« 25% des adultes se plaignent d’allergies alimentaires, en réalité à l’issue des tests, seuls 2% sont effectivement intolérants ». Si les idées reçues en matière de santé sont nombreuses, les allergies alimentaires sont dans le peloton de tête. Elles terrorisent les parents qui, à la moindre suspicion, suppriment, purement et simplement, l’aliment des menus. Erreur ! « Cette éviction totale n’est pas une bonne chose, car si un jour l’enfant consomme par inadvertance l’aliment, la réaction allergique (l’intolérance) sera amplifiée. Avant de l’exclure, il faut avoir la certitude qu’il est allergène et donc pratiquer un test chez un allergologue, cela peut se faire dès le premier mois de vie de l’enfant» affirme Fabienne Rancé, chef du service consultation et hospitalisation de pneumologie et d’allergologie pédiatrique du CHU de Toulouse. « Il faut distinguer les allergies de l’enfant et celles de l’adultes.  Chez l’enfant, elles guérissent avec l’âge. Chez l’adulte, c’est plus complexe surtout qu’il y a des allergies croisées. Il ne faut pas dramatiser, les chocs anaphylactiques sont très rares (5%) ».

Le professeur Rancé anime régulièrement des réunions afin de sensibiliser les médecins en particulier les généralistes. Actuellement en mission en Polynésie française, elle insiste que une prise en charge précoce «Le diagnostic est important. Pour l’affiner, il faut informer les médecins et la population. Il y a des allergiques qui s’ignorent, mais aussi de fausses allergies, qui ne sont que des intolérances passagères, voire contextuelles. Les allergies ne sont pas une fatalité chez l’enfant, elles évoluent, voire guérissent, il faut refaire des tests régulièrement pour vérifier. L’enfant doit avoir une alimentation variée et équilibrée, le priver de tout est dangereux pour son équilibre alimentaire». Fabienne Rancé est également l’auteur de divers ouvrages « pratiques » sur les allergies alimentaires  (« L’allergie alimentaire de l’enfant ») destinés aux parents, des documents scientifiques, un livre de recettes (« 106 recettes faciles pour enfant allergique») et récemment une BD pour les enfants « Alimus-alima».

Publicités

2 réflexions au sujet de «  »

    1. Ah comme je te comprends, moi je suis arrivee il y a un peu plus dune semaine en angleterre maintenant et je travaille comme au pair dans une famille qui a une reelle obsession pour les oignons et pour la troisieme fois cette semaine ma piegee en en mettant dans les plats. jen ai encore fait les frais hier soir, et jen souffre encore a cette heure, je leur ai donc explique hier soir que je ne voulais vraiment plus en manger et resultat, ils mont repondu que si ils avaient su ils ne mauraient jamais engages! donc aujourdhui je suis malade et humiliee et je me demande si je ne dois pas chercher une nouvelle famille! enfin juste pour te dire que je sais a quel point cest penible detre allergique aux oignons surtout quand personne ne te comprend et te repete sans cesse que les oignons sont bons pour la sante!!! mes amities. Siobhan

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s