Bronchiolite : un encombrant virus !

Chaque année, le virus de la bronchiolite passe l’hiver dans les chambres des bébés ! En France, on estime à 460 000 le nombre d’enfants qui sont touchés par le virus. Ce qui représente environ 30 % des bébés âgés de 1 mois à 2 ans. La bronchiolite est une pathologie virale respiratoire, saisonnière du nourrisson. Cette épidémie s’étend d’octobre à mars, avec un pic en décembre. Cette infection concerne le nourrisson de moins de deux ans. Elle entraîne une gêne respiratoire plus ou moins importante. Le principal responsable est un virus particulièrement contagieux. Toutefois, il s’agit le plus souvent d’une détresse respiratoire simple.

Jacques Girard, vous êtes masseur-kinésithérapeute, pouvez-vous nous expliquer quels sont les symptômes de la bronchiolite ?

J. G. : «Généralement tout commence par une rhinite. Après les premières 24h, l’enfant est fébrile. Au bout de 48h, la bronchiolite est là. Il respire bruyamment : ses bronches sont encombrées. Il “siffle”. Son nez est bouché ou il coule. L’enfant s’alimente de moins en moins. Il tousse et dort mal».

Quel message souhaitez-vous faire passer aux parents?

J. G. : «Qu’ils se rassurent, ce n’est pas une maladie grave. Aux premiers signes de la bronchiolite (écoulement nasal, encombrement bronchique et gêne respiratoire), il faut simplement consulter son médecin qui réalisera un diagnostic et délivrera, s’il le faut, une ordonnance pour des séances de kinésithérapie respiratoire, à débuter aussitôt. En cinq à dix séances de traitement, l’évolution est favorable dans la majorité des cas. Une petite toux peut persister au-delà, pendant quelques jours».

En quoi consiste une séance de kinésithérapie respiratoire?

J. G. : «En tant que pathologie virale, le traitement est symptomatique, il n’y a pas de prescription de médicaments (sauf en cas de surinfection bronchique ou d’otite moyenne aiguë). Dans un premier temps, on nettoie le nez de l’enfant avec du sérum physiologique. Ce geste, les parents devront le reproduire à la maison. Puis on désencombre les bronches de l’enfant en augmentant le flux respiratoire (AFE) afin de faire remonter les sécrétions qui gênent la respiration. Cette technique n’est pas douloureuse pour l’enfant. L’enfant réagit à la modification de sa ventilation spontanée. Lors de la séance, l’expiration est augmentée par les gestes du kiné et cela gêne l’enfant, c’est pourquoi il pleure. Puis il tousse par réflexe. Généralement, une séance par jour est nécessaire. Toutefois, selon l’encombrement des bronches de l’enfant, deux séances quotidiennes peuvent être utiles. A noter que les séances doivent être distantes d’au moins 2h du dernier repas afin d’éviter un reflux gastrique».

Vous êtes membre du Réseau kinésithérapie bronchiolite de l’Essonne (RKBE), présentez-nous les missions de cette structure ?

J. G. : «Le réseau de soins RKBE est né il y a un peu plus d’une dizaine d’années autour de quelques kinésithérapeutes salariés et libéraux. Il se compose aujourd’hui d’une centaine d’adhérents, répartis sur l’ensemble du département de l’Essonne. Ces derniers assurent un service de garde de kinésithérapie respiratoire le week-end et les jours fériés pendant la saison hivernale. Ceci représente environ six à huit cabinets ou services hospitaliers de kinésithérapie ouverts par week-end sur l’ensemble du département. Au niveau du réseau essonnien, 1 000 enfants sont pris en charge chaque hiver. Une prise en charge qui permet notamment d’éviter d’engorger les urgence. Pour obtenir les coordonnées du masseur-kinésithérapeute de garde le plus proche de chez vous, il suffit de composer le 0810.817.812. Après le dépistage, les soins sont pratiqués sous prescription médicale, uniquement au cabinet du praticien, sur rendez-vous.

Ce système fonctionne grâce à une bonne connaissance du réseau et à une excellente coopération des différents acteurs de santé : médecin, PMI, pharmacien, kinésithérapeutes, services hospitaliers et CPAM. Nous avons mis en place un numéro de téléphone unique qui permet aux parents de prendre rendez-vous les week-ends et les jours fériés pendant la saison hivernale pour la prise en charge de l’enfant ou le suivi des séances de kinésithérapie respiratoire ».

Propos recueillis par C.C.

Renseignement auprès du réseau de kinésithérapie bronchiolite d’Ile-de-France, un système de garde de kinésithérapie respiratoire de week-ends et de jours fériés au service des enfants de moins de 2 ans jusqu’au 28 mars 2004. Pour obtenir les coordonnées du kinésithérapeute de garde le plus près de chez vous composez le 0810.817.812. Info sur http://www.bronchiolite.net/accueil.html

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bronchiolite : un encombrant virus ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s