Avec 7,4 millions de boîtes prescrites par an, les Français représentent 95% de la consommation européenne de Di-Antalvic, un antidouleur. Pour autant notre pays est contraint d’appliquer la directive de l’agence européenne d’évaluation des médicaments (EMEA) et de retirer des officines le Di-Antalvic et ses génériques associant le dextropropoxyphène et le paracétamol. L’Emea argue un risque de surdosage mortelle supérieur au bénéfice escompté de l’antidouleur. L’Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) considérait jusqu’ici que le risque était faible 65 décès par an en France. Pour autant en vue de l’harmonisation de la pharmacologie européenne, elle est contrainte de retirer le Di-Antalvic de la vente. Pas de panique pour autant dans les officines.

Le dextropropoxyphène est un opiacé apparenté à la méthadone, le risque principal est celui de l’intoxication par surdose, volontaire ou accidentelle. En Suède 200 décès par an étaient dus à ces surdoses dans les années 90, dont la moitié par accident. La Grande-Bretagne en a recensé 300 à 400 par an (dont 80% de suicides). Selon à la Sciences-et-Avenir.com, le « problème du dextropropoxyphène par rapport aux autres opiacés comme la codéine et le tramadol est sa durée de vie. Il persiste plus longtemps dans l’organisme. La demi-vie du DXP est de 13 heures, celle de son métabolite actif dépasse même les 20 heures. Par comparaison, la demi-vie de la codéine est de 3 heures, celle du tramadol de 5 à 7 heures et celle du paracétamol de 1 à 3 heures. C’est pour cette raison que l’association du dextropropoxyphène et du paracétamol peut devenir dangereuse : tandis que le paracétamol est éliminé rapidement de l’organisme, le DXP demeure et s’accumule avec la prise de plusieurs cachets au cours de la journée. Cet effet est amplifié chez les personnes âgées ou qui souffrent d’insuffisance rénale. Or le Di-Antalvic est très prescrit chez les personnes de plus de 65 ans ».

Le risque d’intoxication est par ailleurs renforcé par la prise d’alcool ou d’autres médicaments en même temps que le Di-Antalvic.Les effets d’un surdosage de dextropropoxyphène sont comparables à ceux des autres morphiniques : confusion, insuffisance voire détresse respiratoire, troubles cardiaques, etc…

Sources Sciences-et-Avenir.com

Publicités

5 réflexions au sujet de «  »

  1. Je trouve complètement stupide de vouloir retirer ce médicament utilisé par 8 millions de français uniquement parce que certains l’utilisent pour tenter de se suicider ou ne respectent pas la prescription. Dans ce cas il faudrait retirer bien d’autres médicaments dangereux ou mortel lorsqu’ils sont surdosés et pourquoi pas dans le même esprit tous les produits d’entretien du jardin et de la maison mortels en cas d’ingestion que peuvent aussi utiliser les personnes déprimées. :pt1cable:
    A moins que les véritables motivations ne concernent pas la santé publique mais le déficit de la sécu…

    J'aime

  2. Ce médicament est vraiment très puissant. A la suite d’un accident de moto, j’étais contraint d’en prendre chaque jour et ça m’assommait littéralement.
    Le problème, je pense, c’est surtout pour les personnes qui sont contraintes de l’utiliser sur une période très longue. Comme de nombreux autres médicaments, le corps humain s’habitue au Di-antalvic. La dose prescrite par le médecin devient à la longue insuffisante pour calmer les douleurs (souvent insupportables). Le patient est donc tenté d’augmenter lui-même l’ingestion de médicaments et là le risque de complications est loin d’être négligeable.
    Maintenant, retirer le Di-Antalvic pkoi pas mais y a-t-il une alternative aussi efficace contre la douleur ?

    J'aime

  3. hello xaxou,
    cela fait longtemps que je n’avais pas eu ta visite sur parlonssante, ça fait très plaisir. Pour répondre à ta question, oui la morphine mais là c’est dans le cadre d’une hospitalisation… avec des effets secondaires plus ou moins gênants selon les doses, mais des vomissements quasi assurés…

    J'aime

  4. Salut Claire,
    Je visite plus souvent ton blog que ne le laisse penser le nombre de comm’ que j’écris ! Je m’intéresse bcp à la santé et la médecine et je me méfie bcp des médicaments et des vaccins. Les médecins ont tendance à délivrer bcp trop de médicaments à mon avis. J’ai bcp d’exemples précis mais ce n’est pas le sujet ici ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s