qu’une part de responsabilité dans cet équilibre fragile qu’est la « bonne santé ». L’environnement, l’hérédité, la maladie sont autant de facteurs qui peuvent tout changer. C’est pourquoi en ce début 2011, mettez de côté les « bonnes résolutions » culpabilisantes… car vous ne les tiendrez pas ! Levez le pied, évadez-vous, faites vous plaisir, prenez soin de vous, préférez le massage à la salle de gym… c’est bon pour le corps et l’esprit. Soyez « zen », on peut tout relativiser tant que l’on a la santé.
Bonne année 2011 !