Un décret relatif aux fromages et spécialités fromagères est paru au Journal officiel du 29 avril. Ce texte précise, entre autres, les définitions permettant à un produit
d’être dénommé «fromage». Mais ce qui intéressera surtout le consommateur, c’est la nouvelle règle d’affichage du taux de matière grasse : elle permet enfin de connaître la quantité réelle de matière grasse contenue dans les fromages.
Jusqu’à présent, le taux de matière grasse indiqué sur les fromages n’informait pas vraiment le consommateur sur la quantité réelle contenue dans son fromage préféré.

En effet, la réglementation française, en vigueur depuis 1988, imposait que la teneur en matière grasse des fromages soit exprimée en pourcentage par rapport à la matière
sèche dudit fromage : soit le taux qui correspondrait à un fromage complètement déshydraté. À l’époque, ce choix d’étiquetage visait à faciliter les contrôles: en vieillissant un fromage a tendance à perdre de l’eau ; or, comme sa teneur en graisse est constante, ce pourcentage restait identique avec le temps. Mais le consommateur mange son morceau de fromage avec tout ce qu’il contient : les protéines, le calcium, les vitamines, les graisses et… l’eau. Et comme le pourcentage
d’eau – très variable selon le type de fromage (le fromage blanc est plus «mouillé» que le camembert) – n’est pas indiqué sur l’étiquette, il lui était quasiment impossible de
connaître la quantité de matière grasse  réellement contenue dans sa part de fromage.

Un nouvel étiquetage simplifie_
Pour que le consommateur sache réellement ce qu’il mange et que l’étiquetage soit harmonisé avec celui des autres produits alimentaires, le nouveau décret autorise l’ex-
pression de la teneur en graissepour100 g de produit fini.
Depuis plusieurs mois, certains fabricants de fromage ont anticipé la nouvelle réglementation et font figurer les deux taux de MG sur les étiquettes. Le fromage, quant à
lui, est toujours le même : sa composition et sa fabrication ne changent pas.

L’exception qui confirme la règle
Les fromages bénéficiant d’une AOC (appellation d’origine contrôlée) ou d’une IGP (indication géographique protégée) ne sont pas soumis à cette nouvelle règle d’étique-
tage du taux de MG. Quant aux fromages vendus à la coupe, le taux de MG doit figurer soit sur la croûte, soit sur une étiquette placée sur les fromages concernés. Certains qualificatifs sont également définis dans le nouveau décret: ainsi, un fromage peut être qualifié de «maigre» s’il contient moins de 10g de matière grasse pour 100g de produit sec.

Le fromage s’allège

La bonne surprise pour l’amateur de fromages sera donc de constater qu’il mange moins gras que ne le laissait supposer l’ancien étiquetage. Le nouveau décret va dans le sens d’une meilleure information des consommateur.

En pratique : quelques exemples de modification d’étiquetage
Ancien  Teneur moyenne Nouvel Fromages étiquetage* en eau* étiquetage** Fromage blanc 40% MG 83% 7% MG
Fromage blanc 20% MG 82% 4.5% MG
Camembert 45% MG 54% 22% MG
Coulommiers 45% MG 52% 25% MG
Cantal 45% MG 42% 30% MG
Morbier 45% MG 44% 28% MG
Saint Nectaire 45% MG 45% 28% MG
Comté 45%MG 36% 31% MG
Roquefort 52% MG 42.6% 32% MG
Fromage fondu à tartiner 45% MG 52,7% 23% MG

*Source : répertoire général des aliments, tome 2, produits laitiers, CIQUAL/AFSSA, 2002

** Teneurs moyennes calculées qui peuvent varier d’une marque de fromage à l’autre .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s