Les victimes du Médiator peuvent au moins trouver une petite consolation à leur malheur, depuis la médiatisation de ce scandale les médicaments sont passés au crible, le principe de précaution est appliqué à la lettre. Aujourd’hui dans le Figaro.fr on apprend que « Plus de 70 médicaments largement utilisés par les personnes âgées ont pour conséquence un déclin cognitif pouvant engendrer une hausse de la mortalité ». Des effets secondaires dramatiques liés à un traitement au long court. Les patients âgés, adeptes des « renouvellements d’ordonnance » et de « polymédication aigüe » prennent souvent -par habitude- toute une panoplie de molécules. Les médecins de famille sont mis en cause car ils devraient revoir le diagnostic et pratiquer de nouveaux examens pour vérifier régulièrement la pertinence de tels ou tels traitements, et surtout étudier le bénéfice-risque chez les séniors souvent plus vulnérables en matière de défense immunitaire.

« Les personnes âgées sont polymédicamentées. Or on joue avec le feu car on ne connaît pas bien les effets secondaires des médicaments dans cette population. L’autre problème est qu’elles les prennent pendant longtemps »; reconnaît Dominique Maraninchi directeur de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé dans une interview accordée à nos confrères du Figaro.fr
« Notre objectif est de ne pas laisser sur le marché des molécules aux effets possiblement dangereux. Et, dans ce cas précis, de retirer du marché les produits inutiles et dangereux auxquels les personnes âgées sont particulièrement exposées. Il est essentiel de traiter cette population avec plus de délicatesse ».

4 thoughts on “

  1. L’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé va communiquer la liste complète, en voici un extrait : des antidépresseurs (Elavil, Laroxyl, Tofranil), des tranquillisants (Largactil, Terfluzine), des antitussifs (Broncalene, Broncorinol), des antihypertenseurs (Atenolol), des diurétiques (Aldalix, Furosemide), des antiashmatiques (Asmabec, Beclojet), des antiépileptiques (Tegretol) mais aussi des molécules prescrites dans le traitement du glaucome (Azarga, Combigan, Cosopt) ou pour les incontinences urinaires (Ditropan, Oxybutynine). Selon, lefigaro.fr « Ces effets secondaires sont connus puisqu’en 2009, une équipe du CHU de Saint-Étienne avait déjà pointé ce problème dans un article de la Revue neurologique ».

    J'aime

  2. Traitement du glaucome.Depuis que l’Azarga m’a été prescrit il y à un an j’ai remarqué un changement dans mon comportement, perte de vigueur ,équilibre instable,  » coup de vieux brutal inhabituel « .Mon dr. ophta. informé m’a renouvelé le traitement, en me recommandant au deux interventions journalieres de boucher avec les doigtsle coin des yeux durant une minute .Pouvez vous me conseiller ? Merci .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s