Pour Sarah, Annabelle, Béatrice et les autres…

IMG_20200209_174807291

Sarah ABITBOL a parlé, enfin. Ce secret si lourd est enfin révélé au grand jour. Elle fait la UNE des journaux, elle est invitée sur les plateaux télé. Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour « viols et agressions sexuelles sur mineurs », suite aux révélations de la championne de patinage artistique dans un livre intitulé « Un si long silence ». Elle y accuse son ex-entraîneur Gilles BEYER. L’enquête tentera de retrouver d’autres victimes de ce prédateur sexuel présumé qui travaillait encore récemment avec des mineures. Et déjà, la parole se libère, d’autres patineuses témoignent c’est le cas de Laura Detante qui accuse également cet homme de viol, elle avait à l’époque des faits 13 ans.

Aux accusations de Sarah, il reconnaît du bout des lèvres -avec lesquelles il a sali le corps de l’adolescente- « des relations intimes inappropriées » ! Une blague ! Il aurait violenté, violé, arraché la jeune Sarah à l’insouciante de la jeunesse, la propulsant avec violence dans un monde d’adulte pervers, la réduisant à un jouet sexuel soumis à ses pulsions malsaines. Dans son livre, Sarah raconte, les visites nocturnes, les agressions sexuelles, les viols, puis le silence lourd, assourdissant lorsqu’il sortait de la chambrée pour rejoindre son épouse dans la chambre conjugale. Sarah 15 ans pleurait, Sarah souffrait, meurtrie, abîmée à jamais.

Sarah, Merci ! Oui merci pour toutes celles qui n’ont jamais osé briser l’omerta, pour protéger, un mari, des enfants, des amis, des parents. Merci pour toutes celles qui ont construit des vies bancales après avoir été violées par un oncle, un ami de la famille ou un ex-petit ami quitté. Merci pour elles, elles se reconnaîtront, nous les avons croisées loin d’ici, sous d’autres latitudes, elles sont devenues des amies. Autour d’un thé glacé à la terrasse d’un café ou d’une marguarita dans un restaurant mexicain, elles nous ont confié leurs histoires à nous journalistes. Qu’attendaient-elles de nous ? Que l’on dénonce, que l’on enquête ? Non, juste une écoute, neutre, bienveillante, juste une amie pas trop proche pour partager leur secret, pour alléger ce poids, et ne plus être seule à le porter. Elles ne témoigneront jamais à visage découvert. Elles n’en n’ont ni la force, ni l’envie. Trop de conséquences, des séismes épouvantables, leurs vies sont faites, c’est ainsi. Nous les avons écoutées, durant des heures. Nous avons pleuré avec elle et ri ensemble aussi. Mais jamais nous leur avons dit : « Il faut parler », « Il faut déposer plainte ». Non jamais, nous les avons respectées, nous avons respecté leur choix.

Lire la suite

evitons-les-chutes
Chute, brûlure, coupure, étouffement, intoxication… La première cause de mortalité chez les jeunes enfants est due aux accidents domestiques. Si la cuisine est la zone rouge des tout-petits (eau bouillante, couteaux…), le jardin est tout aussi dangereux chez les jeunes enfants.

Lire la suite

Le recours systématique et régulier à la mammographie de dépistage est la stratégie recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé pour augmenter les chances de guérison et l’espérance de vie des femmes touchées par le cancer du sein. En Polynésie, 80 à 90 cancers du sein sont détectés chez des femmes. Leur chance de conserver leur sein et de guérir dépend essentiellement du traitement précoce de leur maladie et donc du dépistage.

img_9310C’est le cas de Patricia Grand, la présidente du comité polynésien de La Ligue contre le cancer. Le « crabe » a bouleversé la vie de cette mère en emportant l’une de ses filles. Hina avait 23 ans quand elle a succombé à un cancer de la gorge. Une erreur de diagnostic a permis à la tumeur de gagner du terrain. Lorsque le mal a enfin été détecté, c’était trop tard, la jeune femme est décédée après des jours de souffrance. Une tragédie. Un séisme. Peu à peu, la mère a retrouvé des forces et s’est relevée pour ses autres filles. La vie a repris, mais pas comme avant. Douze ans après ce drame, la photo de Hina trône dans le bureau de Patricia. Près d’elle, une autre photo, une amie elle aussi emportée par un cancer.
Lire la suite

