Enquête Saturn-Inf 2008-2009

Enquête nationale de prévalence du saturnisme et de séroprévalence de maladies infectieuses chez les enfants de 6 mois à 6 ans

Une nouvelle enquête nationale de prévalence du saturnisme chez l’enfant est donc lancée par l’InVS (Institut national de veille sanitaire) en 2008, après une phase pilote qui s’est déroulée à l’automne 2007 ; l’enquête concernera la tranche d’âge de 6 mois à 6 ans.  3 800 enfants dans la France entière participeront à cette grande enquête. Les résultats permettront d’améliorer la prévention et le dépistage du saturnisme infantile, d’adapter les recommandations vaccinales et d’orienter les mesures de prévention vis-à-vis d’infections comme la toxoplasmose ou les infections à herpès virus pour lesquelles il n’existe pas de vaccin. Un appel est lancé aux familles qui souhaitent participer.

Lire la suite

Publicités

Le jeune enfant est particulièrement exposé au plomb du fait qu’il explore son environnement en mettant fréquemment ses mains à la bouche. Il peut ainsi ingérer des quantités significatives de poussières, d’écailles de peinture ou de terre contenant du plomb. La source principale d’intoxication par le plomb est constituée par les peintures des bâtiments anciens (antérieurs à 1949), qui étaient souvent à base de céruse. Même si elles sont souvent recouvertes par des peintures plus récentes ou par des papiers peints, elles peuvent être dégradées à cause de l’humidité, à la suite d’un choc, par grattage ou à l’occasion de travaux : les écailles et les poussières ainsi libérées constituent alors une source d’intoxication.
Lire la suite

Si votre logement est antérieur à 1949 : surveillez l’état des peintures et effectuez les menues réparations qui s’imposent sans attendre une dégradation des peintures ; luttez contre l’humidité, qui favorise la dégradation des peintures ; évitez le risque d’accumulation des poussières : ne posez pas de moquette dans les pièces où l’enfant joue, nettoyez souvent le sol et les rebords de fenêtres avec une serpillère humide ; veillez à ce que votre enfant n’ait pas accès à des peintures dégradées, et lavez fréquemment ses mains et ses jouets.
Lire la suite

Le ministre du Travail a exclu vendredi que le gouvernement revienne sur la prise en charge à 100% par la Sécurité sociale des affections de longue durée. « La vocation d’un système de santé est bien évidemment d’être aux côtés des plus malades », a affirmé Xavier Bertrand qui était l’invité d’Europe 1. Cette proposition de réforme, incluse dans un plan d’économies pour la Sécurité sociale proposée par le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie, avait provoqué de très vives réactions en début de semaine. Peu après la déclaration de Xavier Bertrand, l’Assurance maladie a dit avoir retiré de ses propositions toutes les réformes concernant les affections de longue durée.