Et zut ! J’avais décidé de m’offrir une petite cure de Jouvence via qlq injections d’anti rides et voilà que cette semaine la nouvelle tombe, inquiétante ! Aux Etats-Unis, la toxine botulique, en usage médical à haute dose, aurait provoqué 16 morts. Or, il s’agit du principe actif du Botox et d’autres produits commerciaux (Myobloc, Vistabel, Neurobloc ou Dysport) utilisés comme antirides et vendus par plusieurs laboratoires. Aucun accident n’est survenu après une utilisation en cosmétique, donc à faible dose, et cette molécule n’a pas été interdite par les autorités, qui ne valident d’ailleurs pas les chiffres d’accidents mortels. Mais ces antirides sont désormais, officiellement, sous surveillance… Voici un extrait de l’article publié cette semaine sur le site Futura-sciences.com

« La toxine botulique est un poison violent naturellement produit par la bactérie Clostridium botulinum, championne des toxines dangereuses pour les animaux. On lui doit le botulisme, une maladie que l’on peut contracter en mangeant des conserves avariées, et qui devient mortelle quand une toxine botulique (la bactérie en secrète sept types) se répand dans l’organisme. Ce neurotoxique bloque le signal nerveux des nerfs moteurs vers les muscles et provoque une paralysie générale, pouvant conduire à la mort rapide quand les muscles impliqués dans la respiration sont immobilisés.

En usage médical, la toxine de type A (qui fait partie de celles à l’origine du botulisme) a trouvé son utilité : elle permet de soigner des syndromes de contractions involontaires, des paupières et du cou notamment, ou encore le strabisme. On lui a découvert une autre utilisation : la réduction des rides de la peau, par effet paralysant des muscles faciaux. L’industrie cosmétique s’en est emparée. La méthode d’application est la même (une injection sous-cutanée) mais les doses restent bien plus faibles.

Danger avéré

Aux Etats-Unis, la FDA (Food and Drug Administration) a pris la peine de prononcer une mise en garde contre l’utilisation de la toxine botulique A. Russell Katz, responsable du département de neurologie de la FDA, explique que son administration s’intéresse à des cas d’hospitalisations d’adultes et d’enfants à la suite de problèmes qui pourraient être dus à une diffusion de la toxine dans le corps après une injection locale pour raisons médicales. Les précautions qu’il préconise concernent aussi l’usage cosmétique. Dans tous les cas, explique-t-il en substance, patients et médecins doivent être tenus au courant des risques et s’alerter dès les premiers symptômes.

Cette intervention officielle survient deux semaines après une pétition lancée par l’association consumériste Public Citizen (fondée par l’infatigable militant Ralph Nader) et réclamant que la FDA, justement, s’occupe de ce problème. Selon l’association, la toxine botulique serait la cause de 87 hospitalisations et de 16 décès (dont 4 enfants) aux Etats-Unis, entre novembre 1997 et décembre 2006″.

 

Sources :

 

Publicités

2 réflexions au sujet de «  »

  1. Bonjour, ma fille a la sclérose en plaque. Elle recoit des injections de botox dans les bras. Nous avons observé qu’à la suite de ses injections elle a fait une grise d’épilepsie qui a durée au moins 45 minutes et on a du l’hospitaliser. Pour ma part je crois qu’il y a un rapport avec le botox. Votre avis S.V.P.

    J'aime

  2. bonjour Louiselle
    je suis désolée mais je n’ai pas de réponse, consultez votre médecin, j’ignore s’il peut y avoir un rapport, mais qui effectue les injections de botox ? c’est un médecin ? et pour quelles raisons ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s