Le H5N1 aurait un point faible

Le virus H5N1 de la grippe aviaire aurait un talon d’Achille que pourraient prendre pour cible de nouveaux médicaments plus efficaces, selon une étude publiée mercredi sur Internet par la revue britannique Nature.
Même si l’oseltamivir (nom commercial Tamiflu) et le zanamivir (Relenza), déjà stockés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et plusieurs gouvernements en prévision d’une hypothétique pandémie humaine, ont montré une certaine efficacité contre ce virus, il serait possible de faire mieux, estiment les chercheurs.

Certains virus H5N1 étant résistants aux médicaments actuels, les chercheurs espèrent avoir ainsi de «nouvelles occasions» de mettre au point des antiviraux efficaces.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s