A la veille de la « Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme » du 2 avril, l’association « Léa pour Samy » monte une nouvelle fois au créneau pour obtenir des engagements du gouvernement. « L’attente est longue pour voir arriver le printemps et avec lui le nouveau plan autisme » déclare ainsi M’Hammed Sajidi, association Léa pour Samy. « La France, bonne dernière de la classe, se trouve encore parmi les derniers pays à ne pas reconnaître la méthode A.B.A (Analyse Appliquée du Comportement en V.F.). Qu’à cela ne tienne, les associations de parents d’enfants autistes ont appliqué le dicton : on n’est jamais mieux servis que par soi-même »

Petit historique rapide de l’A.B.A en France…

Les premiers à avoir ouvert la marche il y a plus de 5 ans, était l’association de parents A.S.A.P « Les petites victoires », en créant une école ABA qui s’est finalement transformée en I.M.E appliquant la méthode ABA. « FuturoSchool » a ensuite vu le jour en 2005. Cette unité d’évaluation, d’intervention en autisme et de guidance parentale a été mise en place par Léa pour Samy. A ce jour, le réseau « FuturoSchool » regroupe une unité pilote à Paris, fonctionnant de façon novatrice par rapport aux écoles ABA classiques, et 17 projets en cours dans toute la France dont 5 en pré-fonctionnement. Le plan de développement de ce réseau à l’échelle nationale, représentant à ce jour 200 enfants, a été proposé au Secrétariat d’Etat.
Le Centre Camus dans le Nord, « les Amis de Pénélope » à Paris ont pris le relais pour ouvrir de nouvelles structures toujours basées sur la méthode ABA , la dernière en date étant l’école ABA ouverte dans le 19ème arrondissement de Paris. Bien d’autres fleurissent dans tous les départements.

Malgré les bonnes volontés de toutes ces associations, elles continuent à se heurter à une difficulté  économique majeure et ne peuvent pas encore se considérer comme des écoles appliquant l’ABA à 100 %, faute de moyens, faute de professionnels formés, faute de supervisions et d’évaluations totalement absentes en France. L’ensemble des structures mises en place n’interviennent qu’à hauteur de 25 à 40 % dans le meilleur des cas, car les moyens manquent pour une intervention complète et efficace. Comme toutes les associations de parents, Léa pour Samy est impatiente de voir comment le gouvernement prendra exemple sur ces expériences pour enfin faire des propositions concrètes en matière d’autisme.

Mme Létard avait annoncé vouloir « améliorer le dépistage, donner accès à la scolarisation la plus adaptée et former les auxiliaires de vie à l’autisme… « .

« Espérons que le gouvernement ne conservera pas ses œillères et tirera profit des différents exemples d’unités, écoles et structures ABA mises en place par les associations », note le président de l’association Léa pour Samy qui souhaite « vivement que la sortie du plan autisme, si elle coïncide avec la première  Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme du 2 avril, ne soit pas un poisson d’avril de mauvais goût pour les familles ».

Contact : M’Hammed SAJIDI, Association LEA POUR SAMY – La Voix de l’Enfant Autiste, Action Internationale Contre l’Autisme
51 rue Léon Frot, 75011 Paris. Tél. : 01.47.00.47.83 – 06.09.85.70.22 http://www.leapoursamy.com
leapoursamy@wanadoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s