Les victimes du Médiator peuvent au moins trouver une petite consolation à leur malheur, depuis la médiatisation de ce scandale les médicaments sont passés au crible, le principe de précaution est appliqué à la lettre. Aujourd’hui dans le Figaro.fr on apprend que « Plus de 70 médicaments largement utilisés par les personnes âgées ont pour conséquence un déclin cognitif pouvant engendrer une hausse de la mortalité ». Des effets secondaires dramatiques liés à un traitement au long court. Les patients âgés, adeptes des « renouvellements d’ordonnance » et de « polymédication aigüe » prennent souvent -par habitude- toute une panoplie de molécules. Les médecins de famille sont mis en cause car ils devraient revoir le diagnostic et pratiquer de nouveaux examens pour vérifier régulièrement la pertinence de tels ou tels traitements, et surtout étudier le bénéfice-risque chez les séniors souvent plus vulnérables en matière de défense immunitaire.
Lire la suite