Pourquoi le Mediator produit par le laboratoire français Servier n’a t-il pas été retiré de la vente en 2003 en même temps que nos voisins européens (Italie et Espagne) ? Pourquoi le Mediator n’a t-il pas été retiré de la liste des médicaments remboursés par la Sécurité sociale comme préconisé en 2006 ?
Pourquoi l’Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) n’a pas mené une enquête lorsque des médecins ont alerté sur des complications liées à la prise du Mediator ? Certains évoquent des intimidations. « L’exemple le plus flagrant remonte à 1999, cette année-là, le docteur Georges Chiche, à Marseille, déclare le cas d’un malade sous Mediator atteint d’une valvulopathie. Il n’aura jamais de retour hormis la visite d’un représentant du groupe Servier qui essaiera de le dissuader d’aller plus loin ».

Les diabétologues principaux prescripteurs de Mediator connaissaient les effets secondaires de la molécule, sa prescription répondait aux bénéfices-risques. Le scandale de Mediator c’est sa prescription en guise de coupe-faim (tout comme Isoméride) par des gynécologues, des généralistes, des nutritionnistes à des personnes ayant envie de perdre quelques kilos ! Des patients qui n’auraient jamais dû recevoir du Mediator. Il est là le vrai scandale de Mediator une prescription abusive, irresponsable ! La caisse primaire d’assurance maladie a déposé à plusieurs reprises des plaintes contre des médecins pour des mésusages. Beaucoup de questions se posent notamment sur la responsabilité des autorités sanitaires, des gouvernements et des prescripteurs car désormais on évoque des milliers de victimes potentielles… Le scandale de Mediator aura au moins permis de mettre en lumière les dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire français.

CC

A lire pour en savoir plus, l’excellente interview de notre consœur Marie-Pierre Subtil, grand reporter au « Monde »

« Max fait le poids » une BD sur la différence et la prévention de l’obésité chez les enfants disponible à partir du 6 décembre sur http://boutique.griffe-info.com. 10€
max
« Avec ses 30 kilos en trop, Max en sait quelque chose. Un jour où il n’a pas le moral, il va faire la connaissance d’un cafard qui va changer sa vie. Outch est de très bon conseil. Et avoir un cafard comme coach, c’est plus efficace qu’on ne le croit ! La bande dessinée est l’un des supports privilégiés des enfants. C’est à travers l’aventure de Max, un jeune obèse de 12 ans qui ne sait pas comment perdre du poids, que les petits lecteurs vont découvrir les habitudes, simples et peu contraignantes, qu’il faut adopter pour lutter contre le surpoids. Max va rencontrer sa « bonne conscience », le cafard Outch qui lui servira de coach au quotidien.

La Polynésie française détient le record du monde de l’obésité infantile !
Lire la suite

INFO LE FIGARO – Les procédures visent la «tromperie» et «la mise en danger de la vie d’autrui». Le parquet de Paris va conduire l’enquête.

« C’est un tournant judiciaire dans l’affaire du Mediator, médicament accusé d’avoir provoqué la mort d’au moins 500 personnes en France. Pour la première fois dans ce dossier, une plainte contre X a été déposée, jeudi dernier, par deux victimes auprès du parquet de Nanterre, le siège social des laboratoires Servier se trouvant dans les Hauts-de-Seine. Les plaignants, qui souffrent de graves atteintes des valves du cœur, fondent leur action sur la «tromperie aggravée sur la nature, la qualité substantielle et la composition du produit» et la «mise en danger de la vie d’autrui» ».

