Actu, Cancérologie / Oncologie, Scandales

La santé des femmes sacrifiée sur l’autel de la rentabilité. Ce ne serait pas une première… Le sang contaminé c’était aussi pour des questions de gros sous qu’ils ne l’ont pas chauffé. Combien sont-elles ces femmes à porter dans leur corps des prothèses mammaires remplies d’un gel de silicone dangereux car non adapté à un usage médical ? 30 000 en France selon les autoritaires sanitaires, mais à l’étranger l’estimation est plus délicate. La société incriminée (Poly implants prothèses sise dans le Var) exportait 80% de sa production. Fuites de silicone, tumeurs cancéreuses, les soupçons ont fait place cette semaine au principe de précaution.
Lire la suite

Actu, Enquêtes, Maternité, Pédiatrie, Scandales

dsc_8454
Le NouvelObs de jeudi dernier a révélé un nouveau scandale sanitaire. La stérilisation illégale avec un gaz hautement toxique des biberons et tétines à usage unique mis à disposition par les maternités de France. « Pendant des décennies, des millions de tétines mises à disposition des mamans et de leurs nouveau-nés dans les hôpitaux français ont été stérilisées en infraction avec la réglementation en vigueur. Plus précisément : ces biberons jetables ont continué d’être désinfectés avec de l’oxyde d’éthylène, un gaz classé en 1994 comme cancérogène avéré par le Centre international de Recherche sur le Cancer. « Le Nouvel Observateur » a mené l’enquête. Ses conclusions sont sans équivoque ».

Sur les 800.000 enfants qui naissent quasiment tous (98%) dans les maternités, 400.000 ne sont pas nourris au sein. Mais exclusivement aux biberons jetables fournis par l’hôpital. « Combien de maternités concernées au total ? » « Combien de nouveau-nés empoisonnés » s’interrogent les enquêteurs. Ces révélations ont incité le ministre de la Santé Xavier Bertrand à réagir. Il avoue dans un communiqué avoir découvert le problème en lisant la presse… La priorité du ministre est que « les biberons, tétines et téterelles stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène soient retirés dans les délais les plus brefs ». Xavier Bertrand a demandé l’ouverture d’une enquête dont les conclusions devront être rendues avant la fin de l’année, le ministre a indiqué qu’il tirerait « toutes les conséquences en termes de responsabilités ». A lire cette semaine le Nouvel Obs et sur le web.

Voici le communiqué du ministre de la Santé Xavier Bertrand
Stérilisation des biberons, tétines et téterelles avec de l’oxyde d’éthylène (cancérogène)

Ce procédé de stérilisation n’est pas autorisé pour les matériaux au contact des denrées alimentaires car ce produit est considéré comme cancérogène pour l’Homme. Pourtant il semblerait que des biberons, tétines et téterelles stérilisés avec ce procédé soient utilisés dans les établissements de santé.

En lien avec le ministère des Finances, Xavier Bertrand diligente dès aujourd’hui une enquête conjointe de l’IGAS, avec l’appui de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), pour comprendre comment un tel dysfonctionnement a pu se produire :
De la part des entreprises qui commercialiseraient des produits en contact direct avec des denrées alimentaires, stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène.
De la part des établissements hospitaliers qui les auraient achetés.
Les conclusions de l’enquête devront être rendues au plus tard à la fin de l’année.
Il faut noter que, face à des produits cancérogènes, la dangerosité dépend généralement de la durée et la fréquence d’exposition.

Actu, Les médicaments, Scandales

Communiqué de presse du ministère de la Santé – Entrée en vigueur le 1er septembre du dispositif relatif à l’indemnisation des victimes du Mediator

Xavier Bertrand, Ministre du travail, de l’emploi et de la santé, a réuni cet après-midi les associations membres du Comité de suivi du Mediator, pour faire le point sur la mise en place du dispositif d’indemnisation des victimes du Mediator, à la veille de son entrée en vigueur.
Dès demain, les victimes pourront s’adresser à l’Office national d’Indemnisation des Accidents Médicaux, des Affections Iatrogènes et des Infections Nosocomiales (ONIAM) pour déposer une demande d’indemnisation au moyen d’un formulaire qui sera mis en ligne sur le site Internet de l’ONIAM. L’ONIAM réceptionnera les demandes et entamera immédiatement leur instruction. Le collège d’experts qui sera mis en place tiendra sa première réunion dans les toutes prochaines semaines.
Lire la suite

Diabétologie, Les médicaments, Scandales

Désormais c’est une certitude, il y aura un « avant » et un « après » Mediator. Pour mesurer les conséquences de ce phénomène, il suffit de consulter les alertes de l’Afssaps qui tombent quotidiennement sur les messageries des rédactions dont la nôtre à parlonssante.com ! Chaque jour ou presque des alertes, des recommandations. Aujourd’hui, c’est un nouvel appel à la prudence adressé aux médecins lors de prescription d’Actos® et de Competact® qui est émis. Autorisés dans le cadre d’une procédure européenne, ces médicaments à base de pioglitazone, font aujourd’hui l’objet d’un suivi renforcé. Un lien entre l’exposition prolongée à cette molécule et une augmentation du risque de cancer de la vessie pourrait remettre en question son rapport bénéfice/risque. L’agence invite les praticiens «… avant toute prescription de pioglitazone chez un patient diabétique, de considérer les facteurs de risque additionnels potentiels de cancer de la vessie tels que l’exposition au tabac, l’âge, le sexe masculin, les infections urinaires chroniques, ainsi que certaines expositions professionnelles à des produits chimiques. »

Lire la suite

Les médicaments, Scandales

Mediator, le scandale sanitaire va-t-il devenir un scandale judiciaire ?

