Au soleil, sortez couvert

« Soleil, soleil, j’irai ou tu iras… » Oui, mais avec chapeau, lunettes, tee-shirt, crème et surtout pas n’importe quand ! Le soleil bienfaiteur, qui réchauffe les âmes et dore les peaux, est aussi malfaisant. Les excès d’exposition, les coups de soleil à répétition favorisent l’apparition de cancers. En cette période de vacances, le docteur Philippe Gerhardt, dermatologue, expose les risques et conséquences d’une surexposition.

Températures caniculaires, ensoleillement optimal, l’été est bien là. Chaises longues et crèmes solaires sont de sortie… et le moral est au beau fixe. Docteur Gerhardt, est-ce bien au soleil que l’on doit cette sensation de bien-être ?

Docteur Gerhardt : « C’est vrai. Sa chaleur et sa luminosité sont bonnes pour le moral et pour la fixation de la vitamine D sur les os (lutte contre le rachitisme et l’ostéoporose). Le soleil n’est pas seulement qu’un ennemi redoutable. Les personnes atteintes de psoriasis et d’acné voient leurs maux s’améliorer grâce à lui. Mais, pour s’en faire un ami, encore faut-il se méfier et suivre quelques conseils».

Quelle est la conduite à tenir ?

D. G. : « Déjà, évitez le créneau 11h-16h. Ceci est valable pour tout le monde. Et encore plus pour les enfants. Avant dix ans, ils doivent impérativement porter un tee-shirt. Il faut aussi connaître son type de peau. Car, face au soleil, nous ne sommes pas égaux. Les peaux claires sont plus fragiles que les peaux mates, mais tout le monde doit se protéger car nous disposons d’un capital soleil qui diminue au fur et à mesure des expositions».

Comme pour le tabac ou les rayons X, les effets du soleil sont-ils cumulatifs ?

D. G. : « Oui. L’exposition aux rayons du soleil, et notamment aux UV (ultraviolets), peut entraîner des altérations de la peau présentant différents niveaux de gravité. Les coups de soleil et les insolations sont les effets immédiats. S’exposer au soleil n’est pas une démarche anodine. Outre les crèmes solaires aux indices plus ou moins forts selon la sensibilité des peaux, il faut prendre garde aux traitements médicaux en cours pour éviter le phénomène de photosensibilisation. C’est la même chose avec les parfums et certains cosmétiques, qu’il faut bannir avant de s’exposer».

Est-ce que tous les coups de soleil sont dangereux ?

D. G. : « Non. Bien sûr. Ils surviennent en cas d’exposition excessive et s’ils sont superficiels, ils ont peu de conséquences. En revanche, des coups de soleil répétés dans l’enfance peuvent entraîner des cancers de la peau à l’âge adulte. Il est important de savoir que le risque de cancer de la peau n’est pas seulement lié aux coups de soleil, mais aussi à l’effet cumulatif des expositions aux rayonnements solaires. L’excès d’exposition peut entraîner l’apparition d’un mélanome, le plus sérieux des cancers de la peau. S’il n’est pas dépisté à temps, il peut métastaser et amener au cancer généralisé ».

Qu’est-ce qu’un mélanome ?

D. G. : « C’est un cancer sur grain de beauté. En fait, on distingue plusieurs types de grains de beauté. Il y a les gentils, les méchants et les indécis. Là encore, pas d’égalité d’un individu à l’autre.

Le risque est augmenté si :
· on a la peau, les cheveux et les yeux clairs ou/et une forte présence de taches de rousseur.
· des antécédents de mélanome personnel ou familial, des coups de soleil sévères.
· des grains de beauté en grand nombre, de forme, taille et couleur très variées.
· des expositions répétées UVA (en cabine).

L’autodétection est nécessaire pour dépister tout changement par rapport aux autres grains de beauté. En dermatologie, on appelle cela l’ABCDE du mélanome :

1. la forme : A, pour asymétrie,
2. le dessin : B pour des bords irréguliers,
3. la couleur : C + clair ou + foncé,
4. la taille : D pour diamètre,
5. l’évolution : E une évolution différente.

En cas de doute, il faut consulter ».

L’exposition solaire induit-elle d’autres affections ?

D.G. : « Elle accélère le vieillissement de la peau et favorise l’apparition des rides. Au niveau des cancers cutanés, on note également l’apparition de carcinome spinocellulaire. Cette tumeur est assez répandue, mais heureusement beaucoup moins grave que le mélanome. Le retrait du grain de beauté malade suffit. La lucite estivale bénigne est aussi assez courante. C’est une éruption solaire accompagnée de rougeurs et de démangeaisons. Elle est gênante, mais bénigne. Avec l’âge, apparaissent des taches pigmentaires appelées lentigos, là encore c’est une gêne esthétique qui témoigne d’une surexposition antérieure, elle peut toutefois accroître les risques de cancers cutanés ».

L’énoncé de ces risques n’est pas très rassurant…

D. G. : « Tout est question d’équilibre et de bon sens. Le soleil est bon pour la santé physique et mentale. Mais les excès sont mauvais pour la peau et les yeux. Il faut éviter les surexpositions et se protéger… Et puis, n’oublions pas que le bronzage est un phénomène de mode*. Il n’y a pas si longtemps que cela, on s’en cachait pour conserver un teint pâle. La mode ne doit pas mettre notre santé en danger ».

Propos recueillis par Claire Chunlaud

Publicités