L’intégralité de l’article sur le site du Figaro.fr

A lire sur le même sujet
« Vous avez pris du Mediator ? Racontez nous : »
« Isoméride, Mediator : combien de victimes ? »

Les diabétiques veulent toute la lumière sur l’affaire du Médiator et la transparence dans le domaine du médicament. « Cette affaire altère gravement la confiance des patients avec leurs praticiens et le système de santé, argue l’Association Française des Diabétiques (AFD). « Elle les plonge dans le doute, obligés de placer leurs attentes, leur existence même, dans les médicaments et ceux qui les fabriquent et les prescrivent ».
Lire la suite

Les bandelettes d’autotest de glycémie seront remboursées en fonction du type de diabète. Pour les diabétiques de type 2 non insulino-dépendant, la prise en charge se fera selon un forfait défini par la Haute Autorité de Santé (HAS). L’AFD se réjouit que le ballon d’essai lancé par certains cercles du pouvoir envisageant qu’une seule bandelette d’autocontrôle glycémique soit remboursée par jour aux personnes atteintes du diabète, ait éclaté. L’AFD avait aussitôt réagit contre cette mesure provocatrice et inacceptable. Devant l’émotion considérable qu’elle a suscitée parmi les 3 millions de diabétiques de France, la raison l’a emporté.
Lire la suite

Pour sa 15è année, le salon du diabète se renouvelle afin d’être toujours et davantage la grande manifestation du diabète solidaire ! En devenant « Les 72 heures d’Equilibre », il ne fait pas que changer de nom, mais s’inscrit avec détermination dans la stratégie d’acteur de santé de l’Association Française des Diabétiques.
afd
La France compte plus de 3 millions de diabétiques et 12 millions de personnes à risque. Véritable épidémie du 21è siècle, le diabète pose des enjeux de santé publique considérables qui exigent de s’adresser à l’opinion publique la plus large. Car le diabète reste une maladie trop méconnue, négligée, voire méprisée.
« Aujourd’hui, il est urgent de briser le mur invisible de silence et d’indifférence qui entoure une maladie qui touche 4% de la population française. Pour rompre le silence, l’AFD n’entend pas lancer de cris d’alarme tonitruants, mais au contraire, créer les conditions de l’écoute et du partage ».

Vendredi 12 novembre 11h – 11h45. Discours d’inauguration 11h45 – 12h45 Les complications de l’oeil Pr Pascale MASSIN (hôpital Lariboisière, service d’ophtalmologie)

Samedi 13 novembre 11h – 12h
Alimentation autour du monde Pr François DESGRANDCHAMPS, (urologue, hôpital St-Louis) et M. Jean-Marc NOTELET (chef du Caius-Paris) 12h15 – 13h15
« Coeur et diabète », Pr Patrick HENRY (cardiologue, hôpital Lariboisière)

Dimanche 14 novembre 11h30 – 12h30, « Pourquoi je ne prends pas mon traitement ? » Dr Helen MOSNIER-PUDAR (diabétologue, hôpital Cochin)
Lire la suite

Depuis ce matin, les médicaments Avandia et Avandamet (antidiabétiques à base de rosiglitazone) sont retirés du marché selon une directive de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Cette décision fait suite aux recommandations, en septembre dernier, de l’EMA (agence européenne du médicament) qui préconisait la suspension des autorisations de mise sur le marché (AMM) des produits à base de rosiglitazone, en raison d’une augmentation du risque cardiovasculaire associé à ces médicaments. L’EMA invitait déjà les praticiens à ne plus prescrire ces deux médicaments et à revoir leurs patients pour modifier leur traitement.
Lire la suite

Plus de 3 millions de Français sont atteints de diabète, on estime que parmi les 18 – 74 ans, 20% des diabétiques ne sont pas diagnostiqués ! L’’heure est à la prévention et à la sensibilisation. En renouvelant leur campagne nationale pour 3 ans, la Mutuelle Nationale Territoriale et l’Association Française des Diabétiques permettent à leurs sections départementales et associations fédérées d’étendre les actions de sensibilisation et de dépistage démarrées en 2006. Ces opérations, qui se déroulent sur le lieu de travail des agents territoriaux, ont permis en 2009 d’informer plus de 1800 fonctionnaires volontaires et de réaliser 1 738 dépistages. La sensibilisation se poursuit jusqu’à la fin de 2012.