im3.JPG

Le Professeur Michel Slama, du service de réanimation et néphrologie du centre hospitalier universitaire d’Amiens, est spécialiste de l’échocardiographie en réanimation médicale. Il apporte sa connaissance d’experts à ses confrères. Actuellement en mission en Polynésie française, il intervient dans le service de réanimation médicale du centre hospitalier de Papeete dirigé par le docteur Eric Bonnieux. L’usage de l’échocardiographie n’est plus l’apanage des cardiologues. Depuis une dizaine d’années, les médecins réanimateurs l’utilisent. « Les Français ont été les précurseurs dans l’utilisation de l’échocardiographie en réanimation médicale », assure le professeur Slama. Outil de diagnostic et monitoring des insuffisances circulatoires et respiratoires, l’écho a même supplanté le très intrusif cathétérisme (1) cardiaque. La technique a été développée pour cet usage spécifique. Aujourd’hui, la réalisation d’échocardiographies transthoraciques et transoesophagiennes est devenue systématique.

Un examen non invasif

Contrairement au cathéter où l’on devait pénétrer une veine, l’échocardiographie est non invasive (cet examen utilise la réflexion des ultrasons), elle permet de fabriquer une image, de décrypter et d’interpréter rapidement ce que l’on voit sur l’écran». Réaliser un diagnostic avec cette technique nécessite de la maîtriser. La formation initiale est de deux ans, on distingue trois niveaux de connaissance. Michel Slama a acquis une expertise et une expérience importante dans ce domaine lui permettant d’animer des cours théoriques tout en accompagnant les médecins dans la pratique. Eric Bonnieux, le responsable du service réanimation de l’hôpital de Tahiti, a apprécié cette collaboration : « Contrairement à la métropole, nous ne pouvons pas nous rendre dans des colloques pour enrichir nos connaissances, nous améliorer dans de nouvelles techniques, alors nous faisons venir des experts dans le cadre de la formation continue, c’est très important ».

(1) Cathétérisme : introduction d’un cathéter (une sonde) dans un conduit ou une cavité en vue d’une diagnostic.

En Outre mer, le turn-over des effectifs est une difficulté supplémentaire

im4.JPG


La réanimation est l’un des plus importants services du centre hospitalier de Polynésie française, 70 personnes dont 10 médecins, 30 infirmiers et de nombreux aides soignants. Localement, pas de réelle spécificité, si ce n’est la présence de diabète et d’obésité chez une population jeune. « C’est vrai, ici on est confrontés à une prise charge de patient de 15 ans en moyenne plus jeunes qu’en métropole » reconnaît Eric Bonnieux. Des patients plus « jeunes », et des pathologies toujours très lourdes. En Outre-mer, les services hospitaliers sont confrontés au turn-over des équipes, 40% des effectifs chaque année. Une difficulté supplémentaire pour gérer des services hospitaliers sous pression. Les DOM-TOM n’échappent pas aux difficultés de recrutements des spécialistes et au manque crucial de lits. Eric Bonnieux, le responsable du service réanimation au CHT Mamao, a hâte d’intégrer le nouvel hôpital. «Nous avons un taux de remplissage très important et nos seize lits ne suffisent pas. En mai, nous avons été contraints d’installer six lits dans la salle de réveil du bloc. Nous sommes les seuls à faire de la réanimation sur tout le territoire. Ce n’est pas un service « rentable » alors le privé n’en fait pas. Dans le nouvel hôpital, nous aurons 24 lits ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s