Nutrition

Canicule : que boire pour bien s’hydrater ?

D’entrée, vous me direz de l’eau ! Oui mais… La quantité d’eau absorbée est importante (1,5 litre par jour), mais elle doit être modérée. Ne dépassez jamais les 5 litres d’eau par jour, cela serait dangereux car favoriserait une hyponatrémie (carence en sel) source d’œdème cérébral. Dès 2 litres d’eau, soyez vigilant car vous pouvez développer une hyperhidrose, vous allez transpirer davantage car votre corps voudra évacuer cet excès d’eau. La modération est encore ici, la meilleure conseillère.

Une étude écossaise a révélé l’intérêt de boire du lait écrémé pour une hydratation optimale. En cas de fortes chaleurs, n’hésitez pas à vous servir un grand verre, le lait écrémé (emballage et bouchon vert), source naturelle de calcium, pauvre en graisse, il vous confèrera une hydratation optimale grâce au sodium qui retient l’eau dans l’organisme. Hydratez-vous également en mangeant des fruits et légumes d’été gorgés d’eau (melon, raisin, fraise, tomate, courgette…).

Evitez les sodas et l’alcool qui n’étanchent pas la soif, ne procurent aucune hydratation et peuvent au contraire avoir des effets diurétiques importants.

Acouphène

La sophrologie pour faire « taire » les acouphènes

Bourdonnements, sifflements, tintements, battements… L’acouphène est un symptôme complexe qui touche près de 17 millions de personnes de tous âges en France, dont près de 4 millions de façon permanente. Simple gêne pour les uns, véritable souffrance pour les autres, ce trouble peut toucher une oreille, les deux, être persistant ou intermittent.

Si l’on pense d’entrée à un choc dans l’oreille ou à un abus de décibels comme éléments déclencheurs, une maladie, un dysfonctionnement de l’oreille interne, des médicaments, des traitements (notamment la radiothérapie), mais aussi le stress, l’anxiété peuvent en être la cause. Souvent considéré comme une maladie, l’acouphène n’est en fait qu’un symptôme. Les traitements de ces « bruits » non-générés par l’extérieur sont aussi multiples que leurs causes et leurs caractéristiques d’un individu à l’autre. Un bilan ORL est un préalable indispensable dès leur survenue.

Lire la suite « La sophrologie pour faire « taire » les acouphènes »