Nutrition

Une étude française, réalisée auprès de 24 jeunes hommes de poids normal âgés de 19 à 25 ans, montre que ceux qui goûtent font moins de gras que les autres… Pour ces adulescents, plus vraiment des adolescents mais pas encore des adultes, « faire 4 heures » resterait donc une nécessité…Obesity 2006 ; 14 : 215 – 227.

Nutrition

Une étude de l’OMS – l’organisation mondiale de la santé- auprès de 160 000 ados de 35 pays montre que plus le temps passé devant la télé est important, plus les comportements alimentaires laissent à désirer. Avec notamment une consommation plus élevée de boissons sucrées et de sucreries, et moins de fruits & légumes… Ce sont les petits Suisses qui regardent le moins la télé (2 h en moyenne) et les petits Ukrainiens qui semblent le plus « accros» (avec près de 4 h). Nos ados nationaux se situent plutôt dans la moyenne basse…
Public health Nutrition 2006 ; 9 (2) : 244-50

La recherche médicale, Nutrition

L’ail serait bon pour le coeur

« De l’ail dans son jardin éloigne le médecin… » Pour vérifier les effets potentiellement bénéfiques de la consommation d’ail sur le cœur, des chercheurs de Liverpool ont analysé les résultats des études scientifiques publiées depuis plus de 10 ans. Si certains points – comme le rôle de l’ail sur le taux de cholestérol ou encore sur l’agrégation plaquettaire- demandent quelques éclaircissements, il apparaît tout de même que l’ail serait plutôt « bon pour le cœur » Le vieil adage populaire qui voudrait que « de l’ail dans son jardin éloigne le médecin » ne semble donc pas dénué de certains fondements scientifiques… Quant à savoir pourquoi l’ail éloigne les vampires… c’est une autre histoire !
Journal of Nutrition 2006 ; 136 : 736S – 740S

Bien-être, beauté, Nutrition

D’apéritif à sorbet en passant par coups de soleil et fruits de mer… De A à Z ou presque, tout pour se régaler et être en forme cet été.

La pizza à consommer avec modération, une fois par semaine maximum !!!!

Apéritif
L’été, les vacances, le soleil sont des occasions de prendre l’apéritif entre amis, en terrasse, au bord d’une piscine… Pour ne pas abuser des « amuse-gueules » trop caloriques et salés, vous pouvez offrir à vos convives des brochettes de fruits et de fromage piquées sur un chou ; des légumes crus accompagnés de sauces bien relevées à base de fromage blanc ou de yaourt, de jus de citron, de sel et de poivre et, pourquoi pas, de fines herbes, d’ail, de curry, de moutarde ou de ketchup. À boire : des cocktails de fruits ou de jus de légumes bien relevés ou, plus simple, du jus de tomates.

Barbecue
Le barbecue est réputé cancérigène du fait de la formation de composés comme les benzopyrènes lors de la cuisson des aliments. On peut retrouver ces substances sur les poissons et les viandes un peu trop « carbonisés », mais en très faible quantité : comme la cuisson au barbecue est saisonnière et donc peu fréquente, elle ne représente pas un véritable danger pour la santé. Cependant, évitez le contact direct de l’aliment avec la flamme et ne consommez pas les parties noircies des aliments. Le vrai danger de la cuisson au barbecue est le risque de brûlures !
Lire la suite

La recherche médicale, Maladies infectieuses

Communiqué de l’institut Pasteur

« La rage tue encore 50.000 personnes par an dans le monde et aucune évolution favorable n’est actuellement à attendre. Elle existe toujours en France où, depuis 1976, 18 cas de rage ont été observés chez l’homme, tous ayant contracté la maladie à l’étranger, sauf un cas de transmission par greffe. Si l’infection est le plus souvent transmise par un chien enragé, le risque majeur de contamination humaine dans notre pays est dû à l’importation frauduleuse d’animaux non vaccinés et aux séjours à l’étranger dans des zones où sévit le virus. Le nombre de voyageurs traités contre la rage, après avoir été mordu dans une région du monde où cette maladie est endémique, a plus que doublé en 20 ans. Les importations illégales d’animaux enragés sont régulièrement recensées (on se souvient du cas de rage chez un chien importé illégalement du Maroc en Aquitaine en août 2004). Enfin, un risque plus limité de transmission existe au contact des chauve-souris. Mi-mai dernier, l’Institut Pasteur a confirmé le diagnostic de rage chez une chauve-souris qui avait mordu un enfant de 4 ans dans la Meuse. Heureusement, l’enfant a été traité à temps.
Lire la suite

