Source : Article d’ANNE JOUAN du Figaro du 07/02/2007

A peine dix jours après l’interdiction de fumer dans les lieux publics, le Champix, nouveau médicament anti-tabac des laboratoires Pfizer, sera commercialisé lundi 12 février en France métropolitaine. Il s’agit d’un comprimé contenant un principe actif appelé varénicline dont la particularité est de limiter l’envie de fumer. Commercialisé aux Etats-Unis depuis six mois, le Champix est déjà disponible en Belgique et en Andorre.

Dans un pays qui compte environ 13 millions de fumeurs, l’arrivée de ce nouveau médicament est très attendue. Le succès commercial de ce médicament est d’autant plus attendu que les études menées sont prometteuses : 44 % des fumeurs traités par le Champix pendant 12 semaines, ont stoppé leur tabagisme, contre 18 % avec le placebo et 29 % avec le Zyban, jusqu’à présent seul médicament existant (laboratoires GlaxoSmithKline). Ce qui fait dire au professeur de médecine Gilbert Lagrue interrogé par le Figaro que « le Champix est deux fois plus efficace que le Zyban ». Trois mois après l’interdiction de fumer dans les lieux publics, les ventes de substituts nicotiniques avaient augmenté de 53 % en Irlande et de 72 % en Espagne. Nicorette est actuellement la première marque en chiffre d’affaires pour le portefeuille grand public de Pfizer. Elle compte 5 points de parts de marché de plus que son premier concurrent direct, Nicopatch, de Pierre Fabre. Depuis le 1er février, l’assurance-maladie rembourse les traitements de substitution nicotinique « pour un montant maximum de 50 euros par an et par bénéficiaire ». Ce qui, selon l’organisme, « correspond environ au premier mois de traitement ». Jusqu’à présent, seuls les substituts nicotiniques sous forme de patchs, de gommes, de pastilles ou d’inhalateurs étaient concernés. Selon Louis Couillard, le Champix ferait également partie de la liste. « C’est intéressant pour nous, parce que la diffusion du produit est plus large s’il est remboursé », explique-t-il au Figaro. Les ventes pourraient ainsi être multipliées par deux ou trois. « Avec le remboursement, beaucoup plus de gens vont chercher à se le procurer, confirme Gérard Dubois, professeur de médecine. Même si les prix sont fixés, à la différence des médicaments non remboursés. » Avant son éventuel remboursement, le prix de vente en pharmacie sera libre. Toutefois, le prix du traitement (minimum 12 semaines) sera devrait être facturé autour de 300 euros, voire moins s’il est remboursé. De toute façon cela restera moins « élevé qu’un paquet de cigarettes par jour », affirme le PDG de Pfizer.

Publicités

2 réflexions au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s