L’accouchement, une nouvelle vie qui commence

C’est l’étape ultime, celle que l’on attend pendant des mois et que l’on redoute durant des semaines. Les hormones s’affolent et les émotions bouillonnent, le corps souffre et le cerveau est en ébullition. Au cours des tous premiers mois de grossesse, maman ne pense qu’à la croissance et à la bonne santé de bébé. Poids, alimentation, l’attention se porte sur ce petit ventre qui s’arrondit tendrement. Puis au fil des mois, l’entrée dans le 8e matérialise peu à peu l’aboutissement de cette grossesse. Les cours de préparation à l’accouchement aident grandement à se projeter, respiration, poussées, contractions…

Mais on reste sur sa faim, on veut en savoir plus. Alors on épluche la littérature sur le sujet, on dévore des magazines, on surfe à perdre haleine… et parfois l’angoisse monte, certains forums relatent des histoires terrifiantes. La peur d’une hémorragie, d’une souffrance fœtale hantent nombre de mamans. Et puis, un beau jour, le travail commence. Et là, le temps prend une dimension étrange. Vous êtes lancée dans un processus que vous ne maîtrisez pas. Le corps sait faire lui, il entre en mutation, se transforme, se prépare, se métamorphose. Sachez-le; les prochaines heures seront rythmées par les consignes du corps médical (si vous faite le choix d’accoucher en milieu hospitalier bien sûr). Le bassin s’élargit, le col se dilate et le fœtus débute son voyage vers sa vie de bébé. Ce « travail » est très aléatoire, il peut être plus ou moins rapide, impossible à quantifier, mais il sera douloureux, atrocement. Avec humour, Florence Foresti le dépeint avec justesse « On n’a pas le droit de le dire… sinon on ne ferait plus de bébé ». Les contractions peuvent être comparées à des douleurs de règles… puissance 30 000 !

Bien sûr certaines vous diront que c’était supportable et sûrement pour elles d’ailleurs, les contractions ne sont pas toutes de la même intensité si le travail se fait naturellement ou s’il y a eu un déclenchement. De surcroît, la perception de la douleur est très variable d’une femme à l’autre, elle dépend de son propre vécu, de son ressentiment. Rassurez-vous les équipes savent faire, elles sont là pour vous et le bébé. Elles feront ce qu’il faut, si bébé doit sortir plus vite une césarienne lui apportera un nouveau souffle. C’est un geste chirurgical maîtrisé et c’est surtout pour votre bien à tous les deux. N’ayez pas peur de cette intervention.

La péridurale est une option pour toutes celles qui ne peuvent supporter ces contractions de travail, si le dosage est bien fait vous ressentirez bébé progresser doucement. Les poussées vous seront dictées par les sages femmes, en moins de 30 mn, bébé devrait pointer le bout de son nez. Vous sentirez son petit corps progresser. En quelques minutes, il sera sur vous, au plus près, vous le verrez si beau, si chaud, se pelotonner contre votre peau tiède. Une rencontre incroyable, bouleversante, une expérience humaine extraordinaire… Un petit cri, un premier regard et ça y est… on a déjà oublié les douleurs et les peurs. « Tout va bien maman, me voilà… » Une nouvelle vie commence…

Advertisements

2 réflexions au sujet de « L’accouchement, une nouvelle vie qui commence »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s