En Polynésie française, les mamans sont très soucieuses de la vaccination des enfants. C'est au dispensaire publique que les familles viennent avec les bébés pour les vaccins obligatoires. La caisse locale (la CPS) accorde une allocation si les parents font correctement tous les vaccins obligatoires. ici le petit Turoa 3 mois et sa maman Mareva.
En Polynésie française, les mamans sont très soucieuses de la vaccination des enfants. C'est au dispensaire publique que les familles viennent avec les bébés pour les vaccins obligatoires. La caisse locale (la CPS) accorde une allocation si les parents font correctement tous les vaccins obligatoires. ici le petite Tirpa 3 mois et sa maman Mareva.

Incontestables progrès de la médecine, les vaccins sont des substances actives qui dopent le système immunitaire pour le rendre résistant à des pathologies infectieuses. Leur mise au point permet de sauver des milliards de personnes sur la planète, de protéger des nouveau-nés de méningites, d’handicaps, de terribles maladies comme la poliomyélite, la tuberculose… Mais comme tous produits actifs, ils ne sont pas à risque zéro. Certains organismes immuno-déprimés peuvent ressentir des troubles plus ou moins graves, certains cas peuvent être létales, mais c’est excessivement rare et le bénéfice risque plaide indéniablement en faveur d’une couverture vaccinale maximale. Enfin, pour les vaccins qui ont fait depuis longtemps leur preuve et qui sont obligatoires.

L’actualité récente avec deux cas de décès de nouveau-nés vaccinés au Rotarix et RotaTeq (vaccins contre la gastro-entérite) a ravivé les tensions entre défenseurs de la vaccination et opposants à l’inoculation de ces produits actifs. Ces vaccins contre les rotavirus ne sont pas obligatoires, ni recommandés, juste « conseillés ». Ils sont d’ailleurs assez coûteux à l’achat. Une professionnelle de santé en dispensaire publique nous confiait cette semaine qu’elle même n’avait pas fait vacciner ses enfants avec ces vaccins. « Tous les enfants ont des gastros. I faut surveiller les bébés bien sûr avec les poussées de fièvres. Mais si on hydrate suffisamment les enfants, avec de l’hygiène, des sachets de réhydratations, tout se passe bien. Il y a des vaccins obligatoires, il faut communiquer sur ceux là surtout ».
2699parlonssantecom
Depuis le début de la commercialisation en France de ces deux vaccins (Rotarix et RotaTeq) et jusqu’au 31 octobre 2014, plus de 1 million de doses ont été distribuées en France. 508 notifications d’effets indésirables médicalement confirmées, dont 201 graves, ont été recueillies et analysées. Parmi les observations graves, 47 cas d’invaginations intestinales aiguës, survenues dans le mois suivant la vaccination, ont été rapportés, dont quelques-uns d’évolution fatale. L’invagination intestinale aiguë est un type d’effet indésirable qui, bien que considéré comme très rare (moins de 1 cas sur 10 000 vaccinés), nécessite, de par sa gravité, une prise en charge immédiate, dès les premiers signes cliniques.

Aussi, les professionnels de santé sont invités à sensibiliser les familles sur les signes d’invagination intestinale aigüe, survenant dans le mois suivant la vaccination, devant les amener à consulter sans délai leur médecin : douleurs abdominales, pleurs répétés et inhabituels de l’enfant, vomissement, présence de sang dans les selles, ballonnements abdominaux et/ou fièvre élevée.

A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination qui se déroule jusqu’au 25 avril, la ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, a tenu à plaider pour la vaccination. « La vaccination est sans aucun doute l’un des plus grands succès des politiques de santé publique. Ce geste de prévention a permis de sauver des millions de vies. Il a joué un rôle majeur en enrayant la transmission de certaines maladies infectieuses et en participant à leur éradication. La vaccination est un acte solidaire et citoyen. Chacun d’entre nous porte une responsabilité de santé publique. Chacun d’entre nous est un maillon de la chaîne de transmission. Se vacciner, c’est se protéger et c’est aussi protéger les autres, et en particulier les plus fragiles », a déclaré Marisol TOURAINE.
2720parlonssantecom
Selon le baromètre santé 2014 réalisé par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), 79 % des Français (18-75 ans) se déclarent favorables à la vaccination, alors qu’ils n’étaient que 61% en 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s