Samedi 26 février, une femme, atteinte d’une importante insuffisante cardiaque, ayant pris du Mediator durant plusieurs années, a été victime d’un arrêt cardiaque après avoir subi une expertise judiciaire très éprouvante, dans le cadre d’une procédure intentée contre le laboratoire Servier. Elle est actuellement hospitalisée à Rennes dans un état grave.
Lire la suite « Mediator, le scandale sanitaire va-t-il devenir un scandale judiciaire ? »

Actu, Les médicaments, Scandales

En plein scandale du Mediator, le laboratoire Servier vient d’être condamné par la cour d’appel de Versailles à verser 145000 € à la famille de Nicole Goudman, une mère de famille marseillaise décédée le 31 octobre 1995, à l’âge de 47 ans, après avoir pris de l’Isoméride pendant environ trois mois, des années plus tôt. Selon, nos confrères du Parisien, l’expertise médicale judiciaire de cette femme, réalisée par un collège de deux experts, les professeurs Derenne (pneumologie) et Lagier (toxicologie) de la Pitié-Salpêtrière, avait établi un lien de causalité entre l’hypertension artérielle pulmonaire découverte chez Nicole en 1993 et la prise d’Isoméride, un coupe-faim commercialisé par Servier et pris par 7 millions de Français entre 1985 et 1997. Cette femme est décédée alors qu’elle attendait une transplantation cœur-poumon.

Lire la suite de l’article sur le site du Parisien

Diabétologie, Les médicaments, Nutrition, Scandales

Pourquoi le Mediator produit par le laboratoire français Servier n’a t-il pas été retiré de la vente en 2003 en même temps que nos voisins européens (Italie et Espagne) ? Pourquoi le Mediator n’a t-il pas été retiré de la liste des médicaments remboursés par la Sécurité sociale comme préconisé en 2006 ?
Pourquoi l’Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) n’a pas mené une enquête lorsque des médecins ont alerté sur des complications liées à la prise du Mediator ? Certains évoquent des intimidations. « L’exemple le plus flagrant remonte à 1999, cette année-là, le docteur Georges Chiche, à Marseille, déclare le cas d’un malade sous Mediator atteint d’une valvulopathie. Il n’aura jamais de retour hormis la visite d’un représentant du groupe Servier qui essaiera de le dissuader d’aller plus loin ».

Les diabétologues principaux prescripteurs de Mediator connaissaient les effets secondaires de la molécule, sa prescription répondait aux bénéfices-risques. Le scandale de Mediator c’est sa prescription en guise de coupe-faim (tout comme Isoméride) par des gynécologues, des généralistes, des nutritionnistes à des personnes ayant envie de perdre quelques kilos ! Des patients qui n’auraient jamais dû recevoir du Mediator. Il est là le vrai scandale de Mediator une prescription abusive, irresponsable ! La caisse primaire d’assurance maladie a déposé à plusieurs reprises des plaintes contre des médecins pour des mésusages. Beaucoup de questions se posent notamment sur la responsabilité des autorités sanitaires, des gouvernements et des prescripteurs car désormais on évoque des milliers de victimes potentielles… Le scandale de Mediator aura au moins permis de mettre en lumière les dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire français.

CC

A lire pour en savoir plus, l’excellente interview de notre consœur Marie-Pierre Subtil, grand reporter au « Monde »

Actu, Diabétologie, Les médicaments, Scandales

INFO LE FIGARO – Les procédures visent la «tromperie» et «la mise en danger de la vie d’autrui». Le parquet de Paris va conduire l’enquête.

« C’est un tournant judiciaire dans l’affaire du Mediator, médicament accusé d’avoir provoqué la mort d’au moins 500 personnes en France. Pour la première fois dans ce dossier, une plainte contre X a été déposée, jeudi dernier, par deux victimes auprès du parquet de Nanterre, le siège social des laboratoires Servier se trouvant dans les Hauts-de-Seine. Les plaignants, qui souffrent de graves atteintes des valves du cœur, fondent leur action sur la «tromperie aggravée sur la nature, la qualité substantielle et la composition du produit» et la «mise en danger de la vie d’autrui» ».

L’intégralité de l’article sur le site du Figaro.fr

A lire sur le même sujet
« Vous avez pris du Mediator ? Racontez nous : »
« Isoméride, Mediator : combien de victimes ? »