Lors de la présentation du Baromètre Santé Inpes (voir ci-dessous), Marisol Touraine, la ministre de la Santé a énoncé les mesures du Programme national de réduction du tabagisme (PNRT) qui vont être présentées en avril au parlement pour inciter d’avantage les fumeurs à arrêter, notamment : l’instauration de paquet neutre de cigarettes, pour lutter efficacement contre le marketing ; Les espaces de vente sans publicité ; Les véhicules sans tabac en présence d’enfants ; L’habilitation des policiers municipaux à exercer les contrôles de la réglementation liée au tabac.

Crédit photo : Parlonssante.com
Crédit photo : Parlonssante.com

Dans la liste des nouvelles mesures, on retrouve des interdictions de produits qui ne sont pas originaires de l’industrie du tabac… Les bien mal nommées « cigarettes » électroniques qui sont plus que jamais dans le collimateur de la ministre. Au menu, trois interdictions qui vont rester sur l’estomac des vapoteurs : l’interdiction de la publicité pour les cigarettes électroniques, l’interdiction de vapoter dans certains lieux publics et pour finir l’interdiction des arômes artificiels… Tout cela alors que l’on sait très bien que bon nombre de gros fumeurs freinent, voire abandonnent le tabac au profit de saveurs fraise ou vanille peut-être pas inoffensives mais en tout cas beaucoup moins nocives que le tabac…

Publicités

E-cigarette : une entreprise lilloise leader du marché français

parlonssantecom-24

L’entreprise lilloise leader du marché français de l’e-cigarette, annonce dans un communiqué le lancement de la première étude d’impact sanitaire de ses e-liquides. Confiée en mars 2014 à des chercheurs de l’Université de Lille, elle livrera ses premiers résultats en 2015.
Alors que la littérature scientifique est assez pauvre sur la toxicité potentielle des e-liquides contenus dans les cigarettes électroniques, Nhoss commande la première étude sur l’impact sanitaire de ses e-liquides. La marque française qui, depuis sa création en 2010, se positionne en acteur responsable du secteur de l’e-cigarette, a investi plusieurs centaines de milliers d’euros dans cette étude, dont les résultats seront publiés en mars 2015.

Si des incertitudes persistent sur l'innocuité des e-liquide, la nocivité du tabac ne fait aucun doute : plus de 5,4 millions de morts par an dans le monde dont 60 000 en France (source OMS).
Si des incertitudes persistent sur l’innocuité des e-liquide, la nocivité du tabac ne fait aucun doute : plus de 5,4 millions de morts par an dans le monde dont 60 000 en France (source OMS).

Lire la suite

CC-Vapoteur251013
« Aujourd’hui, 26 octobre 2013, trois semaines que j’ai arrêté de fumer ». Lucien ouvre la bouche et laisse échapper une fumée blanchâtre avant de poursuivre : « Non, ce n’est pas de la fumée, mais de la vapeur, car désormais je vape ». La cigarette électronique est entrée dans la vie de ce Polynésien, ex-gros fumeur, il y a seulement 21 jours… Et déjà, il semble sevré. Le quadragénaire admet, avec étonnement : « Je n’ai même pas envie de fumer, j’ai un paquet de cigarettes dans un tiroir, mais je dois dire que je n’ai aucune envie de reprendre la cigarette ». Il s’en étonne lui-même. Lui, qui était capable de battre la campagne un dimanche après-midi durant des heures jusqu’à trouver un tabac ouvert… Incroyable cette facilité a tourné la page de sa tabagie !

« La première semaine, je trouvais cela bizarre de ne pas avoir envie d’en griller une, alors j’en ai allumé une. Je l’ai fumée mais sans réel plaisir. Je me suis dit c’est presque plus sympa de « vaper ». » Aujourd’hui, Lucien est convaincu qu’il ne reprendra pas le tabac : « Je trouve cela plus sympa de vaper. C’est plus rigolo, plus agréable que de fumer. Ce n’est pas pareil, mais ce n’est pas le but. Je trouve cela vraiment plus sympa que fumer du tabac ». Et puis, il y a des accessoires, des jolies fioles, des parfums à tester (fruités, tabacs ou mentholés), une petite sacoche offerte par le revendeur (qui est entrain de faire fortune) c’est ludique tout cela !

1,5 million de Français a déjà succombé aux volutes du propylène glycol (un additif alimentaire qui permet d’imiter la fumée) avec ou sans nicotine (dosage au choix du consommateur).

dsc_5720
Fini le temps des réflexions sur les odeurs de tabac froid, plus besoin de briquet, au placard les cendriers… On peut sortir sa cigarette électronique et « vapoter » au bureau, dans sa voiture, ou dans un ascenseur discrètement, sans fumée… et sans risques ? Pas sûr, mais pour l’heure, ce n’est pas l’affaire de Lucien qui profite de son nouveau hobby pour abandonner une bien mauvaise habitude qu’il avait depuis dix-sept ans… et qui, là on en est sûr, est cancérigène.

A lire un intéressant article sur la contre attaque des cigarettiers.