Grippe aviaire

Un petit garçon de 5 ans est le 40e victime des suites de la grippe aviaire en Indonésie. L’enfant était soigné depuis une semaine dans un hôpital de Java Est. « Selon certaines informations, il avait été en contact avec des poulets morts » précise Hariyadi Wibisono, un haut responsable du ministère de la Santé. « Les résultats des tests ont été confirmés positifs par le laboratoire affilié à l’OMS à Hong Kong ».
L’OMS confirme que depuis 2006, plus de la moitié des morts de la grippe aviaire dans le monde sont indonésiens. Si le Vietnam a enregistré 42 cas, ce dernier a réussi a enrayer la propagation du virus. Aucun décès n’y a été constaté cette année. En outre, l’Indonésie est le premier pays où a été confirmé la passation du virus d’homme à homme. L’OMS a annoncé, le 23 juin dernier, la transmission du virus d’une indonésienne à plusieurs membres de sa famille. L’Organisation avait estimé que « le virus n’avait pas muté de façon significative ni dangereuse bien qu’une telle mutation n’ait jamais encore été constatée ».

Bien-être, beauté, Cancérologie / Oncologie, Dermatologie

Les UV en cabine augmentent le risque de cancer

Selon un avis adressé à la Commission européenne par le Comité scientifique des produits de consommation (CSPC), l’usage d’appareils à rayons ultraviolets (lampes à bronzer et bancs solaires) pour obtenir et entretenir un bronzage à des fins esthétiques est susceptible d’augmenter le risque de mélanome malin de la peau donc le cancer de la peau. Un article publié par Actualités news environnement fait le point sur ce sujet : « Les scientifiques recommandent donc aux personnes présentant des facteurs de risque connus, comme une peau très sensible aux coups de soleil, une incapacité ou une grande difficulté à bronzer, la présence de taches de rousseur ou de grains de beauté atypiques et/ou multiples, ainsi que des antécédents familiaux de mélanome, de ne pas utiliser d’appareils de bronzage (bancs solaires) pour des raisons esthétiques ».
En bref pour avoir bonne mine, mangez des fruits, des carottes, souriez et appliquez un peu de fond de teint ou un « auto-bronzant », c’est moins cher à long terme et sûrement moins toxique, même si effectivement le contenu des flacons de produits cosmétiques n’est pas toujours irréprochable !

Diabétologie, Nutrition, Obésité

Membre de l’académie nationale de médecine, ex-chef du service endocrinologie à l’hôpital Lapeyronie de Montpellier, le professeur Claude Jaffiol anime un groupe de travail sur le thème « Précarité et diabète ». Il a accordé une interview à l’une de nos journalistes.

Le diabète progresse partout dans le monde, il est fréquent de dépister des diabète de type 2 chez de jeunes enfants, que faut-il faire pour endiguer ce processus ?

Claude Jaffiol : « Le diabète est quand même au départ un problème nutritionnel. L’obésité et le diabète progressent partout dans le monde c’est vrai en particulier dans les populations précaires. La priorité est la prévention et le dépistage des populations à risques (famille de diabétique, personnes en surcharge pondérale, etc), c’est un travail collectif, médecins, pharmaciens, enseignants, mais aussi décideurs de la santé publique, les médias aussi ont un rôle fondamental à jouer il faut informer, alerter, voire marteler les informations de prévention. Attention à ce que vous mangez ! Bannissez les sodas, les sucres, les sandwichs…
Lire la suite

Diabétologie

Après avoir été longtemps maintenues dans l’incapacité de pratiquer des sports extrêmes, les personnes atteintes de diabète ont repoussé les limites qu’on leur imposait. Désormais, elles peuvent se dépasser, voire dépasser les autres, dans tous les domaines, y compris le Grand Bleu. L’association française des diabétiques organise des séjours de plongée sous-marine pour personnes diabétiques insulinotraitées au centre de plongée de Carry Le Rouet du 27 août au 2 septembre 2006. L’encadrement est assuré par des moniteurs de plongée certifiés et du personnel de santé

Voici une dizaine d’années, alors que, légalement, rien ne l’interdisait, un diabétique insulinodépendants n’aurait pas pu faire de plongée. Redoutant qu’une crise d’hypoglycémie sous l’eau ne vienne mettre sa vie en danger, la plupart des médecins refusaient de leur signer un certificat de non contre-indication.
Lire la suite