Maladies génétiques

« Toujours y croire » : la victoire de Jeanne sur sa maladie

telethon-16h
Jeanne. Un prénom, un visage découvert sur le plateau du Téléthon en 2004. A l’époque, Jeanne est une petite fille de 8 ans concernée par une maladie neuromusculaire. Une maladie évolutive qui, très rapidement, l’empêche de se marcher. 10 ans après, malgré toutes les complications médicales auxquelles elle a dû faire face, Jeanne obtient un bac mention très bien et intègre l’école de journalisme de Lille. Cette histoire c’est celle de Jeanne, qui jeune femme déterminée et soutenue par ses proches qui lutte pour vivre sa vie ! France 5 diffuse ce mardi 9 décembre à 15h35, un documentaire qui lui est consacré.

« Toujours y croire » est une immersion dans la vie de la vie de Jeanne durant cette année 2014 décisive pour elle. Une prise de conscience du quotidien des malades et de leurs familles et une véritable leçon de courage et de vie.

Pneumologie

E-cigarette : une entreprise lilloise leader du marché français

parlonssantecom-24

L’entreprise lilloise leader du marché français de l’e-cigarette, annonce dans un communiqué le lancement de la première étude d’impact sanitaire de ses e-liquides. Confiée en mars 2014 à des chercheurs de l’Université de Lille, elle livrera ses premiers résultats en 2015.
Alors que la littérature scientifique est assez pauvre sur la toxicité potentielle des e-liquides contenus dans les cigarettes électroniques, Nhoss commande la première étude sur l’impact sanitaire de ses e-liquides. La marque française qui, depuis sa création en 2010, se positionne en acteur responsable du secteur de l’e-cigarette, a investi plusieurs centaines de milliers d’euros dans cette étude, dont les résultats seront publiés en mars 2015.

Si des incertitudes persistent sur l'innocuité des e-liquide, la nocivité du tabac ne fait aucun doute : plus de 5,4 millions de morts par an dans le monde dont 60 000 en France (source OMS).
Si des incertitudes persistent sur l’innocuité des e-liquide, la nocivité du tabac ne fait aucun doute : plus de 5,4 millions de morts par an dans le monde dont 60 000 en France (source OMS).

Lire la suite « E-cigarette : une entreprise lilloise leader du marché français »

Maladies rares

Samedi soir, le 28e Téléthon s’est refermé avec au compteur 82 millions d’euros de promesses de dons en faveur de la recherche médicale contre les maladies rares. Des vaccins en cours d’expérimentation et des thérapies géniques déjà prescrites… Que d’avancées réalisées grâce à la générosité nationale et que d’espoirs pour toutes ces familles en souffrance face à des pathologies peu, voire pas connues.
telethon-2014-01
Toute la semaine, le standard du 3637 restera ouvert pour recueillir de nouvelles promesses de dons. Plus d’info sur Téléthon, le site de l’AFM.

General

L’épidémie de chikungunya qui sévit en Polynésie française depuis deux mois, a fait sa 5e victime à Tahiti. Un homme de 78 ans à l’état de santé « précaire » selon les autorités locales de santé publique, a succombé après avoir contracté le chikungunya. Depuis le début de l’épidémie, quatre séniors et un nouveau-né sont décédés et 756 personnes ont été hospitalisés suite à cette maladie infectieuse véhiculée par les moustiques.

271 personnes ont été hospitalisées en Polynésie française des suites du chikungunya.
756 personnes ont été hospitalisées en Polynésie française des suites du chikungunya.

« A la fin de la semaine 48, on estime à 26 748 le nombre total de cas ayant consulté pour chikungunya en Polynésie française depuis la déclaration de l’épidémie (semaine 41) », indiquent les médecins du réseau Sentinelle, relayés par la veille sanitaire.

Tahiti, la plus peuplée, est bien sûr, l’île la plus touchée. Elle recense à elle seule, 92% des cas (23 754 patients). « Le nombre de cas en semaine 48 augmente dans tous les archipels, mais le taux de croissance diminue, en particulier à Tahiti (6,3% en semaine 48 contre 66% en semaine 47) », précise le bureau de la veille sanitaire de Tahiti.

