Les victimes du Distilbène, cette hormone de synthèse prescrite aux femmes enceintes entre 1950 et 1977 ont remporté une belle victoire sur les laboratoires ce jeudi. L’arrêt de la Cour de Cassation inverse la charge de preuve. A partir du moment où les jeunes femmes ont la preuve que leur mère a été exposée à la molécule (diéthylstilbestrol), c’est au laboratoire de démontrer que ce n’était pas son produit, mais celui du concurrent. Les victimes pourront poursuivre l’un ou l’autre des laboratoires qui le distribuaient à l’époque (Novartis ou UCB) et réclamer une indemnisation, à eux de prouver qui a vendu la boîte. Ce médicament devait prévenir les fausses couches et les naissances prématurées, sa nocivité a été clairement établie chez les enfants exposés in utero, en particulier chez les filles, atteintes pour certaines de cancers du vagin et du col de l’utérus. Au moins 160.000 enfants auraient été exposés au produit.

Les associations de victime n’ont pas caché leur satisfaction « C’est une victoire, clamait à nos confrères de l’AFP Claire Waquet. « C’est une réaction de joie. Cette décision ouvre enfin une possibilité aux jeunes femmes souffrant d’un cancer de se retourner contre les laboratoires. Elles étaient des dizaines à l’attendre. Ce sera désormais aux laboratoires d’apporter la preuve qu’ils ne sont pas responsables des maladies », s’est réjouie la présidente du réseau DES France, Anne Levadou. Les laboratoires interrogés par nos confrères de l’AFP ont affirmé qu’ils « assumeraient leurs responsabilités ».

La partie n’est encore complètement gagnée, celles que l’on appelle « les filles Distilbène » doivent prouver que leurs mamans ont pris ce médicament, mais près de 40 ans après la prescription elles sont souvent déboutées par les tribunaux car elle ne retrouve pas l’ordonnance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s