parlonssantecom2
« La grippe A/H1N1 s’étend rapidement dans l’outre-mer français, on compte trois décès en Polynésie française, ce qui porte à six le nombre de morts liés à ce virus dans les territoires français situés dans l’hémisphère sud en plein hiver austral. Pour faire face à l’épidémie, des renforts sanitaires humains et matériels sont affrétés en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie par le gouvernement central. Lorsque les vaccins anti-grippe A/H1N1 seront disponibles, le gouvernement mettra des doses gratuitement à la disposition des autorités locales, « au titre de la solidarité nationale ».

Lire la suite

laboratoire parlons santé.com

La folle course au vaccin H1N1 bat son plein aux quatre coins de la planète pharmaceutique. Les laboratoires Sanofi Pasteur, Novartis ou Baxter font chauffer les éprouvettes pour décrocher la manne, euh que dis-je la palme d’or ! A l’arrivée, bien plus qu’un loto ou un bonus de banquier… la corne d’abondance ! Des milliards de Royalties en doses jetables.
Lire la suite

Paroles de curistes

Si la station est agréée pour plusieurs orientations thérapeutiques et que le patient présente des pathologies s’y rapportant, la demande de cure peut porter sur deux affections, ce qui permet de réaliser une cure dite de « double handicap ». C’est le cas de Roger, 72 ans de La Norville : «Je soigne plusieurs affections en 18 jours de cure. Le matin, je vais aux Thermes nationaux Pellegrini et Chevalley pour mes rhumatismes, puis aux Thermes de Marlioz pour des soins ORL. L’après-midi, avec mon épouse nous faisons du tourisme en Savoie». Menuisier à la retraite, Roger est un inconditionnel des cures thermales. «Les soins me soulagent et je suis tranquille pendant au moins six mois». Lire la suite

Souvenez-vous, Sophie, son traîneau, ses chiens et son pari fou de réaliser un raid dans le Nord canadien ? ça y est vous y êtes ? Eh bien après l’exploit, le DVD pour revivre avec elle cette formidable aventure. L’ Expédition vient de gagner le Prix du Jury du concours »Vis ta Vie » organisé par Diagnostic.be ! Intitulé Le Traîneau de l’Espoir (un défi contre la sclérose en plaques) , ce DVD est disponible depuis le 09/01/08 auprès de l’Association ASEP 18 (contact : asep18@club.fr ) au prix de 17 euros (frais d’envoi inclus), et vendu au profit de malades atteints de SEP. Pour en visionner quelques extraits et voir les conditions de commande, voici la page du site consacrée au DVD : http://sophie.froger.club.fr/grand-nord-2007/le_dvd.htm

Sandrine, 40 ans, victime d’une embolie pulmonaire raconte « J’ai ressenti une douleur dorcale vive, comme des coups de poignards dans le dos ». (Parfois on ne sent rien du tout, les mollets sont à peine gonflés, NDLR). La douleur peut survenir qlq heures après l’arrivée. « J’ai localisé la douleur au niveau des reins, une douleur d’une violence incroyable, très puissante. Aucune position ne calmait celle-ci, la douleur irradiait jusqu’à l’épaule, je n’avais pas le souffle coupé, ni de fièvre. J’étais en hypotension et psychologiquement choquée par un problème personnel.

Lire la suite

froger3.JPG

Sophie Froger vit avec une sclérose en plaques depuis sept ans. Cette femme sportive et ambitieuse a accusé le coup. Gonflée à bloc par un environnement familial et amical plus présent que jamais, elle a décidé en mars 2005 de relever un défi, un défi fou.Première étape, elle créé sa propre association (ASEP 18) pour venir en aide aux malades atteints de sclérose en plaques. Puis après plusieurs mois de préparation physique, de documentation, de prises de contact et de recherche de partenaires, l’expédition baptisée « GRAND NORD 2007 » prend forme et peu à peu, le rêve est en train de devenir réalité. Le départ sera donné depuis Girardville (Québec), le 18 mars 2007 à10 h. Le raid durera deux semaines en autonomie totale. C’est cette aventure que nous vous inviterons à partager dans ce site…
Lire la suite