Médecine esthétique : des injections sous surveillance

Crédit photo ! PARLONSSANTE.COMÇa, il fallait s’y attendre. Le marché de la médecine esthétique et l’engouement pour les injections rajeunissantes représentent un tel pactole que les premiers abus surviennent. L’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé vient d’effectuer des contrôles sur les conditions de fabrication de certains produits injectables. Et, elle décide le retrait de ceux qui ne sont pas conformes à la réglementation : défaut de stérilisation, conditions de fabrication non maîtrisées, absence de contrôles, documentation technique incomplète, formulations incohérentes… La liste est longue et fait froid dans le dos ! Produits résorbables certes… mais si une infection microbienne est inoculée. Le mal est fait !

Produits retirés du marché en attendant leur mise en conformité: Mésoface, Hyalskin et Reparestim distribués par la société Choc Médical. Biostyle de société Sun Communication. Rofilan Hylan gel, Philoderm Beauty gel, Zetaderm, Zetavisc, Esthirase, Philoderm, Profesional et Mésoface distribués par la société Philoderm Aesthetics. Repairs, Refills et Stimulates commercialisés par Aesthetic Dermal.

Publicités

Le somnifère Noctran (chlorazépate dipotassique, acépromazine, acéprométazine) est retiré du marché. Cette mesure sera effective à partir du 27 octobre 2011, mais l’usage et la prescription sont d’ores et déjà décommandé. “L’examen des données d’efficacité et de sécurité de ce médicament a permis de conclure que le rapport bénéfice/risque du médicament est désormais défavorable. Les professionnels de santé ne doivent ainsi plus instaurer de nouveau traitement par Noctran, informer les patients que cette spécialité ne sera plus disponible à partir de cette date et organiser l’arrêt progressif du traitement des patients actuellement sous Noctran”. Une poly-médication et un surdosage peut entraîner des risques létales.

Sources : Afssaps.fr

Massivement utilisée pour ses qualités isolantes, l’amiante est interdite en France depuis 1997. Le risque lié à l’amiante se caractérise par une exposition à des fibres en suspension dans l’air et susceptibles d’être inhalées en grande quantité, de façon prolongée, c’est-à-dire durant de nombreuses années.
Lire la suite

Vous êtes une jeune maman attentive et un brin protectrice. A l’approche de votre séjour aux Antilles où une épidémie de dengue sévit vous craignez que votre poupée soit dévorée par les moustiques car pas question de laisser Louise sur le carreau, elle part avec vous ! Ne vous affolez pas des solutions existent. Mais vous avez raison d’être prudente, outre les maladies comme la dengue bien sûr, mais aussi la filariose dans certaines régions du monde, les piqûres peuvent s’infecter. Commencez par couvrir bébé, pas à l’étouffer sous une couverture bien sûr, mais une chemise à manche longue et un pantalon léger feront l’affaire. N’oubliez pas aussi de glisser dans vos bagages, un flacon de lait répulsif utilisable dès 6 mois. Il en existe plusieurs, MoustiKologne de la société Semes et Moustidose de chez Gilbert qui le commercialise, ils n’irritent pas la peau, sont hypoallergéniques. Moustidose est un lait hydratant également.
lait_repulsif_50ml-675e
Il existe en format court ou long séjour et offre jusqu’à 12H de protection, bon je vous recommande d’en mettre quand même plusieurs fois par jour car n’oubliez pas que bb transpire. La nouveauté de l’été chez Gilbert c’est une agréable senteur d’amande douce. Prix: 6,75€

Les victimes du Médiator peuvent au moins trouver une petite consolation à leur malheur, depuis la médiatisation de ce scandale les médicaments sont passés au crible, le principe de précaution est appliqué à la lettre. Aujourd’hui dans le Figaro.fr on apprend que « Plus de 70 médicaments largement utilisés par les personnes âgées ont pour conséquence un déclin cognitif pouvant engendrer une hausse de la mortalité ». Des effets secondaires dramatiques liés à un traitement au long court. Les patients âgés, adeptes des « renouvellements d’ordonnance » et de « polymédication aigüe » prennent souvent -par habitude- toute une panoplie de molécules. Les médecins de famille sont mis en cause car ils devraient revoir le diagnostic et pratiquer de nouveaux examens pour vérifier régulièrement la pertinence de tels ou tels traitements, et surtout étudier le bénéfice-risque chez les séniors souvent plus vulnérables en matière de défense immunitaire.
Lire la suite

Résultats du 6ème Baromètre TNS Sofres sur « Les Français et le grand âge » : « A l’heure où le débat national sur le 5ème risque est lancé, considéré comme un enjeu majeur et une priorité pour le gouvernement, la sixième édition du Baromètre TNS Sofres sur « les Français et le grand âge », réalisée à l’initiative de la Fédération hospitalière de France (FHF) en partenariat avec le Mensuel des maisons de retraite, laisse apparaître clairement l’incapacité des Français à faire face à la dépendance liée au grand âge.
Lire la suite