Gériatrie, Les médicaments

Les victimes du Médiator peuvent au moins trouver une petite consolation à leur malheur, depuis la médiatisation de ce scandale les médicaments sont passés au crible, le principe de précaution est appliqué à la lettre. Aujourd’hui dans le Figaro.fr on apprend que « Plus de 70 médicaments largement utilisés par les personnes âgées ont pour conséquence un déclin cognitif pouvant engendrer une hausse de la mortalité ». Des effets secondaires dramatiques liés à un traitement au long court. Les patients âgés, adeptes des « renouvellements d’ordonnance » et de « polymédication aigüe » prennent souvent -par habitude- toute une panoplie de molécules. Les médecins de famille sont mis en cause car ils devraient revoir le diagnostic et pratiquer de nouveaux examens pour vérifier régulièrement la pertinence de tels ou tels traitements, et surtout étudier le bénéfice-risque chez les séniors souvent plus vulnérables en matière de défense immunitaire.
Lire la suite

Diabétologie, Les médicaments

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a décidé ce jeudi 9 juin de suspendre l’utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos et Competact). Cette décision prendra effet le 11 juillet 2011 pour permettre aux patients de contacter leur médecin qui adaptera leur traitement antidiabétique. Cette décision est motivée par un risque accru de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France. La molécule lest utilisée dans le traitement du diabète de type 2, elle était commercialisée en France depuis 2002.

Cancérologie / Oncologie, Les médicaments

L’Afssaps a eu connaissance de plusieurs cas d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) rapportés chez des patients traités avec le médicament anticancéreux Sprycel ® (dasatinib). Ce médicament, qui dispose d’une autorisation de mise sur le marché européenne depuis 2006, est utilisé pour traiter des patients adultes atteints de leucémie [1] myéloïdes chroniques. L’Agence européenne des médicaments (EMA) va procéder à un examen de l’ensemble des données dont les résultats sont attendus pour juin 2011. Dans l’attente de ces résultats, l’Afssaps recommande aux professionnels de santé de surveiller la survenue d’une hypertension artérielle pulmonaires et de ne pas modifier la prise en charge des patients traités par Sprycel ® .

Diabétologie, Les médicaments, Scandales

Désormais c’est une certitude, il y aura un « avant » et un « après » Mediator. Pour mesurer les conséquences de ce phénomène, il suffit de consulter les alertes de l’Afssaps qui tombent quotidiennement sur les messageries des rédactions dont la nôtre à parlonssante.com ! Chaque jour ou presque des alertes, des recommandations. Aujourd’hui, c’est un nouvel appel à la prudence adressé aux médecins lors de prescription d’Actos® et de Competact® qui est émis. Autorisés dans le cadre d’une procédure européenne, ces médicaments à base de pioglitazone, font aujourd’hui l’objet d’un suivi renforcé. Un lien entre l’exposition prolongée à cette molécule et une augmentation du risque de cancer de la vessie pourrait remettre en question son rapport bénéfice/risque. L’agence invite les praticiens «… avant toute prescription de pioglitazone chez un patient diabétique, de considérer les facteurs de risque additionnels potentiels de cancer de la vessie tels que l’exposition au tabac, l’âge, le sexe masculin, les infections urinaires chroniques, ainsi que certaines expositions professionnelles à des produits chimiques. »

Lire la suite

Les médicaments, Scandales

Mediator, le scandale sanitaire va-t-il devenir un scandale judiciaire ?

Samedi 26 février, une femme, atteinte d’une importante insuffisante cardiaque, ayant pris du Mediator durant plusieurs années, a été victime d’un arrêt cardiaque après avoir subi une expertise judiciaire très éprouvante, dans le cadre d’une procédure intentée contre le laboratoire Servier. Elle est actuellement hospitalisée à Rennes dans un état grave.
Lire la suite « Mediator, le scandale sanitaire va-t-il devenir un scandale judiciaire ? »

