Autisme : le scepticisme des familles face aux propos du ministre

L’association Léa Pour Samy accueille « avec scepticisme les propositions de M. BAS, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille, et de son équipe de la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées dans le journal la Croix du 12 mars et le journal télévisé d’I-Télé diffusé le samedi 10 mars. Ces propositions consistent à mettre en place un dispositif d’une durée de 3 ans qui va rassembler deux groupes d’appuis, l’un technique, l’autre scientifique. Ces deux groupes devraient permettre de faire sereinement le point avec les représentants des associations, pour faire évoluer concrètement la situation « . LEA POUR SAMY émet de sérieuses réserves sur « une connaissance réelle du dossier de l’autisme en France par les services de M. BAS ».

Selon l’association, « M.BAS semble occulter le fait que les parents n’attendront pas 3 ans que l’Etat veuille faire le point. Il faut que celui-ci reconnaisse dès maintenant l’Autisme selon les critères de l’Organisation Mondiale de la Santé, et permette l’accès à un accompagnement de qualité basé sur les approches reconnues efficaces depuis des années à l’étranger et bien moins coûteuses pour la Collectivité que la prise en charge en hôpital psychiatrique. Ceci est indispensable afin que l’Enfant ne développe pas de sur handicap ni de troubles du comportement sévères. Les solutions que M. Bas sort de son chapeau, pour répondre à la recevabilité de la plainte de LEA POUR SAMY pour discrimination à l’égard des enfants autistes, ont déjà été proposées par les équipes précédentes et attendent depuis novembre 2004 une hypothétique concrétisation. Depuis plus de 20 ans, les équipes successives annoncent des mesures sans jamais les appliquer, évitant soigneusement toute action concrète ».

Léa Pour Samy attend de M.BAS et de ses successeurs « d’éviter les effets pervers de ces comités, consultations, groupes d’appuis constitués majoritairement d’experts psychiatriques non-compétents en matière d’Autisme, d’associations à la fois juges et parties, car également gestionnaires d’hôpitaux psychiatriques. Ces dernières dépendant des finances de ces hôpitaux, ne peuvent logiquement pas représenter et défendre des parents dont l’attention se porte sur des solutions alternatives et éducatives pour traiter l’Autisme ».

Communiqué de M’Hammed SAJIDI, Président LEA POUR SAMY – La Voix de l’Enfant Autiste
51 rue Léon Frot, 75011 PARIS. Tel : 01.47.00.47.83 – 06.09.85.70.22
www.leapoursamy.com
leapoursamy@wanadoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s