Après la virulente épidémie de Zika, la Polynésie française redoute désormais le chikungunya, la lutte contre le vecteur de ces pathologies infectieuses, le moustique est toujours d’actualité même si l’hiver austral, une saison censée être plus sèche, devrait ralentir la propagation des virus. En Polynésie française, la dengue sévit toujours avec des pics réguliers. Le redoutable virus du chikungunya qui a fait, en 2006 des victimes à La Réunion (40% de la population avait été contaminées), est présent depuis plusieurs mois chez nos cousins de Nouvelle-Calédonie. La période des vacances scolaires propices aux échanges et voyages font craindre une explosion de cas.
12-moustic1
Il y a quinze jours le dépistage d’un cas à Arue, dans le sang d’une femme de retour des Antilles avait donné l’alerte. Des mesures d’isolement avait été mises en place et, selon les autorités locales, elles auraient été efficaces puisqu’en date du 18 juin « Pas de cas secondaires de chikungunya détectés » annonce un communiqué de la présidence de Polynésie française avant d’ajouter que « La Direction de la Santé invite les personnes résidant (ou ayant séjourné) dans les zones concernées par les pulvérisations d’insecticides des 30 mai, 2 et 6 juin (Arue : quartier Leaa, Pirae : quartiers Fautaua et Nahoata, Mahina : Dispensaire) à consulter un médecin en cas de fièvre élevée supérieure à 38,5°C d’apparition brutale et de douleurs articulaires. Cette recommandation s’applique également aux voyageurs en provenance de zones actuellement touchées par la maladie  (Caraïbes, Antilles françaises, Nouvelle-Calédonie, Tonga, Yap, Asie, Afrique ou Océan Indien) qui présenteraient ces signes dans les 2 semaines suivant leur arrivée.

En Guadeloupe la situation est très inquiétante avec plus de 6600 nouveaux cas en huit jours. En janvier, l’île touristique de St Martin avait connu son premier décès à cause du virus du chikungunya. La semaine dernière plusieurs responsables guadeloupéens dont le préfet ont appelé la population à se mobiliser contre les moustiques, vecteurs du chikungunya qui s’est renforcé sur l’île, lors d’une conférence de presse à Pointe-à-Pitre. La lutte contre les gîtes à moustiques et l’usage de répulsifs, de moustiquaires est donc toujours d’actualité pour faire barrage à la propagation des pathologies véhiculées par les moustiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s