Guy Launoy et son équipe Inserm «Cancers et Populations» (à Caen) démontrent l’efficacité d’un nouveau test de dépistage du sang dans les selles. Cette méthode, qui permet l’analyse quantitative des résultats, se montre plus sensible que les tests actuels reposant sur une lecture visuelle des résultats. Appliquée à grande échelle, elle pourrait faire baisser de façon très significative l’incidence de ce cancer qui touche chaque année 36.000 personnes en France, et en tue près de la moitié. Le détail de ces résultats est publié dans l’International Journal of Cancer, édition avancée en ligne du 07 février.

Source Pôle Inserm

Publicités