La France est championne du monde du refus de don d’organe ! En effet, 30% des Français affirment être opposés à cette pratique médicale. La révision de la loi bioéthique en cours qui favorisera le don de donneur vivant devrait offrir de nouveaux espoirs. Autre point positif, les experts ont relevé en 2004 une progression de 16% de l’activité des greffes. Une avancée qui devra être accompagnée et surtout soutenue par une vraie volonté politique.

Olivier Coustère est un transplanté heureux. Ce père de famille d’une quarantaine d’années a subi deux greffes de rein. Aujourd’hui, c’est un dynamique ingénieur informaticien qui pratique diverses activités sportives, s’épanouit dans sa vie personnelle et s’investit dans le monde associatif. Mais Olivier revient de loin, de très, très loin. Sa mère raconte avec émotion le parcours de son fils. Elle parle avec des mots simples de la douleur d’une mère impuissante face à la maladie de son enfant. Son histoire est bouleversante.

Son frère lui donne un rein

Olivier, doté d’une force de caractère et d’une volonté exceptionnelles a réussi à surmonter de terribles obstacles. Il a connu l’enfer… Adolescent sportif, il a été confronté alors qu’il avait à peine dix-huit ans à la maladie invalidante qui le contraint à interrompre ses études. Un diagnostic mal posé et des complications médicales, ont bien failli lui coûter la vie. Ses parents ont tenu bon à ses côtés, passant de l’angoisse à la colère face à des médecins peu enclins à répondre à leurs interrogations. Après 14 mois de galère rythmés par des dialyses trois fois par semaine et des coups de fatigue, la nécessité d’une greffe de rein s’impose. Son frère, Frédéric, lui fera ce cadeau le jour de ses 20 ans. «Au lendemain de l’opération, Olivier était en pleine forme. C’est Frédéric qui a eu des difficultés à s’en remettre» raconte émue sa maman. «Quinze jours après l’intervention, Olivier reprenait le tennis…

Une vraie résurrection. Il a repris ses études et décroché son diplôme d’ingénieur informaticien». En 1986, Olivier participe aux jeux internationaux des transplantés. Il est ébloui par la qualité des performances et la volonté des athlètes. En 1989, il décide la création de l’association Trans-Forme pour sensibiliser aux dons et promouvoir la réussite des greffes. «Ce n’est pas simple de lutter contre les idées reçues, raconte Monique. Les transplantés sont des personnes comme les autres, ni plus faibles, ni plus fortes. Elles travaillent, font du sport, vivent tout simplement. Je veux lutter contre les préjugés ! Etre greffé, c’est ressusciter !».

30% de Français s’opposent aux dons

En 2004, plus de 7 000 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organe, seulement 3 945 ont pu être greffées. Le nombre de patients en attente à fin 2004 était de 6 707. 5 593 personnes sont en attente d’une greffe de rein ; elles sont, et de loin, les plus nombreuses. Si tous les indicateurs montrent une augmentation du nombre de dons (+16% en 2004), les Français restent les champions du monde, toutes catégories, du refus de don avec 30% (20% en Espagne). Il faut informer le grand public sur la nécessité du don d’organe, sur la réussite de la greffe et la qualité de vie retrouvée avec une greffe. Le don d’organe sauve des vies, c’est une réalité scientifique. Ne laissez pas vos proches décider à votre place, prenez dès maintenant votre carte de donneur.

C.C.

Publicités

5 réflexions au sujet de «  »

  1. Bonjour,
    La Fondation Greffe de Vie, reconnue d’utilité publique (décret publié au JO du 25/11/2005), poursuit plusieurs objectifs : promouvoir le don d’organes, dynamiser les activités de prélèvement et de transplantation, améliorer la vie des malades, soutenir la recherche.

    Nous recherchons des témoins, des ambassadeurs et des portes paroles…
    Vous, ou un de vos proches, êtes greffés ou en attente d’une greffe
    d’organes ? Vous avez donné (ou vous allez donner) un organe de votre
    vivant ?
    Vous voulez vous engager pour la cause du don d’organes et de la greffe
    et contribuer à ce que le grand public soit sensibilisé à ses enjeux ?

    Contactez nous au 0148074427 ou à l’adresse : contact@greffedevie.fr

    http://www.greffedevie.fr

    J'aime

  2. Bonjour, je suis d’accord ac Martine quand elle dit que le dons d’organe n’est pas très répandu en France par manque d’information. Moi, avant de faire un exposé sur ce sujet, j’ignorais le geste magnifique qu’on fait en donnant un organe, et je pense que je n’aurais pas été d’accord de donner à ma mort mes organes. Maintenant, je suis tout à fait d’accord, et je trouve que c’est le plus beau cadeau qu’on peut faire en mourrant. Je suis sûure que si vs sensibiliser + de gens, il y aura bcp + de volontaires.

    J'aime

  3. Jaimerai faire le don de mes organes mais je ne sais pas ou me faire inscrire afin que ma demande soit prise en charge définitivement?Merci de me le faire savoir .

    J'aime

  4. Chère Nadine,

    Pour affirmer votre accord aux prélèvements d’organe après votre décès, il suffit de porter sur vous une carte qui le stipule formellement (l’inverse est également possible, vous pouvez refuser que l’on prélève vos organes). Pour faire la demande de cette carte de don, adressez vous à l’association France Adot. cliquez sur ce lien :
    http://www.france-adot.org/demande-carte-donneur.php

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s