Aujourd’hui tous les archipels de Polynésie française et la très grande majorité des îles sont maintenant touchés (exceptés Rapa, Tahuata et plusieurs atolls des Tuamotu), le chassé-croisé des vacances scolaires qui débutent ce vendredi 12 décembre à midi, va sans nul doute, accélérer la progression du virus dans les archipels.

Nutrition, Obésité

Tomates, carottes, navets… dans l’objectif !

« Avant d’être bon, c’est beau un légume ! » partant de ce constat, le nutritionniste, Pierre Azam, fondateur de l’Observatoire de l’Obésité (l’OBOBS) veut par tous les moyens changer le regard des 6 à 15 ans sur les légumes, dont on connaît depuis longtemps le fort impact sur l’équilibre alimentaire et donc de façon induite, sur la lutte contre l’obésité.

Marché du Périgord
Parlonssante.com marché

Avec la collaboration de l’agence Columbia River, ils ont imaginé un concours photo ouvert au jeunes de 6 à 15 ans. « L’objectif est la sensibilisation à l’univers des légumes par le biais de leur propre créativité, pour les amener à regarder de près les fruits et les légumes, les prendre dans leurs mains, les toucher, les faire tourner jusqu’à les trouver beaux ou rigolos », bref, se les approprier, les aimer… et surtout les consommer. Largement doté, ce concours photo récompensera les auteurs des meilleures images, notées à la fois par un jury composé de professionnels et présidé par le photographe Francesco Majo, lui même lauréat du Grand Prix de du Festival International de la photo culinaire 2013, mais également par les internautes appelés à voter.
1897817_518345974940449_8397689477896408618_n
Accessible au public depuis le 1er décembre, ce concours réalisé avec le soutien des éditions Playbac et du Groupe Rustica et accessible via le site http://www.viveleslegumes.com, s’étalera sur plusieurs mois et se clôturera au 30 avril 2015. La remise des prix aura lieu dans le cadre du projet du Cirque des Légumes en juillet 2015 (www.cirquedeslegumes.com)

Sida

En ce lundi 1er décembre 2014, journée mondiale de lutte contre le sida, rappelons que 150 000 personnes sont porteuses du virus en France. selon les estimations, 50 000 ignoreraient leur séropositivité. « Non seulement elles ne peuvent donc commencer à se traiter et risquent de voir se déclarer la maladie, mais surtout elles augmentent le risque de transmettre le virus à des partenaires sexuels », indiquent les membres de Sida info Service. Les progrès en matière de trithérapies, ne doivent pas faire baisser la garde en matière de prévention. L’usage de préservatifs reste le moyen le plus sûr d’éviter la contamination.
sida
Côté recherche médicale, la fin de l’essai clinique (phase IIa) du candidat vaccin thérapeutique parmi l’un des plus avancés au monde aura lieu fin décembre. Ce projet a été financé grâce à la plus grosse levée de fonds jamais réalisée en France en crowdfunding grâce à la plateforme Happy Capital.

C’est le seul vaccin thérapeutique contre le Sida à avoir passé la phase I et être en phase IIa, avec un protocole incluant un arrêt de trithérapie pendant 2 mois sur des patients séropositifs

• Les 48 patients ont reçu 3 doses différentes de vaccin et ont été suivis conformément au protocole autorisé par l’ANSM (agence national de surveillance des médicaments). Les modalités d’évaluation de la réponse virale après vaccination ont pu être récupérées sur l’ensemble des patients inclus dans l’essai. Les données préliminaires de tolérance sont en ligne et montre un très bon profil de sécurité du vaccin TAT Oyi déjà observé en Phase I.

• Nous voyons clairement des variations de la charge virale lors de l’arrêt de la trithérapie. La prochaine étape, une fois les données biologiques de l’essai recueillies et vérifiées, est l’analyse de ces variations de virémie et l’apparition d’anticorps anti-TAT.

• Cela permettra de connaître les effets optimums du vaccin en fonction des doses injectées. Toutes ces analyses pourront conforter l’hypothèse scientifique de la voie de recherche sur l’efficacité d’un vaccin thérapeutique sur le sida à partir de la TAT Oyi.