Les médicaments

Le syndrome Mediator…

mediator
Après des années de laxisme face aux effets secondaires de certains médicaments, les autorités françaises s’affolent et mettent les bouchées doubles. Une sorte de « syndrome Médiator ». Au lendemain de la remise du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales sur le Mediator le 15 janvier, ce sont soixante dix sept médicaments, dont des classiques de la pharmacie familiale tel le Diantalvic, qui sont désormais placés « sous surveillance renforcée ». Un empressement qui n’est pas sans rappeler la gabegie du vaccin de la grippe H1n1, conséquence directe du désastre de la prise en charge sanitaire de la canicule. Une réaction excessive et coûteuse ! Enième volet du feuilleton Médiator, cette semaine Xavier Bertrand, Ministre du Travail de l’Emploi et de la Santé, a annoncé le lancement des Assises du Médicament : pour refondre le système de sécurité sanitaire des produits de santé. « L’objectif de ces Assises est de restaurer la confiance dans le système de sécurité sanitaire des produits de santé, en construisant une vision stratégique nationale de la politique des produits de santé, qui sera ensuite portée au niveau européen » assure le service de presse du ministère… Restaurer la confiance ? C’est pas gagné !

Les médicaments

Christine, 53 ans témoigne sur le site de l’Association française des diabétiques : « J’ai pris du médiator pendant de nombreuses années et à plusieurs reprises. Je ne sais pas quand j’ai commencé (entre 1978 et 2004). Etant diabétique (décelé à l’âge de 20 ans), après la naissance de mon fils, j’étais en sur-poids, (70 kgs pour 1.60 m) avec une attirance pour le sucre. J’ai donc pris du Médiator (mais aussi de l’Isoméride, du Tenuate d’ospan) par intermittence, au gré de mes régimes mais sans jamais vraiment me prendre en charge…Toujours au cours d’un régime, j’ai pris, en plus, du Sibutral, après avoir fait un test d’effort qui s’est révélé bon. C’était en juin 2003.
Lire la suite

Les médicaments, Scandales

En plein scandale du Mediator, le laboratoire Servier vient d’être condamné par la cour d’appel de Versailles à verser 145000 € à la famille de Nicole Goudman, une mère de famille marseillaise décédée le 31 octobre 1995, à l’âge de 47 ans, après avoir pris de l’Isoméride pendant environ trois mois, des années plus tôt. Selon, nos confrères du Parisien, l’expertise médicale judiciaire de cette femme, réalisée par un collège de deux experts, les professeurs Derenne (pneumologie) et Lagier (toxicologie) de la Pitié-Salpêtrière, avait établi un lien de causalité entre l’hypertension artérielle pulmonaire découverte chez Nicole en 1993 et la prise d’Isoméride, un coupe-faim commercialisé par Servier et pris par 7 millions de Français entre 1985 et 1997. Cette femme est décédée alors qu’elle attendait une transplantation cœur-poumon.

Lire la suite de l’article sur le site du Parisien

Alimentation, Diabétologie, Les médicaments, Scandales

Pourquoi le Mediator produit par le laboratoire français Servier n’a t-il pas été retiré de la vente en 2003 en même temps que nos voisins européens (Italie et Espagne) ? Pourquoi le Mediator n’a t-il pas été retiré de la liste des médicaments remboursés par la Sécurité sociale comme préconisé en 2006 ?
Pourquoi l’Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) n’a pas mené une enquête lorsque des médecins ont alerté sur des complications liées à la prise du Mediator ? Certains évoquent des intimidations. « L’exemple le plus flagrant remonte à 1999, cette année-là, le docteur Georges Chiche, à Marseille, déclare le cas d’un malade sous Mediator atteint d’une valvulopathie. Il n’aura jamais de retour hormis la visite d’un représentant du groupe Servier qui essaiera de le dissuader d’aller plus loin ».

Les diabétologues principaux prescripteurs de Mediator connaissaient les effets secondaires de la molécule, sa prescription répondait aux bénéfices-risques. Le scandale de Mediator c’est sa prescription en guise de coupe-faim (tout comme Isoméride) par des gynécologues, des généralistes, des nutritionnistes à des personnes ayant envie de perdre quelques kilos ! Des patients qui n’auraient jamais dû recevoir du Mediator. Il est là le vrai scandale de Mediator une prescription abusive, irresponsable ! La caisse primaire d’assurance maladie a déposé à plusieurs reprises des plaintes contre des médecins pour des mésusages. Beaucoup de questions se posent notamment sur la responsabilité des autorités sanitaires, des gouvernements et des prescripteurs car désormais on évoque des milliers de victimes potentielles… Le scandale de Mediator aura au moins permis de mettre en lumière les dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire français.

CC

A lire pour en savoir plus, l’excellente interview de notre consœur Marie-Pierre Subtil, grand reporter au « Monde »