Bien-être et prévention : le thermalisme d’Auvergne se refait une santé

Thermalisme Auvergne 2Initialement programmées dans un cadre thérapeutique, les cures thermales se refont une santé dans le bien-être et la prévention santé en offrant des activités complémentaires et adaptées à une cliente plus jeune. L’objectif est de rajeunir et de diversifier la clientèle en changeant l’image un peu vieillotte qui colle à ces établissements créés initialement pour des traitements de fond de douleurs articulaires, de difficultés respiratoires, de soins médicaux aux protocoles souvent lourds… Parallèlement elles proposent en après-midi des activités spécifiques pour les curistes qui interviennent en complément des soins thermaux traditionnels pratiqués généralement le matin. Ce qui permet aussi de maintenir une activité tout au long de la journée et de conserver cette clientèle sur place.

Il s’agit de parcours éducatifs individuels « pour une prise en charge globale et personnalisée de prévention santé avec des parcours alliant « santé, bien-être, épanouissement », incluant un ensemble de prestations (soins, loisirs, alimentation santé, activité physique…).  Spécifiques à une pathologie précise, ces programmes comprennent des activités variées visant à renforcer les soins de la cure et surtout, à profiter des trois semaines du temps de la cure, pour réaliser une véritable Education Thérapeutique du Patient (ETP) », promettent les stations thermales d’Auvergne qui organisent actuellement et jusqu’en juin le « printemps du thermalisme » avec ateliers et conférences -voir le programme ici.
Ainsi les Thermes de Vichy, spécialisés dans la prise en charge des troubles métaboliques et du surpoids, ont développé le programme complémentaire ETP Thermaligne, destiné à apprendre aux curistes à pratiquer régulièrement une activité physique et à améliorer leurs habitudes alimentaires sur le long terme. Pour ce faire, le programme ETP Thermaligne propose un parcours éducatif personnalisé à chaque curiste comprenant des rencontres individuelles avec des professionnels de santé, des ateliers sur l’alimentation, l’activité physique et la santé, ainsi que la remise effective à une activité physique adaptée.

Thermalisme Auvergne 1
Les Thermes de Bourbon-Lancy ont mis en place un programme d’Education thérapeutique du patient appelé ETP Fibr’Eaux, un programme validé par l’Agence régionale de santé (ARS) pour le traitement de la fibromyalgie. Ainsi, depuis près de cinq ans, proposent à leurs curistes souffrant de fibromyalgie, – une pathologie chronique se traduisant notamment par des douleurs diffuses associées à une fatigue extrême, de l’anxiété et des troubles du sommeil -, le programme ETP Fibr’Eaux. Développé avec l’aide des associations de patients Fibromyalgie SOS et Fibromyalgie France et validé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), ce programme d’éducation thérapeutique comprend notamment un suivi personnalisé ainsi que des ateliers animés par l’équipe pluridisciplinaire des thermes de Bourbon-Lancy (sophrologue, éducateurs spécialisés…) visant à rendre le patient autonome vis-à-vis de son affection. Au programme de ces ateliers : Comprendre sa maladie, Gérer la douleur et le stress, Se soigner au quotidien, Bien dormir, Vivre avec sa maladie…
Les stations thermales renforcent parallèlement leur offre en soins esthétiques et de bien-être (sophrologie, Qi Gong, méditation, relaxation…) pour lutter contre l’insomnie, le stress et même le vieillissement avec des cures spécifiques à Evaux-les-Bains et à Bourbon-Lancy….
Renseignements sur Auvergne-thermale.com

Publicités

Rompre le tabou du stress au travail

Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2020, la dépression sera la 1ère cause mondiale d’invalidité, après les maladies cardio-vasculaires, tous âges et sexes confondus. Le stress touche quatre salariés sur 10. 54% des salariés stressés déclarent que la crise économique contribue à leur état de stress. Le coût du mal être au travail en France : 1,9 à 3 milliards d’euros. (source : sondage de l’ANACT2009, Etude INRS 2007). L’impact sur les proches, les conjoints, les enfants, le cercle social et familial est important, l’état de tristesse, de fatigue est source de mouvements d’humeur, d’insomnies, de crises de nerf, de tensions à fleur de peau…

Depuis dix ans, la Journée européenne de la dépression est organisée pour rompre ce tabou du burn-out professionnel. L’association France-Dépression est mobilisée tout au long de la semaine du 21 au 28 octobre sont prévus des ateliers débats, conférences, films, sur le thème européen « Dépression et Travail » dans 10 villes de France : Angers, Auxerre, Bourges, Caen, Dijon, Grenoble, Nancy, Paris, Lorient-Quimperlé et Strasbourg.

Le principal objectif de cette journée est de « promouvoir, dans tous les pays d’Europe, une journée consacrée à la prise de conscience de l’importance des troubles dépressifs et affirmer une volonté commune d’exiger les solutions les mieux adaptées ».

Plus d’infos sur les autres pays : www.europeandepressionday.com

Sur le même sujet, l’émission « Allo docteur »
http://pluzz.francetv.fr/videos/allo_docteurs_,89927068.html

  • Apnées du sommeil, mauvaise hygiène de vie (abus d’exitants -tabac, alcool) dîners trop copieux, stress, dépression, manque ou excès d’activités physiques, prise de médicament excitants (cortisone, bêta bloquants…), environnement inadapté au repos (chambre bruyante, trop lumineuse, surchauffée, literie usagée…) du petit ennui passager aux difficultés chroniques,les causes de l’insomnie sont multiples. En France, plus de 70 % des français dont 10% des adultes se plaignent d’insomnie (difficultés d’endormissement, éveils nocturnes, réveil précoce le matin…). L’impact sur l’environnement, sur la vie personnelle et professionnelle de l’insomniaque sont notables. Le recours aux somnifères doit se faire dans le cadre d’un suivi médical et jamais au long court, il faut bannir l’automédication !
  • Selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, l’insomnie chronique est associée, non pas à une perte de sommeil, mais à une excitation excessive et continuelle du système nerveux central. Un tel dérèglement peut induire non seulement l’anxiété chronique et la dépression, mais aussi l’hypertension artérielle, l’obésité et même l’ostéoporose. Les chercheurs suggèrent donc que les médecins traitent leurs patients insomniaques de façon à diminuer leur niveau d’excitation physique et émotionnelle (à l’aide d’antidépresseurs, par exemple) plutôt que seulement en améliorant leur sommeil.

Si vous avez des problèmes d’insomnie racontez-nous vos astuces, vos trucs pour retrouver le sommeil.