restaurant_druckpunktc2a9imprimeriebasel_
Lorsque l’on est diabétique, manger au restaurant n’est pas toujours facile. Les plats proposés sont alléchants, les portions copieuses et il est rare que les menus proposés soient bien équilibrés. Cependant, concilier recommandations nutritionnelles et restauration est parfois possible…
brochettesc2a9lam-nguyenpreview

A condition de suivre quelques conseils simples pour limiter les dégâts, surtout si votre travail vous oblige à déjeuner quotidiennement hors de votre domicile (comme un adulte sur quatre).

Manger au restaurant une fois de temps en temps ne pose pas de problèmes particuliers. Il suffit de compenser cette sortie par un ou plusieurs repas plus légers à la maison. Profiter d’un moment festif et convivial fait partie des plaisirs de la vie et c’est parfaitement compatible avec une maladie chronique.

En revanche, si le restaurant fait partie du quotidien et que ces repas sont incontournables d’un point de vue professionnel, il faudra être plus attentif. Quel que soit le mode de restauration choisi, des règles simples vous permettront de composer des menus diététiquement « corrects » et gourmands.

Adopter de bons réflexes au restaurant, c’est : esquiver les apéritifs alcoolisés et/ou trop gras tels que cacahuètes ou chips, opter pour des formules simples de type « plat + dessert » ou « entrée + plat » ou ne pas hésiter à partager un plat avec son voisin si le restaurant est réputé pour ses portions généreuses. Boire en priorité de l’eau à table, au besoin demander un deuxième verre pour goûter au vin. Manger lentement, en profiter pour déguster et discuter avec ses voisins de table. Ne pas tomber dans le piège de la corbeille à pain, que ce soit pour attendre les plats ou pour saucer à la fin… Retourner régulièrement au même endroit pour se familiariser avec le personnel et le sensibiliser à vos besoins (sans sucre ajouté, sauce à part, etc…

Se méfier des restaurants « bon marché » où bien souvent les plats sont trop riches en graisses afin de masquer une qualité organoleptique moyenne. Apprendre à décrypter les menus : frit, mariné, pané, sauté, crémeux, feuilleté… sont des termes qui sous-entendent une grande quantité de graisse. Ne pas hésiter à demander au serveur de quoi est composé le plat précisément, puis choisir en conséquence.

Restaurant italien, indien, chinois, mexicain, brasserie, bistrot ou le traditionnel « fast food », l’offre commerciale est si vaste qu’il serait dommage de s’en priver. Il est surtout important de bien choisir dans chacun d’entre eux les plats les plus appropriés en termes : d’apports nutritionnels, de coût et de saveur.

D’après l’article de Fabien Galtier, diététicien, centre hospitalier F.H. Manhès, Fleury-Mérogis : Tenir le cap au restaurant (Nutritions et Endocrinologie, janvier-février 2010, vol.8, n°44)

Crédits photo : ©David Johnson
©dp
©Lam Nguyen
©Imprimerie Basel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s