Voici une information intéressante concernant les amalgames dentaires contenant du mercure qui, selon un rapport remis à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), « ne présentent pas de danger pour la santé et les dentistes peuvent continuer à les utiliser pour combler les dents cariées ». Cette enquête faisait suite à plusieurs plaintes de patients qui estimaient « que le mercure présent dans leur bouche était la cause de diverses maladies », l’Afssaps a demandé à un groupe de travail d’actualiser les données sur la toxicité des amalgames dentaires. La précédente évaluation datait de 1998.

Voici un extrait d’un article publié ce jour dans Science et avenir :
« Après deux ans de travail, ce groupe de dentistes, de biologistes, de toxicologues ou d’allergologues, conclut que « les concentrations de mercure mesurées chez les personnes ayant des amalgames sont certes supérieures à ceux qui n’en ont pas mais demeurent très inférieures aux doses toxiques. Les quantités de mercure libérées par les amalgames et absorbées par l’organisme seraient de 3 à 4 μg/jour. Les concentrations ne sont pas plus fortes chez les personnes s’étant plaintes d’effets secondaires liées aux pansements dentaires. Aucun lien de causalité n’a pu être démontré entre certaines maladies (Alzheimer, sclérose en plaques, problèmes rénaux) et le mercure des amalgames, soulignent les experts ».

Ce groupe de travail a cependant mis en place un système de suivi auprès de 56 médecins et chirurgiens-dentistes afin d’avoir des informations plus précises sur d’éventuels problèmes liés aux amalgames dentaires. Les experts recommandent par ailleurs que la pose ou la dépose d’amalgames soient évitées chez les femmes enceintes ou allaitant, ces opérations favorisant la libération de mercure. Ils rappellent aussi que le fraisage et le lissage des amalgames doivent être pratiqués sous irrigation et aspiration afin de limiter la formation d’aérosols.

Le mercure est un métal lourd qui peut provoquer de graves intoxications. Sa bio-disponibilité –sa capacité à être assimilée par l’organisme- est très variable selon sa forme. Le mercure organique, présent dans les aliments, est absorbé à 90% par les voies digestives, contre 1% pour le mercure métallique présent dans les amalgames ».

Lire la suitesciences.nouvelobs.com

Publicités

Une réflexion au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s