Lintolrance au gluten

L’intolérance au gluten – ou maladie cœliaque – est une maladie des intestins relativement fréquente (au moins 1 personne sur 1 500 serait concernée). Causée par une réponse complexe de l’organisme aux aliments contenant du gluten (protéine issue du blé, de l’orge, du seigle et de l’avoine), cette pathologie (qui n’est pas une allergie) se traduit par différents symptômes : douleurs abdominales, diarrhées, ballonnements… Son traitement consiste à supprimer le gluten de l’alimentation. S’il peut en théorie paraître simple, il est en pratique très difficile à suivre au quotidien… En effet, le gluten est présent dans de nombreux aliments : pain, pâtes, céréales du petit déjeuner, biscuits, pizzas etc. Et il est aussi utilisé comme ingrédient dans bon nombre de produits : sauces, hamburgers, saucisses… Des diététiciens spécialisés, ainsi que de nombreuses associations*, peuvent venir en aide aux personnes concernées par cette intolérance.

Food today 2006 ; 3 : 2
* voir liste sur www.aoecs.org

En France : Association Française Des Intolérants Au Gluten – afdiag@yahoo.fr – www.afdiag.org
Source Nutrinews

Publicités

L’agenda nutrition

1-3 septembre 2006 à l’Aubier Montézillon (Suisse)
Nos dents et les cornes des vaches ont-elles quelque chose en commun ?
IUFoST – 13th world congress
iufost@nantes.inra.fr – www.iufost.org

17-21 septembre 2006 à Nantes
13th world congress of food science & technology
Fondation de l’Aubier, Les Murailles 5, CH-2037 Montézillon
Tél. : 032 853 44 80 promotion.culturelle@swissonline.ch

19 septembre 2006 à Paris
Décontamination des aliments et des animaux.
Que s’est-il passé pendant les 20 années qui ont suivi Tchernobyl ?

Institut français pour la nutrition, 71 avenue Victor Hugo, 75116 Paris
Tél. : 01 45 00 92 50 – Fax : 01 40 67 17 76
Institut.nutrition@ifn.asso.fr – www.ifn.asso.fr

20-22 septembre 2006 à Clermont-Ferrand
Université d’été de nutrition : évolution des modes de consommation,
qualité des aliments, prévention nutritionnelle

INRA de Clermont-Ferrand
Tél. : 04 73 60 82 60 ou 04 73 62 42 31
univete@clermont.inra.fr – www.clermont.inra.fr

22-23 septembre 2006 à Laguiole
Forum « Planète terroirs – Aubrac 2006 »
Terroirs et cultures, Mas de Saporta, CS 80017, 34875 Lattes cedex
Tél. : 04 67 92 68 60 – Fax : 04 67 92 76 94
terroirsetcultures@yahoo.fr – www.terroirsetcultures.com

28-30 septembre à Barcelone (Espagne)
1er congrès mondial de Nutrition et Santé publique
Tél. : 00 44 93 410 86 46 – Fax : 00 44 430 32 63
www.nutrition2006.com

L’hyperactivité (impulsivité, incapacité à « rester tranquille », impossibilité de se concentrer…) concerne un nombre croissant d’enfants et certains affirment que l’alimentation (excès de sucre, de phosphates…) pourrait être en cause. Pourtant, d’après un travail réalisé par le service diététique des Hospices Civils de Lyon, rien aujourd’hui de scientifiquement étayé ne permet de conclure. Il n’y a donc aucune raison pour le moment, semble-t-il, de mettre tous les petits hyperactifs au régime… Cerin

Une étude française, réalisée auprès de 24 jeunes hommes de poids normal âgés de 19 à 25 ans, montre que ceux qui goûtent font moins de gras que les autres… Pour ces adulescents, plus vraiment des adolescents mais pas encore des adultes, « faire 4 heures » resterait donc une nécessité…Obesity 2006 ; 14 : 215 – 227.

Une étude de l’OMS – l’organisation mondiale de la santé- auprès de 160 000 ados de 35 pays montre que plus le temps passé devant la télé est important, plus les comportements alimentaires laissent à désirer. Avec notamment une consommation plus élevée de boissons sucrées et de sucreries, et moins de fruits & légumes… Ce sont les petits Suisses qui regardent le moins la télé (2 h en moyenne) et les petits Ukrainiens qui semblent le plus « accros» (avec près de 4 h). Nos ados nationaux se situent plutôt dans la moyenne basse…
Public health Nutrition 2006 ; 9 (2) : 244-50

L’ail serait bon pour le coeur

« De l’ail dans son jardin éloigne le médecin… » Pour vérifier les effets potentiellement bénéfiques de la consommation d’ail sur le cœur, des chercheurs de Liverpool ont analysé les résultats des études scientifiques publiées depuis plus de 10 ans. Si certains points – comme le rôle de l’ail sur le taux de cholestérol ou encore sur l’agrégation plaquettaire- demandent quelques éclaircissements, il apparaît tout de même que l’ail serait plutôt « bon pour le cœur » Le vieil adage populaire qui voudrait que « de l’ail dans son jardin éloigne le médecin » ne semble donc pas dénué de certains fondements scientifiques… Quant à savoir pourquoi l’ail éloigne les vampires… c’est une autre histoire !
Journal of Nutrition 2006 ; 136 : 736S – 740S

D’apéritif à sorbet en passant par coups de soleil et fruits de mer… De A à Z ou presque, tout pour se régaler et être en forme cet été.

La pizza à consommer avec modération, une fois par semaine maximum !!!!

Apéritif
L’été, les vacances, le soleil sont des occasions de prendre l’apéritif entre amis, en terrasse, au bord d’une piscine… Pour ne pas abuser des « amuse-gueules » trop caloriques et salés, vous pouvez offrir à vos convives des brochettes de fruits et de fromage piquées sur un chou ; des légumes crus accompagnés de sauces bien relevées à base de fromage blanc ou de yaourt, de jus de citron, de sel et de poivre et, pourquoi pas, de fines herbes, d’ail, de curry, de moutarde ou de ketchup. À boire : des cocktails de fruits ou de jus de légumes bien relevés ou, plus simple, du jus de tomates.

Barbecue
Le barbecue est réputé cancérigène du fait de la formation de composés comme les benzopyrènes lors de la cuisson des aliments. On peut retrouver ces substances sur les poissons et les viandes un peu trop « carbonisés », mais en très faible quantité : comme la cuisson au barbecue est saisonnière et donc peu fréquente, elle ne représente pas un véritable danger pour la santé. Cependant, évitez le contact direct de l’aliment avec la flamme et ne consommez pas les parties noircies des aliments. Le vrai danger de la cuisson au barbecue est le risque de brûlures !
Lire la suite