Massivement utilisée pour ses qualités isolantes, l’amiante est interdite en France depuis 1997. Le risque lié à l’amiante se caractérise par une exposition à des fibres en suspension dans l’air et susceptibles d’être inhalées en grande quantité, de façon prolongée, c’est-à-dire durant de nombreuses années.

Le délai d’apparition des affections qui y sont liées est de plusieurs décennies. Ce risque concerne donc les personnels ayant été amenés à travailler directement sur des matériaux friables contenant de l’amiante (matériaux dits de classe 3), ou étant intervenus sur ceux-ci pour des opérations de maintenance ou d’entretien, mais avec un niveau d’exposition intense. Chaque personne concernée est informée et incluse dans un processus de contrôle médical continu.

L’AP-HP a procédé à l’inventaire de ses 3,5 millions de m2 de surface bâtie à partir de 1996 et a adopté une démarche de protection de ses personnels dès 1998.

En mars 2005, un plan d’action visant à garantir la maîtrise du risque en renforçant les actions déjà engagées a été adopté à l’unanimité du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’AP-HP. Il comporte un volet central portant sur le suivi des personnels potentiellement exposés et un volet déconcentré concernant principalement la sécurisation des bâtiments. Il formalise l’implication et l’engagement de l’AP-HP afin d’assurer une mise en œuvre partagée au niveau des sites et des directions fonctionnelles. Il fait depuis l’objet d’une communication semestrielle au CHSCT central de l’AP-HP.

Les professionnels de l’AP-HP ayant été potentiellement exposés sont identifiés et placés sous surveillance renforcée. Le nombre de maladies professionnelles déclarées et reconnues s’établit à 132. Les agents concernés sont individuellement pris en charge par l’AP-HP et bénéficient d’un accompagnement pour les démarches administratives, y compris la constitution d’un dossier complémentaire pour solliciter une indemnisation auprès du Fond d’Indemnisation des Victimes de l’Amiante (FIVA).

L’AP-HP a mis en place en anticipation de son obligation réglementaire, une formation de prévention des risques liés à l’amiante destinée aux travailleurs concernés. Les premières sessions se sont tenues en juin dernier et se poursuivent.

A ce jour, il n’existe plus d’amiante de classe 3 dans les flocages et faux plafonds dans les bâtiments de l’AP-HP.

Sources : communiqué de l’Assistante publique-Hôpitaux de Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s