Le Syndicat national des professionnels infirmiers vient de publier sur son site les résultats d’un sondage mené auprès de ses adhérents à propos de la vaccination H1N1. Le site a enregistré 2.074 réponses : 63% refuseront la vaccination, 26% l’accepteront. La polémique bat son plein ! «Nous estimons nécessaire de se faire vacciner contre la grippe saisonnière, car cela permet de réaliser rapidement un diagnostic différentiel : une personne vaccinée qui présente un syndrome grippal aurait a priori une grippe H1N1, et pourrait être mise rapidement sous Tamiflu », indiquent les membres du Syndicat.

« Mais le vaccin H1N1 est particulier (fabriqué rapidement dans un cadre réglementaire dérogatoire, avec présence discutable d’un adjuvant), et injecter 94 millions de doses d’un produit sur lequel nous n’avons aucun recul peut poser un problème de santé publique. Nous estimons qu’il est de notre devoir d’infirmières d’informer correctement la population, pour que chacun prenne sa décision en toute connaissance de cause, par un consentement libre et éclairé, en fonction de son état de santé personnel, de son environnement familial et de son lieu de travail » précise Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC.

« Nous adressé une newsletter à 12.607 infirmières le 1er septembre, en leur demandant si : vous souhaitez vous faire vacciner par le vaccin H1N1, vous pensez refuser, vous n’avez pas encore pris votre décision. En huit jours, nous avons enregistré 2.074 réponses : 63 % refusent la vaccination H1N1 ; 26 % vont se faire vacciner ; 11 % n’ont pas encore pris leur décision. Attention : ce n’est pas un sondage professionnel représentatif de la population avec méthode des quotas. Nous ne prétendons pas que cela préjuge de l’opinion de l’ensemble des infirmières ».

« Ensuite cette semaine a été particulière : lundi le SNPI CFE-CGC a communiqué sur ses réserves concernant une vaccination H1N1 de masse ; mardi le Comité Technique des Vaccinations a indiqué qu’il fallait un vaccin sans adjuvant pour les nourrissons, les femmes enceintes, et les patients souffrant de pathologies auto-immunes ; mercredi Roselyne Bachelot a indiqué qu’elle allait commander des vaccins sans adjuvant pour ces personnes. Les enfants de moins de 6 mois ne seront pas vaccinés ; jeudi le SNPI CFE-CGC a participé à une réunion avec le Cabinet de la Ministre sur la grippe H1N1. « Donc un contexte où ce vaccin avec adjuvant pose problème (il n’est d’ailleurs pas autorisé aux USA : les américains vont tous bénéficier d’un vaccin sans adjuvant). Par ailleurs, selon le Ministère en 2008, seulement 29 % des infirmières se sont fait vacciner contre la grippe saisonnière ».

Deux sondages du Journal International de Médecine JIM :

Un sondage mis en ligne sur le Jim le 17 août 2009 a recueilli 682 votes de médecins en moins de trois semaines. A la question, « Seriez-vous favorable, comme aux Etats-Unis, à une vaccination systématique contre la grippe A (H1N1) de tous les sujets de 6 mois à 24 ans ? » :
61 % ont répondu par la négative,
35 % se sont déclarés favorables à cette mesure
4 % ne se prononcent pas.

Source : L’article « Exclusif : forte opposition des professionnels de santé à une vaccination systématique contre la grippe A (H1/N1) des enfants et des jeunes adultes » du site http://www.jim.fr/en_direct/pro_soc…

Dans un précédent sondage sur le Jim mis en ligne le 23 juillet :
60 % des professionnels de santé étaient prêts à se faire vacciner dès l’AMM du vaccin ; 33 % ne l’envisageaient pas ; 7 % sans opinion.

Rejet du vaccin H1N1 dans d’autres pays
Selon un sondage du magazine Nursing Times, réalisé auprès des infirmières anglaises du secteur public de santé NHS (National Health Service) seulement 37% d’entre elles ont dit qu’elles se feraient vacciner contre la grippe porcine ; 30% ont dit qu’elles ne se feraient pas vacciner et 33 % ont dit qu’elles n’étaient pas sûres.

« On retrouve aussi de fortes réticences à Hong Kong, où des chercheurs de l’Université de Hong Kong ont fait une étude sur un échantillon de 2.255 médecins et infirmières des hôpitaux publics : seulement 48% accepteraient de se faire vacciner, si le vaccin est fabriqué à partir d’une souche d’origine porcine. La proportion tombe même à 35% avec une souche d’origine aviaire » indiquent le site du Syndicat.

Pour en savoir plus http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccin-H1N1-Resultats-de-la.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s