Le jeudi 8 mars prochain, se tiendra dans toute la France, la 15e Journée Nationale de l’Audition. Une occasion pour permettre à des millions de Français qui font encore la « sourde oreille » de s’intéresser de plus près à leur capital auditif. Cette année, cette nouvelle campagne 2012 se déclinera sur 3 axes clés : Les jeunes et les dangers des baladeurs mp3 avec le risque de devenir sourd précocément. Les seniors avec l’apparition de la presbyacousie et les nombreux freins pour agir. Les travailleurs et actifs souvent exposés à des niveaux sonores élevés sur leur lieu de travail.

Devant le succès de cette campagne, l’association JNA à l’origine de cet évènement, a misé cette année sur des moyens innovants et renforcés pour informer le public : Un Blog-Forum via le site officiel de la campagne : http://www.journee-audition.org permettra de répondre aux questions des internautes en temps réel ou encore le Centre de réception d’appels N° Azur 0810 200 219 transformé le 8 mars en plateforme « Audio-Infos-Services » où une équipe de Médecins ORL pourra renseigner le public sur tous les sujets liés à l’audition.

Le N° Azur permettra également de savoir où le public pourra se rendre pour tester son audition.

Le programme de la manifestation sera mis en ligne sur le site, par région et par spécialité.

Nice, 1re plage non-fumeur de France !

La convention sera signée ce lundi à Nice avec le professeur Gilbert Lenoir, président de la Ligue nationale contre le cancer, elle officialisera l’engagement du maire de Nice, Christian Estrosi, de faire de sa commune la première de France à être labellisée « Plage sans tabac® ». « Parce que le tabagisme est responsable de plus de 60 000 morts par an, dont 37 000 par cancer et pour que une France sans tabac d’ici 2030 : la ville de Nice s’implique dès aujourd’hui ! » annonce dans un communiqué la commune niçoise. « Plage sans tabac® » est une déclinaison du label national « Espace sans tabac® » créé par la Ligue contre le cancer.
Crédit photo : 362parlonssantecom
Ce label a pour vocation de proposer au grand public, en partenariat avec les collectivités territoriales, des espaces, non soumis à l’interdiction de fumer du décret Bertrand, dans lesquels il sera interdit de fumer sur décret municipal. Si la démarche est noble puisqu’elle tend à limiter le tabagisme, on peut s’interroger sur le côté symbolique de cette convention car comment veiller au respect de cette interdiction ? Concrètement dès le printemps prochain, on va voir des descentes de police sur les plages pour verbaliser des vacanciers en maillot ? Je pense qu’à Nice, les forces de l’ordre ont certainement d’autres combats à mener… En tout cas, je suis intéressée par des photos et des témoignages, contactez nous !

Photo non libre de droit : crédit : parlonssante.com
Photo non libre de droit : crédit : parlonssante.com

Faut-il jeter à la poubelle nos fidèles déo à bille ? en gel ou en spray ? Risque-t-on un cancer du sein en voulant éviter les effets de la transpiration ? La question se pose depuis la publication dans le Journal of Applied Toxicology d’une étude menée par le professeur honoraire à l’Université de Genève Stefano Mandriota. Celui-ci démontre pour la première fois in vitro la toxicité des sels d’aluminium sur les cellules mammaires humaines.
Lire la suite

Depuis la nuit des temps (enfin celle de Jules Ferry, NDLR), sur les bancs des cours d’école, les enfants découvrent l’amitié, le sport, les jeux collectifs, mais aussi les rapports de force, la cruauté, les jalousies, le mépris. Dans cette jungle où les tempéraments les plus extrêmes se côtoient, les boucs émissaires ont toujours existé. Les plus faibles faisant les frais des railleries, des intimidations des plus forts. Aujourd’hui, les rumeurs, injures et humiliations ne s’arrêtent plus aux quatre murs de l’école, elles s’exportent sur le web au vu et au su de tout le monde via les réseaux communautaires (facebook, twitter, etc), les téléphones portables.cyberh11 A la maison, chez les amis, partout la mauvaise réputation vous suit. Quand la meute est lâchée, elle s’auto alimente et s’acharne sur sa proie déversant son flot de haine sur la toile. C’est le cyber-harcèlement.
Lire la suite

En France, 200 000 personnes tentent chaque année de mettre fin à leurs jours. En ce mardi 7 février, journée nationale de prévention du suicide, l’Union nationale des cliniques psychiatriques (UNCP) interpelle le grand public sur la nécessité d’améliorer la prise en charge des patients suicidaires afin d’éviter la récidive. « Le suicide est la première cause de mortalité chez les 25-34 ans et la seconde chez les 15-24 ans », indique le docteur Olivier Drevon, psychiatre et président de l’UNCP, « l’amélioration de la prévention et de la postvention doivent être prioritaires : le risque de récidive dans l’année qui suit le passage à l’acte est évalué entre 10 et 20%, voire 30 à 50 % chez les adolescents ».
Lire la suite

A l’occasion du 20e Open GDF Suez, la marraine de l’Institut Curie invite ses proches et le grand-public à un grand événement caritatif, mardi 7 février 2012, 20h30. Yannick Noah, Fabrice Santoro, Kad Merad, Michèle Laroque, Franck Dubosc… Joueurs et artistes, tous amis d’Amélie Mauresmo seront sur le court pour aider à financer un programme d’activités physiques destiné aux femmes ayant eu un cancer du sein.
Lire la suite

La Médecine Préventive Universitaire, le CROUS, l’Université de Poitiers et l’Association Fédérative des Etudiants de Poitiers (AFEP) se mobilisent à nouveau pour : « Prévenir la prostitution en milieu étudiant », la journée du mardi 7 février dans les restaurants et résidences universitaires, les permanences sociales, la Maison des étudiants, les UFR, les locaux associatifs étudiants. Autour du thème « Osons en parler » les organisateurs souhaitent alerter plus particulièrement les étudiants sur des situations courantes à risque prostitutionnel : la recherche d’un logement ou d’un job et leur offrir sur le campus un accueil de qualité par personnes ressources pour accompagner les jeunes qui sont confrontés à ces situations sans qu’ils se sentent jugés ou stigmatisés. Tout le monde sait qu’elle existe, mais elle reste très mal connue. Elle n’est pas visible, elle fonctionne essentiellement par petites annonces et surtout par internet et se déroule dans des lieux privés : chambres d’étudiants, hôtels, domicile du client ou sous forme de prestations ambigües, contre hébergement gratuit par exemple ou à l’occasion de petits jobs qui « dérapent » (massages, hôtesses de bars, prise de photos, etc…) ».
Lire la suite