Suicide d’un étudiant en médecine : sa mère dénonce « Des internes à la merci des chefs de service »

Parlonssante.com Couloirs illustration CHU
Parlonssante.com Couloirs illustration CHU

Repos de sécurité suite à des gardes de nuit non pris, surcharge de travail, course aux diplômes, sur responsabilisation, manque de formation à une nouvelle spécialité… Pour la mère du jeune Maxime, interne en médecine qui s’est suicidé le 15 février dernier, le passage à l’acte de son fils est lié à un épuisement professionnel, à un manque de soutien, d’encadrement… de « bienveillance » même de certains mentors. Le jeune homme effectuait un stage en neurochirurgie au sein du Centre hospitalier universitaire de Marseille. Dans une lettre adressée à nos confrères du Quotidien du médecin, la mère de Maxime, elle-même médecin, y évoque des conditions de travail très difficiles : « Il avait déjà travaillé dans des services très durs, mais dans ce cas précis, il n’y avait pas de cohésion entre les soignants. Ils étaient livrés à eux-mêmes ». « Les internes sont à la merci des chefs qui ont droit de vie et de mort sur eux, dans le sens où s’ils ne font pas ce qu’on leur dit, ils n’ont pas de poste d’assistant. On les met plus bas que terre, on les culpabilise s’ils prennent leur repos de garde… »

La maman de Maxime précise : « avoir entamé une procédure de reconnaissance en accident du travail ». Une enquête administrative est en cours. Mais elle insiste : « Ce que je veux avant tout, c’est qu’un tel acte ne puisse pas se reproduire. Les internes méritent le respect et leurs conditions de travail doivent évoluer ».

L’article publié sur le site du Quotidien du médecin a été commenté par des internautes dont de nombreux médecins et étudiants. L’un d’entre eux confie avoir changé de spécialité, passant de la chirurgie à la dermatologie, pour fuir ces pressions, ces « situations dangereuses et angoissantes pour les patients »… Il ne le regrette rien, mais reste amer face à ces chefs de service tout-puissants baptisés les « mandarins », tous plaident aux côtés de la maman de Maxime pour un « plus jamais ça », pour que des mesures soient prises, pour que la loi soit appliquée, pour « réintroduire une plus grande humanité dans la vie des services hospitaliers et notamment un authentique respect de l’interne ».

Ces mots prennent un écho tout particulier en ce jeudi 21 avril, à la lecture d’un communiqué de presse émanant du Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) qui s’en prend à la direction de l’AP-HM : « Les internes ressentent une déshumanisation de la relation de soin et des difficultés à exercer leurs fonctions ; ce qui peut conduire à l’épuisement physique et moral », toutefois, contacté par le Quotidien du médecin, le président du SAIHM, Olivier Le Pennetier, se refuse toutefois à établir un lien entre ces conditions de travail dégradées et le suicide de Maxime ». Une enquête interne de l’AP-HM a bien été menée suite à ce drame, mais les conclusions n’ont pas été rendues publiques à ce jour, toutefois et -toujours selon nos confrères du Quotidien du médecin- la famille de Maxime aurait eu accès à ces informations.

 

 

Publicités